LA DISPUTE

Ils ont l’âge de l’innocence, mais ils n’ont pas froid aux yeux. L’art de la malice et celui de vous mettre au pied du mur. Face au choc du divorce, ils sont en première ligne. Grâce à la complicité de Mohamed El Khatib, des enfants de huit ans témoignent, en toute fraîcheur, lucidité et humour. Une pièce-document à la véracité folle, sensible, libre et lumineuse.

Une centaine d’enfants rencontrés et l’évidence d’un fait de société : la plupart ont des parents séparés. Tous ont vu s’installer la dispute, signe avant-coureur des séparations. D’une maturité insoupçonnable, ils ont fait face, encaissé avec une force confondante. Loin du pathos, huit enfants parlent, échangent, confrontent leur ressenti : une vision des adultes à travers le prisme de l’enfance. Avec un aplomb formidable, les voilà qui bombardent le public de questions pertinentes, s’en amusent, désamorcent le trop-plein d’émotions par une distance salutaire et l’humour d’une parole sans filtre.
La Dispute de Mohamed El Khatib ne doit rien à Marivaux, si ce n’est par l’observation attentive de l’humain. Une magnifique rencontre.

tRéserver
je m'abonne!Tarifs préférentiels,
priorité de réservation
je réserve
sans abonnement
À partir du
mar. 01 déc. dès 12h30
fermer
à voir en famille
VEN.22 | SAM.23 JAN.
À 19H
DURÉE 50 MIN
À PARTIR DE 6 ANS
LIEUGRANDE SALLE

TARIF B

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 30 25 25 12 10  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif A Auditorium Seynod
(27 € / 20 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TAS Tarif B Auditorium Seynod
(21 € / 14 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

conception et réalisation Mohamed El Khatib
avec Aaron, Amélie, Camille, Eloria, Ihsen,Imran, Maëlla, Malick, Solal, Swann (6 enfants en alternance)
cheffe de projet Marie Desgranges
dramaturge Vassia Chavaroche
vidéo et montage Emmanuel Manzano
scénographie et collaboration artistique Fred Hocké
collaboration artistique Amélie Bonnin, Dimitri Hatton
son Arnaud Léger
assistante scénographie Alice Girardet
pratique musicale Mathieu Picard
photographie Yohanne Lamoulère
régie de tournée-son Arnaud Léger ou Nicolas Hadot
régie de tournée – lumière/vidéo Jonathan Douchet ou Madelaine Campa
direction de production Martine Bellanza
presse Nathalie Gasser

production Zirlib
coproduction Tandem- scène nationale (Arras -Douai) ; Théâtre de la Ville – Paris ; Festival d’Automne à Paris; Théâtre national de Bretagne(Rennes) ; Malraux – Scène nationale de Chambéry Savoie ; Théâtre du Beauvaisis-scène nationale (Beauvais) ; Théâtre Paul Éluard-scène conventionnée d’intérêt national pour la diversité linguistique (Choisy-le-Roi ) ; La Coursive – scène nationale( La Rochelle) ; Scène nationale d’Aubusson.
avec le soutien du Théâtre Garonne Toulouse – Scène européenne et de la SPEDIDAM

 

Zirlib est conventionnée par le ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Centre-Val de Loire, par la Région Centre-Val de Loire et soutenue par la Ville d’Orléans

 

Mohamed El Khatib est artiste associé au Théâtre de la Ville à Paris, au Théâtre national de Bretagne à Rennes et à Malraux – Scène nationale Chambéry Savoie

Auteur, metteur en scène et réalisateur, Mohamed El Khatib développe des projets de fictions documentaires singuliers dans le champ de la performance, de la littérature ou du cinéma. À travers des épopées intimes, il invite tour à tour un agriculteur, une femme de ménage, des marins, à co-signer avec lui une écriture du temps présent. Après Moi, Corinne Dadat qui proposait à une femme de ménage et à une danseuse classique de faire un point sur leurs compétences, il a poursuivi son exploration de la classe ouvrière avec la pièce monumentale, STADIUM, qui convoque sur scène 58 supporters du Racing Club de Lens.
Mohamed El Khatib a obtenu le Grand Prix de Littérature dramatique 2016 avec la pièce Finir en beauté où il évoque la fin de vie sa mère. Son dernier texte C’est la vie, primé par l’Académie française, vient clore ce cycle sur la question du deuil, qui démontre qu’une comédie n’est qu’une tragédie avec un peu de recul… Enfin, c’est au cinéma qu’il aborde la question de l’héritage dans son dernier film Renault 12, road movie entre Orléans et Tanger.
Mohamed El Khatib est artiste associé au Théâtre de la Ville à Paris, au Théâtre National de Bretagne et à Malraux – Scène nationale de Chambéry Savoie.

