LA VIE DE GALILÉE

Nous sommes en plein XVIIe siècle, le monde s’éveille à nouveau à la science. Après les grandes découvertes et l’épopée des marins héroïques, c’est l’univers infini qui s’ouvre sous les yeux et les calculs de Galilée, héritier d’une grande lignée d’astronomes. Le savant incarne, dans une fresque passionnante, le combat de la vérité contre l’obscurantisme et la puissance de l’Église. Philippe Torreton, acteur solaire et d’une justesse épatante, incarne ici Galilée. Il lui offre une stature, une faconde, une ironie, une rudesse et une tendresse bouleversantes !

Claudia Stavisky, directrice du théâtre des Célestins à Lyon, s’empare du texte limpide de Bertolt Brecht écrit en 1938. Sa mise en scène, d’une grande sobriété, en révèle la richesse, la puissance et la contemporanéité. En développant la technique de la lunette astronomique, Galilée prouve que la Terre tourne autour du Soleil. Le monde est en train de changer mais le pouvoir religieux, qui plus est dans la pieuse Italie, ne l’entend pas ainsi et veut garder la main sur le Ciel. Entouré de dix comparses campant une quarantaine de personnages, le grand Philippe Torreton excelle à incarner cette lutte contre l’ignorance. Du grand art, sans esbroufe, profondément habité par des enjeux fondamentaux : ceux de la vérité et du savoir. Une jubilation !

tRéserver
je m'abonne!Tarifs préférentiels,
priorité de réservation
je réserve
sans abonnement
À partir du
mar. 01 déc. dès 12h30
fermer
MAR.5 | MER.6 | JEU.7 | VEN.8 JAN.
À 20H30 | SAUF JEU. À 19H
DURÉE 2H35 (SANS ENTRACTE)
LIEUGRANDE SALLE

TARIF A+

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 30 25 25 12 10  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif A Auditorium Seynod
(27 € / 20 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TAS Tarif B Auditorium Seynod
(21 € / 14 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

d’après Bertolt Brecht
mise en scène Claudia Stavisky
assistant à la mise en scène Alexandre Paradis
avec Philippe Torreton (Galilée), Gabin Bastard (Membre du conseil, Cosme enfant, Le Moine accompagnateur, le Secrétaire, un enfant de chœur), Frédéric Borie (Ludovico, Clavius, l’Individu, Barberini/le Pape), Alexandre Carrière (Sagredo, le Gros Prelat, Vanni, le Moine), Martin Sève (Le petit Moine, le Mathématicien, un Membre du conseil, Cosme adulte), Guy-Pierre Couleau (Le Doge, Federzoni, Le très Vieux Cardinal, Gaffone), Matthias Distefano (Andréa jeune, le Moine titubant, le Secrétaire, enfant de chœur), Nanou Garcia (Madame Sarti), Michel Hermon (l’Inquisiteur, le Curateur, le Maréchal de la Cour), Benjamin Jungers (Andréa adulte, un membre du conseil, le Philosophe, le Savant, Bellarmin, le Fonctionnaire), Marie Torreton (Virginia la fille de Galilée)
scénographie et costumes Lili Kendaka
lumière Franck Thévenon
son Jean-Louis Imbert
création vidéo Michaël Dusautoy
assisté de Marion Comte
maquillage, coiffure Catherine Bloquère
construction du décor société Albaka
accessoiristes Fabien Barbot, Sandrine Jas, Marion Pellarini
responsable couture et habillage Bruno Torres
réalisation des costumes Grain de taille, atelier BMV et l’atelier des Célestins
patineuse Marjory Salles
réalisation des masques Patricia Gatepaille
assistante scénographie Malika Chauveau
casting enfants Maguy Aimé
directeur des productions et conseiller artistique Emmanuel Serafini
administratrice de production et diffusion Caroline Begalla
régisseur général Laurent Pâtissier
régisseurs plateau Mattia Lercari, Fabien Barbot,
régisseur son / vidéo Pierre Zucla
régisseur lumière Hervé Cottin
chef habilleuse Véronique Grand Lambert
maquillage coiffure Kim Ducreux
texte français Éloi Recoing © L’Arche Éditeur

 

 

production Célestins – Théâtre de Lyon, Grandlyon, la métropole
avec le soutien du DIESE # Auvergne-Rhône-Alpes – dispositif d’insertion de L’École de la Comédie de Saint-Étienne

