DIOTIME ET LES LIONS

Diotime est issue d’une grande lignée familiale dont les plus lointains ancêtres étaient des lions. Elle rêve de participer à la guerre rituelle qui oppose une fois par an, pendant deux jours et deux nuits, les lions et les hommes. Mais cette tradition ancestrale exclut les femmes du combat…

Le soutien de son grand-père, la rencontre avec un jeune homme et la bataille avec les fauves vont transformer Diotime. Son parcours initiatique va modifier ses croyances et fonder sa puissance.
Adaptée d’un récit d’Henry Bauchau, cette aventure, où s’entrelacent images projetées, danses et chants, questionne les liens qui nous unissent à nos ancêtres, à notre liberté, à l’animal et au vivant. Les spectateurs sont invités à participer au rituel et accompagnent Diotime dans sa quête !

à voir en famille
MER.6 | JEU.7 JAN.
À 19H
DURÉE 1H
à partir de 7 ans
LIEUSALLE DE CRÉATION

TARIF PETITS ET GRANDS


+ SÉANCES SCOLAIRES 

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 30 25 25 12 10  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif A Auditorium Seynod
(27 € / 20 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TAS Tarif B Auditorium Seynod
(21 € / 14 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

conception Mylène Benoit et Magda Kachouche
d’après l’œuvre Diotime et les lions d’Henry Bauchau, publiée aux éditions Actes Sud
avec Lilou Robert et Magda Kachouche (Céline Cartillier et Mylène Benoit en alternance pendant la tournée)
musique Nicolas Devos et Pénélope Michel (Cercueil / Puce Moment)
textes des chansons Céline Cartillier, Mylène Benoit, Magda Kachouche
costumes Frédérick Denis
accessoires Sarah d’Haeyer
création lumière Antoine Crochemore, Mylène Benoit, Magda Kachouche
régie générale Juliette Romens ou Matthieu Ponchelle (en alternance)
administration, production Emilie Drapeau
production, diffusion, communication Camille Martin-Sermolini

 

 

production  Contour Progressif
partenaires Le Gymnase CDCN Roubaix Hauts-de-France, Le Phare CCN du Havre Normandie, L’Échangeur CDCN Hauts-de-France, Centre Chorégraphique National – Ballet de Lorraine, Culture Commune Scène Nationale du Bassin Minier du Pas de Calais, Le Volcan Scène Nationale du Havre
soutien Théâtre des 13 vents CDN Montpellier

 

La compagnie Contour Progressif bénéficie du soutien du Ministère de la culture et de la communication / Direction régionale des affaires culturelles des Hauts-de-France, au titre de l’aide à la compagnie conventionnée ; de la région Hauts-de-France au titre de l’aide au programme d’activité.
avec le soutien de la SPEDIDAM

La compagnie Contour progressif a été fondée en 2004 par Mylène Benoit, plasticienne et chorégraphe. Sa démarche de création est fondée sur une écriture chorale, qui mêle la danse, le chant, la matière sonore, la vibration lumineuse, les éléments optiques ou textuels. La compagnie compte une dizaine d’œuvres au répertoire, dont 4 créations en 2018 avec un Sujet à Vif au Festival d’Avignon conçu avec la marionnettiste Julika Mayer. Le travail de la compagnie Contour progressif est innervé par un engagement artistique et politique qui s’exprime au delà du dispositif « spectaculaire”. C’est un projet collaboratif et protéiforme, qui s’actualise dans les productions artistiques autant que par la présence active des collaborateurs artistiques sur différents territoires (rencontres avec les publics et stages de pratique, conférences, créations avec des amateurs, compagnonnage dans les lycées, travaux de recherche, veille technologique et mutualisation des outils de création).

 

Mylène Benoit a été artiste associée au Phare – CCN du Havre Normandie jusqu’en décembre 2018, en résidence longue à l’Echangeur / CDCN Hauts-de-France de 2016 à 2018. Elle est lauréate de la Villa Kujoyama en 2017. Elle est artiste de l’Ensemble Associé du Théâtre des 13 Vents – CDN Montpellier, associée au Théâtre du Beauvaisis, scène nationale, à partir de janvier 2020 et à la Scène nationale du Mans, Les Quinconces / L’Espal, à partir de septembre 2021.
La Compagnie Contour progressif est conventionnée par la Drac Hauts-de-France, et soutenue par le Conseil Régional des Hauts-de-France au titre de l’aide au programme d’activités.

