J’AI DES DOUTES

Qui d’autre que François Morel aurait pu ranimer la flamme de Raymond Devos, monstre sacré de l’humour ? Partageons le bonheur de redécouvrir ses textes ciselés, ses petites fables loufoques. Morel, tendre passeur, célèbre avec gourmandise l’esprit de ce grand du music-hall. Inoubliable duo pour comédien et pianiste : un pur enchantement !

Un rendez-vous qu’on ne manquerait sous aucun prétexte. Chaque visite de François Morel est la promesse d’une saveur théâtrale savamment distillée. S’approprier sans trahir, servir les textes de Devos, fabuleux clown métaphysique, offrir au public ce rire qui s’empare de tout et s’étonne de l’étrangeté du monde : ce nouveau spectacle est un splendide exercice d’admiration. Tout en malicieuse délicatesse, avec l’essentielle complicité de son pianiste, Morel dégoupille le burlesque pour mieux en révéler la profondeur, fait un détour par le tour de chant, déplie les raisonnements logiques qui débouchent sur des conclusions absurdes. Du grand art, sans nul doute !

tRéserver
Ouverture
des abonnements
le samedi
3 octobre à 9h
fermer

SPECTACLE COMPLET

MAR.4 | MER.5 FÉV.
À 20H30
DURÉE 1H30
LIEUGRANDE SALLE

TARIF SPÉCIAL (31€ / 26€ / 23€ / 12€)

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 30 25 25 12 10  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif A Auditorium Seynod
(27 € / 20 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TAS Tarif B Auditorium Seynod
(21 € / 14 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

spectacle de et avec François Morel
textes Raymond Devos
avec Antoine Sahler
musique Antoine Sahler
assistant à la mise en scène Romain Lemire
lumière Emmanuelle Phelippeau-Viallard
son Yannick Cayuela, Annabelle Maillard
costumes Elisa Ingrassia
poursuite Françoise Chapero
conception, fabrication et mise en jeu des marionnettes Johanna Ehlert et Matthieu Siefridt / Blick Théâtre
direction technique Denis Melchers
archives sonores INA (Radioscopie 1975)
remerciements Didier Gustin, Tullia Morand et la Fondation Raymond Devos
création 22 MAI 2018
affiche Pascal Rabaté (visuel) et Frédéric Méi (graphisme)



commande
de Jeanine Roze Production pour les Concerts du Dimanche Matin.
production Les Productions de l’Explorateur, Châteauvallon, Scène nationale, La Coursive, Scène nationale de la Rochelle, La Manekine, Scène intermédiaire des Hauts-de-France
production déléguée Valérie Lévy assistée de Manon Pontais

Après des études littéraires et un passage à l’École de la Rue Blanche (ENSATT), François Morel entame une carrière de comédien et entre dans la troupe de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff. Il joue dans Lapin-Chasseur, Les Frères Zénith, Les Pieds dans l’eau, Les Brigands, C’est magnifique, Les Précieuses Ridicules et il est Monsieur Morel dans les Deschiens sur Canal+ de 1993 à 2000. Il écrit et interprète Les Habits du dimanche mis en scène par Michel Cerda, en tournée dans toute la France pendant trois ans. Il a créé le spectacle Bien des choses en juillet 2006 avec Olivier Saladin et le joue depuis régulièrement. Parce qu’il adore la chanson et le théâtre, il écrit en 2006 ses propres textes de chansons pour le spectacle Collection Particulière mis en scène par Jean-Michel Ribes au Théâtre du Rond-Point. Il met en scène en mai 2011 Instants critiques, un spectacle à partir des échanges entre Jean-Louis Bory et Georges Charensol, critiques emblématiques de la célèbre émission radiophonique Le Masque et la Plume, interprétés par Olivier Broche et Olivier Saladin. De novembre 2011 à janvier 2013, il a été Monsieur Jourdain dans Le Bourgeois Gentilhomme mis en scène par Catherine Hiegel. En avril 2013, il crée à La Coursive (La Rochelle) La fin du monde est pour dimanche, mis en scène par Benjamin Guillard. En janvier 2016, il crée à La Coursive son troisième concert La Vie (titre provisoire), accueilli à Bonlieu lors de la saison 17•18,mis en scène par Juliette avec Antoine Sahler et trois musiciens, pour lequel il reçoit, en 2017, le Grand prix de l’Académie Charles Cros.Il a créé en mai 2018 son dernier spectacle sur Raymond Devos J’ai des doutes en tournée dans toute la France. Son premier roman C’est aujourd’hui que je vous aime est sorti en mars 2018 aux Éditions du Sonneur. L’adaptation en BD avec le dessinateur Pascal Rabaté est sorti aux Arènes le 31 janvier 2019. Depuis septembre 2009, il assure une chronique sur France Inter tous les vendredis matins dans le 7-9, Le billet de François Morel.

