LE BAIN

« À la claire fontaine, m’en allant promener… » Gaëlle Bourges plonge enfants et parents dans l’histoire de l’art à travers une fable conçue à partir de deux toiles du XVIe siècle, Diane au bain, signée par l’École de Fontainebleau, et Suzanne au bain du Tintoret. Une plongée raffinée et sensuelle dans l’eau si belle !

Trois jeunes femmes d’aujourd’hui, danseuses et chanteuses, manipulent poupées, objets de toilette et autres accessoires pour donner vie aux tableaux, aux histoires mythologiques qui les fondent, et questionnent, chemin faisant, la représentation des corps et de la nudité dans l’art et dans la vie. Une plongée vitaminée dans la peinture du XVIe siècle !

tRéserver
je m'abonne!Tarifs préférentiels,
priorité de réservation
Ouverture des abonnements
le sam. 31 août dès 09h
je suis abonnéJe complète mon abonnement ou j'échange mon billet
Je complète mon
abonnement
Dès le 24 sept.
12h30
J'échange
mon billet
Dès le 24 sept.
12h30
je réserve
sans abonnement
À partir du
mar. 03 déc. dès 12h30
fermer
JEU.9 JAN.
À 19H
DURÉE 50 MIN
dès 6 ans
LIEUPETITE SALLE

TARIF PETITS ET GRANDS

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 29 24 24 10 8  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif Auditorium Seynod
(21 € / 17 € / 10,50 € / 7,50 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

conception et récit Gaëlle Bourges
avec des extraits d’Actéon, in Les Métamorphoses d’Ovide, livre III (traduit du latin par Marie Cosnay), Éditions de l’Ogre, 2017
avec Helen Heraud, Noémie Makota, Julie Vuoso
chant Helen Heraud, Noémie Makota, Julie Vuoso
lumières Abigail Fowler
création musicale Stéphane Monteiro alias XtroniK

+ Guests
pour À la claire fontaine

guitare classique Alban Jurado
transcription guitare Michel Assier Andrieu
clarinette Arnaud de la Celle
flûte traversière Anaïs Sadek

pour the three glance
chant Gaëlle Bourges, Helen Heraud, Noémie Makota, Julie Vuoso
piano Christian Vidal

deux extraits de Maurice Ravel
Daphnis et Chloé (Berliner Philharmoniker, Pierre Boulez, ed. deutsche grammophon) & Pièce en forme de Habanera, Maurice Ravel : Master Music for flute & piano, Laurel Zucker and Marc Shapiro
répétition chant Olivia Denis
création costume Clémence Delille
régie générale, régie son Jimmy Boury, Guillaume Pons (en alternance)

production association Os coproduction Centre chorégraphique national de Tours / Direction Thomas Lebrun (Résidence de création, artiste associée), Théâtre de la Ville – Paris, L’échangeur – CDCN Hauts-de-France, Le Vivat d’Armentières, scène conventionnée danse et théâtre
avec le soutien de la DRAC Île-de-France au titre de l’aide à la compagnie conventionnée et de la Ménagerie de Verre dans le cadre de StudioLab
en partenariat avec le musée des Beaux-Arts de Tours
remerciements au Musée du Louvre-Lens où le tableau Suzanne au bain (collections du Louvre, Paris) est actuellement exposé

« Toujours pédagogique, sa [Gaëlle Bourges] démarche mêle textes en voix off, phrases simples et clairement énoncées, non sans humour, et puis la manipulation d’objet, d’un geste lent et élégant, presque maniériste, et la danse, défouloir gestuel par amplification de l’instant qui la précède. (…) Le rythme est calme, pour déguster chaque élément, pour peser chaque idée, pour assimiler. Point de rêverie, peu d’abstraction : un propos mené à pas mesuré. »
Ballroom, Charles A. Catherine, 6 JUIN 2018

 

« Le bain fonctionne comme un éveil des formes, riche et délicat, d’un onirisme défiant toute niaiserie. Le bain s’accorde à la sensibilité de son temps, s’adresse à des enfants non réputés idiots par a priori, cela passant aussi par des questions de genre ou de désirs, tout en évitant de le leur asséner à la façon de thèses militantes, closes et univoques. Les enfants s’y réjouissent, par-delà les pesanteurs culturelles de leurs milieux divers. Le bain permet de toucher, donc de dire. »
Danser canal historique, Gérard Mayen, 6 FEV. 2018

Distributions Crédits

conception et récit Gaëlle Bourges
avec des extraits d’Actéon, in Les Métamorphoses d’Ovide, livre III (traduit du latin par Marie Cosnay), Éditions de l’Ogre, 2017
avec Helen Heraud, Noémie Makota, Julie Vuoso
chant Helen Heraud, Noémie Makota, Julie Vuoso
lumières Abigail Fowler
création musicale Stéphane Monteiro alias XtroniK

+ Guests
pour À la claire fontaine

guitare classique Alban Jurado
transcription guitare Michel Assier Andrieu
clarinette Arnaud de la Celle
flûte traversière Anaïs Sadek

pour the three glance
chant Gaëlle Bourges, Helen Heraud, Noémie Makota, Julie Vuoso
piano Christian Vidal

deux extraits de Maurice Ravel
Daphnis et Chloé (Berliner Philharmoniker, Pierre Boulez, ed. deutsche grammophon) & Pièce en forme de Habanera, Maurice Ravel : Master Music for flute & piano, Laurel Zucker and Marc Shapiro
répétition chant Olivia Denis
création costume Clémence Delille
régie générale, régie son Jimmy Boury, Guillaume Pons (en alternance)

production association Os coproduction Centre chorégraphique national de Tours / Direction Thomas Lebrun (Résidence de création, artiste associée), Théâtre de la Ville – Paris, L’échangeur – CDCN Hauts-de-France, Le Vivat d’Armentières, scène conventionnée danse et théâtre
avec le soutien de la DRAC Île-de-France au titre de l’aide à la compagnie conventionnée et de la Ménagerie de Verre dans le cadre de StudioLab
en partenariat avec le musée des Beaux-Arts de Tours
remerciements au Musée du Louvre-Lens où le tableau Suzanne au bain (collections du Louvre, Paris) est actuellement exposé

La presse en parle

« Toujours pédagogique, sa [Gaëlle Bourges] démarche mêle textes en voix off, phrases simples et clairement énoncées, non sans humour, et puis la manipulation d’objet, d’un geste lent et élégant, presque maniériste, et la danse, défouloir gestuel par amplification de l’instant qui la précède. (…) Le rythme est calme, pour déguster chaque élément, pour peser chaque idée, pour assimiler. Point de rêverie, peu d’abstraction : un propos mené à pas mesuré. »
Ballroom, Charles A. Catherine, 6 JUIN 2018

 

« Le bain fonctionne comme un éveil des formes, riche et délicat, d’un onirisme défiant toute niaiserie. Le bain s’accorde à la sensibilité de son temps, s’adresse à des enfants non réputés idiots par a priori, cela passant aussi par des questions de genre ou de désirs, tout en évitant de le leur asséner à la façon de thèses militantes, closes et univoques. Les enfants s’y réjouissent, par-delà les pesanteurs culturelles de leurs milieux divers. Le bain permet de toucher, donc de dire. »
Danser canal historique, Gérard Mayen, 6 FEV. 2018