 

Né en 1913 en Belgique, Henry Bauchau est romancier, poète et dramaturge.
Membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, il vit à Paris de 1975 à sa mort en 2012.
La petite enfance d’Henry Bauchau est marquée par l’invasion allemande et l’incendie de la maison maternelle à Louvain. Il fait des études de droit et, avant d’être mobilisé en 1939, il exerce des activités dans le journalisme et milite dans des mouvements de jeunesse chrétiens. Pendant la guerre, de juillet 1940 à juin 1943, il sera responsable du Service des Volontaires du Travail pour la Wallonie (SVTW), avant de rejoindre un mouvement de résistance armée. Blessé dans un maquis des Ardennes, il termine la guerre à Londres. Durant une longue partie de sa vie, Bauchau mène une psychanalyse auprès de Blanche Reverchon, l’épouse du poète Pierre Jean Jouve. Cette analyse marquera profondément sa pensée.
Il publie son premier recueil de poèmes, Géologie, en 1958. En 1960, Ariane Mnouchkine monte sa pièce Gengis Khan aux Arènes de Lutèce. En 1985, il reçoit le Prix quinquennal de littérature pour l’ensemble de sa carrière. Il a entreprit un cycle mythologique avec Œdipe sur la route (1990), Diotime et les lions (1991) et Antigone (1997). Bauchau mêle l’enthousiasme mystique et la connaissance de l’Antiquité à la psychanalyse, aux philosophies asiatiques et à la foi chrétienne.

« Conjuguant danse, chant, vidéo, musique, la pièce jeune public Diotime et les lions fait naître tout un univers de contes. Pour un périple festif, conçu par Mylène Benoit et Magda Kachouche, au cours duquel une jeune fille se prépare à un rituel réservé aux hommes : la rencontre avec ses ancêtres. »
ParisArt.com, Sarah Kellal, 1ER MAI 19

 

« Diotime et les lions : un spectacle musical audacieux et profond autour de la vertigineuse question du désir. La compagnie Contour Progressif s’empare avec force, douceur et grande intelligence du très beau et intense texte d’Henri Bauchau, en nous offrant un spectacle dédié au jeune public qui élève l’imaginaire et s’adresse à tous. »
Toutelaculture.com, Sarah Kellal, 10 MARS 19

 

« Artiste à la curiosité pluridisciplinaire, Mylène Benoit co-signe ici avec Magda Kachouche – artiste plasticienne et collaboratrice artistique de la chorégraphe depuis 6 ans – sa première pièce pour jeunes spectateurs, dans une forme très contemporaine où résonnent – et c’est vrai aussi pour la musique signée Nicolas Devos et Pénélope Michel – de lointains échos d’autres temps et continents. La narratrice résume parfaitement cette relation, avec les mots de Bauchau : « La danse nous ramenait peu à peu à l’origine du monde. Jamais le monde n’avait été aussi beau et aussi cruel. » Et la danse du lion n’a jamais revêtu autant de strates, ni une telle transparence dans une nuit aussi lumineuse. »
Danser canal historique, Thomas Hahn, 28 JAN. 19

À voir aussi

Distributions Crédits

conception Mylène Benoit et Magda Kachouche
d’après l’œuvre Diotime et les lions d’Henry Bauchau, publiée aux éditions Actes Sud
avec Lilou Robert et Magda Kachouche (Céline Cartillier et Mylène Benoit en alternance pendant la tournée)
musique Nicolas Devos et Pénélope Michel (Cercueil / Puce Moment)
textes des chansons Céline Cartillier, Mylène Benoit, Magda Kachouche
costumes Frédérick Denis
accessoires Sarah d’Haeyer
création lumière Antoine Crochemore, Mylène Benoit, Magda Kachouche
régie générale Juliette Romens ou Matthieu Ponchelle (en alternance)
administration, production Emilie Drapeau
production, diffusion, communication Camille Martin-Sermolini

 

 

production  Contour Progressif
partenaires Le Gymnase CDCN Roubaix Hauts-de-France, Le Phare CCN du Havre Normandie, L’Échangeur CDCN Hauts-de-France, Centre Chorégraphique National – Ballet de Lorraine, Culture Commune Scène Nationale du Bassin Minier du Pas de Calais, Le Volcan Scène Nationale du Havre
soutien Théâtre des 13 vents CDN Montpellier

 

La compagnie Contour Progressif bénéficie du soutien du Ministère de la culture et de la communication / Direction régionale des affaires culturelles des Hauts-de-France, au titre de l’aide à la compagnie conventionnée ; de la région Hauts-de-France au titre de l’aide au programme d’activité.
avec le soutien de la SPEDIDAM