Claudia Stavisky est metteure en scène et directrice des Célestins, Théâtre de Lyon. Son travail s’inscrit dans la traversée des grandes aventures humaines tendues entre l’intime et le politique. Née à Buenos Aires, elle arrive en France en 1974. Après le Conservatoire national supérieur d’art dramatique, classe Antoine Vitez, elle débute une carrière de comédienne sous sa direction et joue également avec Peter Brook, Stuart Seide, René Loyon, Jérôme Savary, entre autres. En 1988, elle passe à la mise en scène dans des théâtres français prestigieux et crée une quinzaine des textes d’auteurs contemporains dont Avant la retraite de Thomas Bernhard, Nora d’Elfriede Jelinek, Munich/Athènes de Lars Noren, Mardi d’Edward Bond… Elle met en scène plusieurs opéras, dont Le Chapeau de paille d’Italie de Nino Rota, Le Barbier de Séville de Rossini, Roméo et Juliette de Gounod.
Claudia Stavisky dirige les Célestins, théâtre emblématique de Lyon, depuis 2000. Elle a créé et mis en scène plus d’une trentaine de spectacles qui tournent en France et à l’étranger dont : La Locandiera de Carlo Goldoni, Minetti de Thomas Bernhard, Cairn et Le Bousier d’Enzo Cormann, Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, La Cuisine d’Arnold Wesker, La Femme d’avant, Une nuit arabe et Le Dragon d’or de Roland Schimmelpfennig, Oncle Vania d’Anton Tchekhov, Mort d’un commis voyageur d’Arthur Miller, Chatte sur un toit brûlant de Tennessee Williams, En roue libre de Penelope Skinner, Les affaires sont les affaires d’Octave Mirbeau, Tableau d’une exécution d’Howard Barker, Rabbit Hole de David Lindsay-Abaire et La Place Royale de Corneille. Elle a créé La Vie de Galilée de Bertolt Brecht à la Scala – Paris en septembre 2019. À l’invitation de Lev Dodine, elle a mis en scène Lorenzaccio d’Alfred Musset à Saint-Pétersbourg, avec les acteurs russes de son prestigieux Maly Drama Théâtre. Puis, à l‘invitation du Shanghai Dramatic Art Center, Blackbird de David Harrower, et prépare actuellement Skylight de David Hare, avec les acteurs chinois de la troupe nationale. Depuis le début de sa carrière, Claudia Stavisky s’implique dans la formation d’acteurs. Elle anime régulièrement des ateliers avec les élèves du Conservatoire national de Paris, de l’École nationale supérieure des arts et techniques du Théâtre de Lyon, des comédiens professionnels. Pour Radio France Internationale, elle a réalisé plus de deux cents heures d’émissions culturelles. Sensible aux problématiques de l’insertion professionnelle, entre 1976 et 1983, elle anime plusieurs ateliers d’alphabétisation pour adultes, par le biais de la pratique théâtrale à la prison (Fresnes) et dans des foyers de travailleurs immigrés. Elle a cherché aussi à favoriser l’insertion de jeunes à la marge en les initiant aux métiers du spectacle vivant.
Elle a conduit, aux Célestins et dans des quartiers défavorisés de Lyon, de nombreux ateliers de pratique artistique avec des publics adultes et jeunes. Entre septembre 2014 et février 2017, Claudia Stavisky orchestre un projet de médiation et d’ateliers de pratique artistique avec les habitants de Vaulx-en-Velin, librement inspiré de « La Chose publique » ou l’invention de la politique de Philippe Dujardin. Ce projet a abouti à l’écriture et la création de Senssala, spectacle présenté au Centre Charlie Chaplin de Vaulx-en-Velin et au Théâtre des Célestins.

« La metteure en scène s’est offert un atout maître : Philippe Torreton, qui trouve là un rôle à sa mesure. C’est peu de dire qu’il est magnifique. Son Galilée est d’une humanité, d’une sobriété et d’une densité propres à décliner toutes les complexités du personnage, dont il ne s’agit pas de faire un héro ni/ou un traître – ce serait trop simple. La Vie de Galilée selon Brecht, Stavisky et Torreton, c’est l’histoire d’un combat mené avec patience, intelligence et obstination par un homme passionné par sa recherche intellectuelle. »
Le Monde, Fabienne Darge

 

« Claudia Stavisky offre une version allégée de La Vie de Galilée, comme simplifiée, qui fait mieux saisir les enjeux politiques, scientifiques, humain du texte aujourd’hui.
Avec un Philippe Torreton en tête de distribution et meneur de bande, qu’on aura rarement vu aussi puissant, profond ; attachant et odieux, admirable et lâche, tout en paradoxes dans la peau du grand astronome, mathématicien et physicien italien. »
Télérama, Fabienne Pascaud

