INFINI

Six interprètes hors pair, dont Boris Charmatz, explorent une infinité de possibles. Une danse experte, engagée, physique. Un flot d’énergie pure qui se diffracte dans une incalculable diversité de directions. Le chorégraphe et danseur, reconnu comme une des figures majeures de la danse, revient à Bonlieu pour une pièce maîtresse.

Boris Charmatz est savoyard, il conjugue un physique d’athlète avec la souplesse du grimpeur et un sens du mouvement qui lui valent d’être aujourd’hui reconnu parmi les plus grands. C’est aussi une tête bien faite qui invente la danse tout en explorant et en restituant son histoire. Ses chorégraphies précises et bien pensées laissent une place respectueuse aux hasards de la dynamique créée par les relations entre les danseurs interprètes. Le mouvement est toujours généré par une formidable énergie contenue ou débordante. Ses pièces ont été présentées dans le monde entier, il a dirigé le Musée de la danse à Rennes et est associé à la prestigieuse Volksbühne de Berlin. Compagnon de Bonlieu, il y revient toujours avec plaisir, plaisir partagé !

tRéserver
je m'abonne!Tarifs préférentiels,
priorité de réservation
Ouverture des abonnements
le sam. 31 août dès 09h
je suis abonnéJe complète mon abonnement ou j'échange mon billet
Je complète mon
abonnement
Dès le 24 sept.
12h30
J'échange
mon billet
Dès le 24 sept.
12h30
je réserve
sans abonnement
À partir du
mar. 08 oct. dès 12h30
fermer
JEU.7 | VEN.8 NOV.
JEU. À 19H | VEN. À 20H30
DURÉE 1H
LIEUPETITE SALLE

TARIF B

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 29 24 24 10 8  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif Auditorium Seynod
(21 € / 17 € / 10,50 € / 7,50 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

chorégraphie Boris Charmatz
interprétation Regis Badel, Boris Charmatz, Raphaëlle Delaunay, Maud le Pladec, Solène Wachter, Fabrice Mazliah
assistante Magali Caillet-Gajan
lumières Yves Godin son Olivier Renouf
costumes Jean-Paul Lespagnard
travail vocal Dalila Khatir
régie générale Fabrice Le Fur
direction de production Martina Hochmuth, Hélène Joly
remerciements Amélie-Anne Chapelain, Sandra Neuveut, Esther Ferrer

production Terrain
avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès dans le cadre de son programme New Settings co-production Musée de la danse / CCNRB, Charleroi danse, Sadler’s Wells London, Théâtre de la Ville & Festival d’Automne à Paris, Athens & Epidaurus Festival, Théâtre Nanterre Amandiers, PACT Zollverein Essen, Théâtre National de Bretagne, Festival Montpellier Danse 2019, Bonlieu Scène Nationale Annecy
Terrain est soutenu par le ministère de la Culture – Direction Générale de la Création Artistique, et implanté en Région Hauts-de-France.
Dans le cadre de son implantation, la compagnie est associée à l’Opéra de Lille, au Phénix scène nationale de Valenciennes, et à la Maison de la Culture d’Amiens.
Boris Charmatz est également artiste accompagné par Charleroi danse (Belgique).

« Tumultueuse et roborative, la pièce interroge avec urgence et vertige notre rapport au temps et à sa grandeur. En intitulant sa pièce Infini, Boris Charmatz l’installe d’emblée sous le signe de l’absence de limite et veut permettre tous les possibles. Cela semble une évidence tant, le geste proliférant du chorégraphe, l’un des plus captivants actuellement, fait de la scène un vrai champ d’exploration, un terrain audacieux où priment le risque, de défi, le dépassement et le débordement. »
Sceneweb, Christophe Candoni, 5 JUIL. 2019

 

« Cet Infini aux couleurs pétaradantes, éclairé par une armée de minuscules gyrophares faisant pulser la lumière, forme un passionnant diptyque avec le précédent spectacle de Charmatz, 10 000 Gestes, créé en 2017. Même fulgurance et profusion, mais en plus mélancolique, en plus pataphysicien aussi, Infini semble poursuivre l’écriture d’un manifeste qui nous parlerait de l’éphémère et des traces laissées par nos mouvements. »
Libération, Eve Beauvallet, 7 JUIL. 2019

Distributions Crédits

chorégraphie Boris Charmatz
interprétation Regis Badel, Boris Charmatz, Raphaëlle Delaunay, Maud le Pladec, Solène Wachter, Fabrice Mazliah
assistante Magali Caillet-Gajan
lumières Yves Godin son Olivier Renouf
costumes Jean-Paul Lespagnard
travail vocal Dalila Khatir
régie générale Fabrice Le Fur
direction de production Martina Hochmuth, Hélène Joly
remerciements Amélie-Anne Chapelain, Sandra Neuveut, Esther Ferrer

production Terrain
avec le soutien de la Fondation d’entreprise Hermès dans le cadre de son programme New Settings co-production Musée de la danse / CCNRB, Charleroi danse, Sadler’s Wells London, Théâtre de la Ville & Festival d’Automne à Paris, Athens & Epidaurus Festival, Théâtre Nanterre Amandiers, PACT Zollverein Essen, Théâtre National de Bretagne, Festival Montpellier Danse 2019, Bonlieu Scène Nationale Annecy
Terrain est soutenu par le ministère de la Culture – Direction Générale de la Création Artistique, et implanté en Région Hauts-de-France.
Dans le cadre de son implantation, la compagnie est associée à l’Opéra de Lille, au Phénix scène nationale de Valenciennes, et à la Maison de la Culture d’Amiens.
Boris Charmatz est également artiste accompagné par Charleroi danse (Belgique).

La presse en parle

« Tumultueuse et roborative, la pièce interroge avec urgence et vertige notre rapport au temps et à sa grandeur. En intitulant sa pièce Infini, Boris Charmatz l’installe d’emblée sous le signe de l’absence de limite et veut permettre tous les possibles. Cela semble une évidence tant, le geste proliférant du chorégraphe, l’un des plus captivants actuellement, fait de la scène un vrai champ d’exploration, un terrain audacieux où priment le risque, de défi, le dépassement et le débordement. »
Sceneweb, Christophe Candoni, 5 JUIL. 2019

 

« Cet Infini aux couleurs pétaradantes, éclairé par une armée de minuscules gyrophares faisant pulser la lumière, forme un passionnant diptyque avec le précédent spectacle de Charmatz, 10 000 Gestes, créé en 2017. Même fulgurance et profusion, mais en plus mélancolique, en plus pataphysicien aussi, Infini semble poursuivre l’écriture d’un manifeste qui nous parlerait de l’éphémère et des traces laissées par nos mouvements. »
Libération, Eve Beauvallet, 7 JUIL. 2019