Biographie

La compagnie Contour progressif a été fondée en 2004 par Mylène Benoit, plasticienne et chorégraphe. Sa démarche de création est fondée sur une écriture chorale, qui mêle la danse, le chant, la matière sonore, la vibration lumineuse, les éléments optiques ou textuels. La compagnie compte une dizaine d’œuvres au répertoire, dont 4 créations en 2018 avec un Sujet à Vif au Festival d’Avignon conçu avec la marionnettiste Julika Mayer. Le travail de la compagnie Contour progressif est innervé par un engagement artistique et politique qui s’exprime au delà du dispositif « spectaculaire”. C’est un projet collaboratif et protéiforme, qui s’actualise dans les productions artistiques autant que par la présence active des collaborateurs artistiques sur différents territoires (rencontres avec les publics et stages de pratique, conférences, créations avec des amateurs, compagnonnage dans les lycées, travaux de recherche, veille technologique et mutualisation des outils de création).

 

Mylène Benoit a été artiste associée au Phare – CCN du Havre Normandie jusqu’en décembre 2018, en résidence longue à l’Echangeur / CDCN Hauts-de-France de 2016 à 2018. Elle est lauréate de la Villa Kujoyama en 2017. Elle est artiste de l’Ensemble Associé du Théâtre des 13 Vents – CDN Montpellier, associée au Théâtre du Beauvaisis, scène nationale, à partir de janvier 2020 et à la Scène nationale du Mans, Les Quinconces / L’Espal, à partir de septembre 2021.
La Compagnie Contour progressif est conventionnée par la Drac Hauts-de-France, et soutenue par le Conseil Régional des Hauts-de-France au titre de l’aide au programme d’activités.

 

Né en 1913 en Belgique, Henry Bauchau est romancier, poète et dramaturge.
Membre de l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique, il vit à Paris de 1975 à sa mort en 2012.
La petite enfance d’Henry Bauchau est marquée par l’invasion allemande et l’incendie de la maison maternelle à Louvain. Il fait des études de droit et, avant d’être mobilisé en 1939, il exerce des activités dans le journalisme et milite dans des mouvements de jeunesse chrétiens. Pendant la guerre, de juillet 1940 à juin 1943, il sera responsable du Service des Volontaires du Travail pour la Wallonie (SVTW), avant de rejoindre un mouvement de résistance armée. Blessé dans un maquis des Ardennes, il termine la guerre à Londres. Durant une longue partie de sa vie, Bauchau mène une psychanalyse auprès de Blanche Reverchon, l’épouse du poète Pierre Jean Jouve. Cette analyse marquera profondément sa pensée.
Il publie son premier recueil de poèmes, Géologie, en 1958. En 1960, Ariane Mnouchkine monte sa pièce Gengis Khan aux Arènes de Lutèce. En 1985, il reçoit le Prix quinquennal de littérature pour l’ensemble de sa carrière. Il a entreprit un cycle mythologique avec Œdipe sur la route (1990), Diotime et les lions (1991) et Antigone (1997). Bauchau mêle l’enthousiasme mystique et la connaissance de l’Antiquité à la psychanalyse, aux philosophies asiatiques et à la foi chrétienne.

La presse en parle

« Conjuguant danse, chant, vidéo, musique, la pièce jeune public Diotime et les lions fait naître tout un univers de contes. Pour un périple festif, conçu par Mylène Benoit et Magda Kachouche, au cours duquel une jeune fille se prépare à un rituel réservé aux hommes : la rencontre avec ses ancêtres. »
ParisArt.com, Sarah Kellal, 1ER MAI 19

 

« Diotime et les lions : un spectacle musical audacieux et profond autour de la vertigineuse question du désir. La compagnie Contour Progressif s’empare avec force, douceur et grande intelligence du très beau et intense texte d’Henri Bauchau, en nous offrant un spectacle dédié au jeune public qui élève l’imaginaire et s’adresse à tous. »
Toutelaculture.com, Sarah Kellal, 10 MARS 19

 

« Artiste à la curiosité pluridisciplinaire, Mylène Benoit co-signe ici avec Magda Kachouche – artiste plasticienne et collaboratrice artistique de la chorégraphe depuis 6 ans – sa première pièce pour jeunes spectateurs, dans une forme très contemporaine où résonnent – et c’est vrai aussi pour la musique signée Nicolas Devos et Pénélope Michel – de lointains échos d’autres temps et continents. La narratrice résume parfaitement cette relation, avec les mots de Bauchau : « La danse nous ramenait peu à peu à l’origine du monde. Jamais le monde n’avait été aussi beau et aussi cruel. » Et la danse du lion n’a jamais revêtu autant de strates, ni une telle transparence dans une nuit aussi lumineuse. »
Danser canal historique, Thomas Hahn, 28 JAN. 19

À voir aussi