NOUVELLES VAGUES
DE GODARD À AUDIARD

Solrey et Ange Leccia œuvrent ici comme à l’inverse d’un compositeur lorsqu’il met des sons sur des images. Ils inventent une « bande-image » qui enveloppe les airs enfouis dans la mémoire collective, les souvenirs de salles obscures…

Entre les musiques ressuscitées, recomposées, revisitées et l’ambiance visuelle c’est d’« association » qu’il s’agit. Au cours du montage, la musicienne a calculé des ralentis, des colorisations, des amplifications, dans l’idée de parvenir à cet « ostinato » qui caractérise l’univers d’Alexandre Desplat. Ses transcriptions sont autant de compositions. Et fugace apparition d’un visage endormi. Les aigus s’exacerbent. Faisceau de lumière dans la nuit. La musique s’évanouit. Viendront des soleils rouges aux rayons diffractés, et des figures colorées comme sorties d’une peinture de Miró. Irruption de Brigitte Bardot en cardigan bleu marine se massant l’épaule avant de monter perplexe dans une décapotable rouge.

Direction musicale et artistique, Solrey
Concert sans encore = 48 min

 

Pierrot le fou J.-L. Godard, 1965
Duhamel / arr. A. Desplat ,D.lemonnier
2’54

 

Le mépris J.-L. Godard, 1963
Delerue / arr. A. Desplat,D.Lemonnier
5’16

 

Jules et Jim F. Truffaut, 1962
Delerue / arr. A. Desplat,D.Lemonnier
2’26

 

Garde à vue C. Miller, 1981
Delerue / arr. A. Desplat,D.Lemonnier
2’35

 

Le Roi de Coeur P. de Broca, 1966
Delerue / arr. A. Desplat,D.Lemonnier
2’35

 

Un héros très discret parts 1-2 J. Audiard, 1996
Desplat / arr. A. Desplat,D.Lemonnier
Part 1 : 2’27 // Part 2 : 1’54 // Part 3 : 2’13 // Part 4 : 3 :05

 

La peau douce F. Truffaut, 1964
Delerue / arr. A. Desplat
2’12

Peur sur la ville H. Verneuil, 1975
Morricone / arr. A. Desplat ,D.Lemonnier
3’52

 

Sur mes lèvres J. Audiard, 2001
Desplat / arr. A. Desplat,D.Lemonnier
5’24

 

L’important c’est d’aimer A. Zulawski, 1975
Delerue / arr. A. Desplat,D.Lemonnier
2’51

 

Une aussi longue absence H. Colpi, 1961
Delerue / arr. A. Desplat,D.lemonnier
1’48

 

Regarde les hommes tomber part 1 J. Audiard, 1994
Desplat / arr. A. Desplat,D.Lemonnier
Part 1 : 2’48 // Part 2 : 2’24

 

BIS

 

La femme d’à coté F.Truffaut
Georges Delerue arr D.Lemonnier N.Charron

 

A passage to India D. Lean, 1984
Jarre / arr. A. Desplat,D.Lemonnier
2’31

MAR.19 MAI
À 20H30
DURÉE 1H10
LIEUGRANDE SALLE

TARIF A+

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 29 24 24 10 8  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif Auditorium Seynod
(21 € / 17 € / 10,50 € / 7,50 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

avec 20 musiciens de l’Orchestre des Pays de Savoie


écriture, réalisation et direction
Dominique « Solrey » Lemonnier
créé le 11 décembre 2005 à la Cité de la Musique à Paris
transcriptions Alexandre Desplat
images vidéo Solrey et Ange Leccia

 

_


en partenariat
avec Variations Classiques

« Animé d’une passion et d’un enthousiasme contagieux qui le préservent de ce fonctionnariat cynique dont font parfois preuve certains de ses collègues, qui pissent de la partition comme d’autres de la pellicule, Alexandre Desplat demeure malgré son agenda rempli à ras bord un passeur qui aime à transmettre et faire revivre les musiques et les compositeurs qui ont accompagné son apprentissage. Il a également à cœur d’extirper les musiques de film de leur contexte parfois trop étroit pour les faire respirer autrement et fixer l’attention sur elles sans que l’image dont elles sont trop souvent la béquille ne vampirise leur beauté propre. »
Les inrocks, Christophe Conte, 02 FEV. 2007

À voir aussi

Distributions Crédits

avec 20 musiciens de l’Orchestre des Pays de Savoie


écriture, réalisation et direction
Dominique « Solrey » Lemonnier
créé le 11 décembre 2005 à la Cité de la Musique à Paris
transcriptions Alexandre Desplat
images vidéo Solrey et Ange Leccia

 

_


en partenariat
avec Variations Classiques

La presse en parle

« Animé d’une passion et d’un enthousiasme contagieux qui le préservent de ce fonctionnariat cynique dont font parfois preuve certains de ses collègues, qui pissent de la partition comme d’autres de la pellicule, Alexandre Desplat demeure malgré son agenda rempli à ras bord un passeur qui aime à transmettre et faire revivre les musiques et les compositeurs qui ont accompagné son apprentissage. Il a également à cœur d’extirper les musiques de film de leur contexte parfois trop étroit pour les faire respirer autrement et fixer l’attention sur elles sans que l’image dont elles sont trop souvent la béquille ne vampirise leur beauté propre. »
Les inrocks, Christophe Conte, 02 FEV. 2007

À voir aussi