 

Célèbre pour ses jeux de mots, ses qualités de mime, le goût pour les paradoxes et pour la quête de sens, Raymond Devos accomplit son rêve d’enfant en triomphant tant sur la scène qu’à l’écran. Il est remarqué par Maurice Chevalier et il passe en première partie de son spectacle à l’Alhambra. C’est à ce moment qu’il gagne sa consécration avec son sketch Sens interdit. Toujours en compagnie de son fidèle pianiste et partenaire Hervé Guido, il entreprend à partir de 1956 des spectacles sur les plus grandes scènes. Il n’accomplit plus seulement le rôle de mime, il essaie d’enrichir ses spectacles, adoptant des rôles de musicien, jongleur, prestidigitateur, équilibriste sur monocycle. Ce génie du verbe, avec son écriture fouillée et précise, sort entre 2002 et 2005, trois romans : Les Quarantièmes délirants, Une chenille nommée Vanessa et Sans titre de noblesse. Sa carrière se voit récompensée non seulement par un public qui l’adore, mais aussi par un Molière du meilleur one-man-show en 1989, suivi en 2000 par un Molière d’honneur.En 2005 Raymond Devos est victime d’une attaque cérébrale qui le contraint d’être hospitalisé plusieurs fois. Le 15 juin 2006 il décède suite à une crise d’œdème aigu du poumon.

« Une réussite due à l’alchimie parfaite entre l’absurdité poétique de Raymond Devos et la sensibilité lunaire d’un François Morel capable de réinventer des sketchs aussi connus que Le Plaisir des sens, Caen, Mon chien, c’est quelqu’un… Des textes et bien d’autres, dont on redécouvre ici la modernité, voire l’actualité. Accompagné de Romain Lemire (en alternance avec Antoine Sahler) François Morel rend un hommage tout en légèreté à l’éternel funambule du rire que fut Raymond Devos. Un pur bonheur. »
Telerama, Michèle Bourcet, 18 DEC. 2018

 

« Devos parle de nous, encore et toujours. La réalité est tordue, eh bien tordons-la pour mieux l’observer. Morel nous en fait la démonstration, y ajoutant sa patte. Ses mimiques et sa gestuelle, sa géniale gaucherie, il y a, à jamais, ce Deschiens en lui. Une bonne patte, évidemment. Un peu de Devos aussi, attaché aux riens et, comme lui, capable d’en faire un tout pour mettre du baume au cœur à force de mots d’esprits. Tout ou rien, avec eux, pas de doute, on adore. »
Le Parisien, Sylvain Merle, 16 DEC. 2018

À voir aussi

Distributions Crédits

spectacle de et avec François Morel
textes Raymond Devos
avec Antoine Sahler
musique Antoine Sahler
assistant à la mise en scène Romain Lemire
lumière Emmanuelle Phelippeau-Viallard
son Yannick Cayuela, Annabelle Maillard
costumes Elisa Ingrassia
poursuite Françoise Chapero
conception, fabrication et mise en jeu des marionnettes Johanna Ehlert et Matthieu Siefridt / Blick Théâtre
direction technique Denis Melchers
archives sonores INA (Radioscopie 1975)
remerciements Didier Gustin, Tullia Morand et la Fondation Raymond Devos
création 22 MAI 2018
affiche Pascal Rabaté (visuel) et Frédéric Méi (graphisme)



commande
de Jeanine Roze Production pour les Concerts du Dimanche Matin.
production Les Productions de l’Explorateur, Châteauvallon, Scène nationale, La Coursive, Scène nationale de la Rochelle, La Manekine, Scène intermédiaire des Hauts-de-France
production déléguée Valérie Lévy assistée de Manon Pontais

