LE JEUNE NOIR À L’ÉPÉE

Le poète rappeur, maître du slam français, est de retour avec un concert-spectacle créé à l’occasion de l’exposition temporaire du musée d’Orsay, « Le modèle noir, de Géricault à Matisse ». Un slalom militant et festif naviguant entre les genres et les époques. Revigorant !

Jeune noir à l’épée est une peinture de 1850 de Pierre Puvis de Chavannes, exposée au musée d’Orsay. Abd Al Malik en fait le point de départ d’un long poème sur l’identité. Entouré du chorégraphe burkinabé Salia Sanou, directeur du CDC La Termitière à Ouagadougou, il nous conte l’histoire fragmentée de ce jeune, propulsé à notre époque, tout juste sorti de prison. Sa rébellion est rythmée par une musique métissée, faite d’échantillons disparates dont l’interaction inattendue fera surgir du nouveau et de l’harmonieux. Allégorie du cheminement des nouvelles générations nées en Europe, dont Abd Al Malik fait partie et dont les racines s’originent sur le continent africain ancestral.

tRéserver
je m'abonne!Tarifs préférentiels,
priorité de réservation
Ouverture des abonnements
le sam. 31 août dès 09h
je suis abonnéJe complète mon abonnement ou j'échange mon billet
Je complète mon
abonnement
Dès le 24 sept.
12h30
J'échange
mon billet
Dès le 24 sept.
12h30
je réserve
sans abonnement
À partir du
mer. 30 oct. dès 12h30
fermer
SAM.30 NOV.
À 20H30
DURÉE 1H15
LIEUGRANDE SALLE

TARIF A+

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 29 24 24 10 8  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif Auditorium Seynod
(21 € / 17 € / 10,50 € / 7,50 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

création et interprétation Abd Al Malik
chorégraphie
Salia Sanou
avec les danseurs (sous réserve) Salomon Asaro, Akeem Alias Washko Ibrahim, Vincent Keys Lafif, Bolewa Sabourin
et les musiciens Mattéo Falkone, Bilal
vidéo Fabien Coste

en coproduction avec Le Théâtre de la ville en partenariat avec le Musée d’Orsay

« Une forme totalement originale associant texte, musique, danse et peinture. (…) Tandis que Abd Al Malik scande alternativement ses propres textes et quelques poèmes de Baudelaire, quatre danseurs – formidables – interprètent une chorégraphie de lutte et de résistance. Dans chaque pose, dans chaque geste s’affirme une façon de magnifier les corps dans l’espace. »
Danser canal historique, Isabelle Calabre, 7 AVR. 2019

Distributions Crédits

création et interprétation Abd Al Malik
chorégraphie
Salia Sanou
avec les danseurs (sous réserve) Salomon Asaro, Akeem Alias Washko Ibrahim, Vincent Keys Lafif, Bolewa Sabourin
et les musiciens Mattéo Falkone, Bilal
vidéo Fabien Coste

en coproduction avec Le Théâtre de la ville en partenariat avec le Musée d’Orsay

La presse en parle

« Une forme totalement originale associant texte, musique, danse et peinture. (…) Tandis que Abd Al Malik scande alternativement ses propres textes et quelques poèmes de Baudelaire, quatre danseurs – formidables – interprètent une chorégraphie de lutte et de résistance. Dans chaque pose, dans chaque geste s’affirme une façon de magnifier les corps dans l’espace. »
Danser canal historique, Isabelle Calabre, 7 AVR. 2019