« La parole est franche, directe, sans filtre. Capable de nous secouer d’émotions contradictoires. Mohamed El Khatib a su créer, avec l’accord voire parfois la complicité des parents, une petite communauté d’enfants joyeuse, qui regarde la vie, le monde des adultes, droit dans les yeux. »
L’Humanité

 

« Accompagnés de témoignages vidéo d’autres enfants de leur âge – tous ont entre 8 et 10 ans -, les six bambins de La Dispute disent la séparation de leurs parents sans la réserve des adultes. Et souvent avec une capacité d’analyse et un humour inattendus. Avec un mélange de maturité et de naïvité qui fait toute la saveur de la proposition. »
Politis

 

« En une heure dense et drôle, la petite bande manie l’humour et l’émotion avec un aplomb confondant. »
Télérama

À voir aussi

Distributions Crédits

conception et réalisation Mohamed El Khatib
avec Aaron, Amélie, Camille, Eloria, Ihsen,Imran, Maëlla, Malick, Solal, Swann (6 enfants en alternance)
cheffe de projet Marie Desgranges
dramaturge Vassia Chavaroche
vidéo et montage Emmanuel Manzano
scénographie et collaboration artistique Fred Hocké
collaboration artistique Amélie Bonnin, Dimitri Hatton
son Arnaud Léger
assistante scénographie Alice Girardet
pratique musicale Mathieu Picard
photographie Yohanne Lamoulère
régie de tournée-son Arnaud Léger ou Nicolas Hadot
régie de tournée – lumière/vidéo Jonathan Douchet ou Madelaine Campa
direction de production Martine Bellanza
presse Nathalie Gasser

production Zirlib
coproduction Tandem- scène nationale (Arras -Douai) ; Théâtre de la Ville – Paris ; Festival d’Automne à Paris; Théâtre national de Bretagne(Rennes) ; Malraux – Scène nationale de Chambéry Savoie ; Théâtre du Beauvaisis-scène nationale (Beauvais) ; Théâtre Paul Éluard-scène conventionnée d’intérêt national pour la diversité linguistique (Choisy-le-Roi ) ; La Coursive – scène nationale( La Rochelle) ; Scène nationale d’Aubusson.
avec le soutien du Théâtre Garonne Toulouse – Scène européenne et de la SPEDIDAM

 

Zirlib est conventionnée par le ministère de la Culture et de la Communication – DRAC Centre-Val de Loire, par la Région Centre-Val de Loire et soutenue par la Ville d’Orléans

 

Mohamed El Khatib est artiste associé au Théâtre de la Ville à Paris, au Théâtre national de Bretagne à Rennes et à Malraux – Scène nationale Chambéry Savoie

Biographie

Auteur, metteur en scène et réalisateur, Mohamed El Khatib développe des projets de fictions documentaires singuliers dans le champ de la performance, de la littérature ou du cinéma. À travers des épopées intimes, il invite tour à tour un agriculteur, une femme de ménage, des marins, à co-signer avec lui une écriture du temps présent. Après Moi, Corinne Dadat qui proposait à une femme de ménage et à une danseuse classique de faire un point sur leurs compétences, il a poursuivi son exploration de la classe ouvrière avec la pièce monumentale, STADIUM, qui convoque sur scène 58 supporters du Racing Club de Lens.
Mohamed El Khatib a obtenu le Grand Prix de Littérature dramatique 2016 avec la pièce Finir en beauté où il évoque la fin de vie sa mère. Son dernier texte C’est la vie, primé par l’Académie française, vient clore ce cycle sur la question du deuil, qui démontre qu’une comédie n’est qu’une tragédie avec un peu de recul… Enfin, c’est au cinéma qu’il aborde la question de l’héritage dans son dernier film Renault 12, road movie entre Orléans et Tanger.
Mohamed El Khatib est artiste associé au Théâtre de la Ville à Paris, au Théâtre National de Bretagne et à Malraux – Scène nationale de Chambéry Savoie.

La presse en parle

« La parole est franche, directe, sans filtre. Capable de nous secouer d’émotions contradictoires. Mohamed El Khatib a su créer, avec l’accord voire parfois la complicité des parents, une petite communauté d’enfants joyeuse, qui regarde la vie, le monde des adultes, droit dans les yeux. »
L’Humanité

 

« Accompagnés de témoignages vidéo d’autres enfants de leur âge – tous ont entre 8 et 10 ans -, les six bambins de La Dispute disent la séparation de leurs parents sans la réserve des adultes. Et souvent avec une capacité d’analyse et un humour inattendus. Avec un mélange de maturité et de naïvité qui fait toute la saveur de la proposition. »
Politis

 

« En une heure dense et drôle, la petite bande manie l’humour et l’émotion avec un aplomb confondant. »
Télérama

À voir aussi