Biographie

Après des études littéraires et un passage à l’École de la Rue Blanche (ENSATT), François Morel entame une carrière de comédien et entre dans la troupe de Jérôme Deschamps et Macha Makeïeff. Il joue dans Lapin-Chasseur, Les Frères Zénith, Les Pieds dans l’eau, Les Brigands, C’est magnifique, Les Précieuses Ridicules et il est Monsieur Morel dans les Deschiens sur Canal+ de 1993 à 2000. Il écrit et interprète Les Habits du dimanche mis en scène par Michel Cerda, en tournée dans toute la France pendant trois ans. Il a créé le spectacle Bien des choses en juillet 2006 avec Olivier Saladin et le joue depuis régulièrement. Parce qu’il adore la chanson et le théâtre, il écrit en 2006 ses propres textes de chansons pour le spectacle Collection Particulière mis en scène par Jean-Michel Ribes au Théâtre du Rond-Point. Il met en scène en mai 2011 Instants critiques, un spectacle à partir des échanges entre Jean-Louis Bory et Georges Charensol, critiques emblématiques de la célèbre émission radiophonique Le Masque et la Plume, interprétés par Olivier Broche et Olivier Saladin. De novembre 2011 à janvier 2013, il a été Monsieur Jourdain dans Le Bourgeois Gentilhomme mis en scène par Catherine Hiegel. En avril 2013, il crée à La Coursive (La Rochelle) La fin du monde est pour dimanche, mis en scène par Benjamin Guillard. En janvier 2016, il crée à La Coursive son troisième concert La Vie (titre provisoire), accueilli à Bonlieu lors de la saison 17•18,mis en scène par Juliette avec Antoine Sahler et trois musiciens, pour lequel il reçoit, en 2017, le Grand prix de l’Académie Charles Cros.Il a créé en mai 2018 son dernier spectacle sur Raymond Devos J’ai des doutes en tournée dans toute la France. Son premier roman C’est aujourd’hui que je vous aime est sorti en mars 2018 aux Éditions du Sonneur. L’adaptation en BD avec le dessinateur Pascal Rabaté est sorti aux Arènes le 31 janvier 2019. Depuis septembre 2009, il assure une chronique sur France Inter tous les vendredis matins dans le 7-9, Le billet de François Morel.

 

Célèbre pour ses jeux de mots, ses qualités de mime, le goût pour les paradoxes et pour la quête de sens, Raymond Devos accomplit son rêve d’enfant en triomphant tant sur la scène qu’à l’écran. Il est remarqué par Maurice Chevalier et il passe en première partie de son spectacle à l’Alhambra. C’est à ce moment qu’il gagne sa consécration avec son sketch Sens interdit. Toujours en compagnie de son fidèle pianiste et partenaire Hervé Guido, il entreprend à partir de 1956 des spectacles sur les plus grandes scènes. Il n’accomplit plus seulement le rôle de mime, il essaie d’enrichir ses spectacles, adoptant des rôles de musicien, jongleur, prestidigitateur, équilibriste sur monocycle. Ce génie du verbe, avec son écriture fouillée et précise, sort entre 2002 et 2005, trois romans : Les Quarantièmes délirants, Une chenille nommée Vanessa et Sans titre de noblesse. Sa carrière se voit récompensée non seulement par un public qui l’adore, mais aussi par un Molière du meilleur one-man-show en 1989, suivi en 2000 par un Molière d’honneur.En 2005 Raymond Devos est victime d’une attaque cérébrale qui le contraint d’être hospitalisé plusieurs fois. Le 15 juin 2006 il décède suite à une crise d’œdème aigu du poumon.

La presse en parle

« Une réussite due à l’alchimie parfaite entre l’absurdité poétique de Raymond Devos et la sensibilité lunaire d’un François Morel capable de réinventer des sketchs aussi connus que Le Plaisir des sens, Caen, Mon chien, c’est quelqu’un… Des textes et bien d’autres, dont on redécouvre ici la modernité, voire l’actualité. Accompagné de Romain Lemire (en alternance avec Antoine Sahler) François Morel rend un hommage tout en légèreté à l’éternel funambule du rire que fut Raymond Devos. Un pur bonheur. »
Telerama, Michèle Bourcet, 18 DEC. 2018

 

« Devos parle de nous, encore et toujours. La réalité est tordue, eh bien tordons-la pour mieux l’observer. Morel nous en fait la démonstration, y ajoutant sa patte. Ses mimiques et sa gestuelle, sa géniale gaucherie, il y a, à jamais, ce Deschiens en lui. Une bonne patte, évidemment. Un peu de Devos aussi, attaché aux riens et, comme lui, capable d’en faire un tout pour mettre du baume au cœur à force de mots d’esprits. Tout ou rien, avec eux, pas de doute, on adore. »
Le Parisien, Sylvain Merle, 16 DEC. 2018

À voir aussi