LES BIJOUX DE PACOTILLE

Céline Milliat-Baumgartner, dans un récit autobiographique, incarne l’enfant qu’elle a été, frappée par la mort prématurée de ses parents. Avec un peu de magie et beaucoup de délicatesse, la metteuse en scène Pauline Bureau lui insuffle force et vitalité.

Elle n’a pas neuf ans lorsqu’elle apprend que ses parents, victimes d’un violent accident de voiture, ne reviendront pas. Comment faire alors avec l’absence et le silence ? Seule en scène, dos à un grand miroir, reflet des fantômes de son enfance, Céline Milliat-Baumgartner résorbe ses maux par ses mots. Poignant ! Les Bijoux de pacotille brillent par leur mélancolie douce-amère.

tRéserver
je m'abonne!Tarifs préférentiels,
priorité de réservation
je suis abonnéJe complète mon abonnement ou j'échange mon billet
Je complète mon
abonnement
Dès le 24 sept.
12h30
J'échange
mon billet
Dès le 24 sept.
12h30
je réserve
sans abonnement
À partir du
mar. 12 nov. dès 12h30
fermer
MAR.10 | MER.11 DÉC.
À 20H30
DURÉE 1H05
dès 15 ans
LIEUPETITE SALLE

TARIF C

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 29 24 24 10 8  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif Auditorium Seynod
(21 € / 17 € / 10,50 € / 7,50 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

texte et interprétation Céline Milliat-Baumgartner
mise en scène
Pauline Bureau
scénographie Emmanuelle Roy
costumes et accessoires Alice Touvet
composition musicale et sonore Vincent Hulot
lumière Bruno Brinas
dramaturgie Benoîte Bureau
vidéo
Christophe Touche
magie Benoît Dattez
travail chorégraphique
Cécile Zanibelli
direction technique Marc Labourguigne
régie générale et son Sébastien Villeroy
régie lumière Pauline Falourd
développement et diffusion Maud Desbordes
administration Claire Dugot
chargé de production et logistique Paul Lacour-Lebouvier
presse ZEF, Isabelle Muraour

 

Le texte est publié aux éditions Arléa et Hatier

production La Part des Anges
coproduction Théâtre Paris Villette, Le Merlan Scène nationale de Marseille, Théâtre Romain Rolland – scène conventionnée de Villejuif
avec le soutien du Conseil Départemental du Val-de-Marne dans le cadre de l’aide à la création et de la Ville de Paris pour l’aide à la diffusion
résidences de création au Théâtre Paris Villette, au Théâtre Romain Rolland, scène conventionnée de Villejuif et au Théâtre de la Bastille
remerciements à Julien Ambard et Carole Mettavant
merci à Adrien De Van, pour son regard amical
Créé en 2017 au Théâtre Romain Rolland, scène conventionnée de Villejuif

 

La part des anges est conventionnée par le ministère de la Culture / Drac Normandie au titre du dispositif compagnies à rayonnement national et international. Elle est également conventionnée par la Région Normandie. Pauline Bureau est artiste associée à la Comédie de Caen – CDN de Normandie

 

part-des-anges.com

 

 

« Céline Milliat Baumgartner a écrit une pièce lumineuse, sensible, vibrante, et d’une extraordinaire beauté. Un récit autobiographique d’autant plus fort qu’à aucun moment ne perce le poids de la tristesse, remplacée par une  légèreté qui étrangement, donne au souvenir et au manque de la mère (surtout) une force démultipliée. (…) [Elle] invite à partager l’arc en ciel de ses souvenirs. Dans un moment de tendresse éblouissante. »
L’Humanité, Gérald Rossi, 14 MARS 2018

 

« Une diction très particulière, qui laisse entendre l’ironie, l’humour, la mélancolie, le plaisir, que chacun des mots de ce récit autobiographique trimballe. (…) C’est la qualité de l’écriture et le jeu dans les époques qui crée la juste distance, pour recevoir cette histoire terrible, sans se noyer dans les larmes. (…) Les bijoux de pacotille, comme ceux carbonisés dans la voiture brûlée, sont un trésor que chaque spectateur emporte avec lui. »
Libération, Anne Diatkine, 22 MARS 2018

Distributions Crédits

texte et interprétation Céline Milliat-Baumgartner
mise en scène
Pauline Bureau
scénographie Emmanuelle Roy
costumes et accessoires Alice Touvet
composition musicale et sonore Vincent Hulot
lumière Bruno Brinas
dramaturgie Benoîte Bureau
vidéo
Christophe Touche
magie Benoît Dattez
travail chorégraphique
Cécile Zanibelli
direction technique Marc Labourguigne
régie générale et son Sébastien Villeroy
régie lumière Pauline Falourd
développement et diffusion Maud Desbordes
administration Claire Dugot
chargé de production et logistique Paul Lacour-Lebouvier
presse ZEF, Isabelle Muraour

 

Le texte est publié aux éditions Arléa et Hatier

production La Part des Anges
coproduction Théâtre Paris Villette, Le Merlan Scène nationale de Marseille, Théâtre Romain Rolland – scène conventionnée de Villejuif
avec le soutien du Conseil Départemental du Val-de-Marne dans le cadre de l’aide à la création et de la Ville de Paris pour l’aide à la diffusion
résidences de création au Théâtre Paris Villette, au Théâtre Romain Rolland, scène conventionnée de Villejuif et au Théâtre de la Bastille
remerciements à Julien Ambard et Carole Mettavant
merci à Adrien De Van, pour son regard amical
Créé en 2017 au Théâtre Romain Rolland, scène conventionnée de Villejuif

 

La part des anges est conventionnée par le ministère de la Culture / Drac Normandie au titre du dispositif compagnies à rayonnement national et international. Elle est également conventionnée par la Région Normandie. Pauline Bureau est artiste associée à la Comédie de Caen – CDN de Normandie

 

part-des-anges.com

 

 

La presse en parle

« Céline Milliat Baumgartner a écrit une pièce lumineuse, sensible, vibrante, et d’une extraordinaire beauté. Un récit autobiographique d’autant plus fort qu’à aucun moment ne perce le poids de la tristesse, remplacée par une  légèreté qui étrangement, donne au souvenir et au manque de la mère (surtout) une force démultipliée. (…) [Elle] invite à partager l’arc en ciel de ses souvenirs. Dans un moment de tendresse éblouissante. »
L’Humanité, Gérald Rossi, 14 MARS 2018

 

« Une diction très particulière, qui laisse entendre l’ironie, l’humour, la mélancolie, le plaisir, que chacun des mots de ce récit autobiographique trimballe. (…) C’est la qualité de l’écriture et le jeu dans les époques qui crée la juste distance, pour recevoir cette histoire terrible, sans se noyer dans les larmes. (…) Les bijoux de pacotille, comme ceux carbonisés dans la voiture brûlée, sont un trésor que chaque spectateur emporte avec lui. »
Libération, Anne Diatkine, 22 MARS 2018