 

« Dans une excellente mise en scène de Claudia Stavisky, une superbe prestation de Philppe Torreton… Leur Galilée est d’une unité exemplaire, fondée sur le principe d’austérité qui donne au spectacle une vérité et une humanité bouleversante.
D’abord, le texte y gagne. L’oreille n’est pas dérangée par la distraction de l’œil !
Le décor, l’architecture, les lumières, les couleurs, les costumes obéissent à une rigueur et une sobriété étroitement adaptées à la pureté de l’écriture de Brecht et au classicisme de la construction de l’œuvre. Même rectitude dans la mise en scène et la direction d’acteurs. La prestation de Philippe Torreton est d’une absolue perfection. Il donne à Galilée une présence, à la fois physique et spirituelle, saisissante. »
Le Figaro Magazine, Philippe Tesson

À voir aussi

Distributions Crédits

d’après Bertolt Brecht
mise en scène Claudia Stavisky
assistant à la mise en scène Alexandre Paradis
avec Philippe Torreton (Galilée), Gabin Bastard (Membre du conseil, Cosme enfant, Le Moine accompagnateur, le Secrétaire, un enfant de chœur), Frédéric Borie (Ludovico, Clavius, l’Individu, Barberini/le Pape), Alexandre Carrière (Sagredo, le Gros Prelat, Vanni, le Moine), Martin Sève (Le petit Moine, le Mathématicien, un Membre du conseil, Cosme adulte), Guy-Pierre Couleau (Le Doge, Federzoni, Le très Vieux Cardinal, Gaffone), Matthias Distefano (Andréa jeune, le Moine titubant, le Secrétaire, enfant de chœur), Nanou Garcia (Madame Sarti), Michel Hermon (l’Inquisiteur, le Curateur, le Maréchal de la Cour), Benjamin Jungers (Andréa adulte, un membre du conseil, le Philosophe, le Savant, Bellarmin, le Fonctionnaire), Marie Torreton (Virginia la fille de Galilée)
scénographie et costumes Lili Kendaka
lumière Franck Thévenon
son Jean-Louis Imbert
création vidéo Michaël Dusautoy
assisté de Marion Comte
maquillage, coiffure Catherine Bloquère
construction du décor société Albaka
accessoiristes Fabien Barbot, Sandrine Jas, Marion Pellarini
responsable couture et habillage Bruno Torres
réalisation des costumes Grain de taille, atelier BMV et l’atelier des Célestins
patineuse Marjory Salles
réalisation des masques Patricia Gatepaille
assistante scénographie Malika Chauveau
casting enfants Maguy Aimé
directeur des productions et conseiller artistique Emmanuel Serafini
administratrice de production et diffusion Caroline Begalla
régisseur général Laurent Pâtissier
régisseurs plateau Mattia Lercari, Fabien Barbot,
régisseur son / vidéo Pierre Zucla
régisseur lumière Hervé Cottin
chef habilleuse Véronique Grand Lambert
maquillage coiffure Kim Ducreux
texte français Éloi Recoing © L’Arche Éditeur

 

 

production Célestins – Théâtre de Lyon, Grandlyon, la métropole
avec le soutien du DIESE # Auvergne-Rhône-Alpes – dispositif d’insertion de L’École de la Comédie de Saint-Étienne

Biographie

Claudia Stavisky est metteure en scène et directrice des Célestins, Théâtre de Lyon. Son travail s’inscrit dans la traversée des grandes aventures humaines tendues entre l’intime et le politique. Née à Buenos Aires, elle arrive en France en 1974. Après le Conservatoire national supérieur d’art dramatique, classe Antoine Vitez, elle débute une carrière de comédienne sous sa direction et joue également avec Peter Brook, Stuart Seide, René Loyon, Jérôme Savary, entre autres. En 1988, elle passe à la mise en scène dans des théâtres français prestigieux et crée une quinzaine des textes d’auteurs contemporains dont Avant la retraite de Thomas Bernhard, Nora d’Elfriede Jelinek, Munich/Athènes de Lars Noren, Mardi d’Edward Bond… Elle met en scène plusieurs opéras, dont Le Chapeau de paille d’Italie de Nino Rota, Le Barbier de Séville de Rossini, Roméo et Juliette de Gounod.
Claudia Stavisky dirige les Célestins, théâtre emblématique de Lyon, depuis 2000. Elle a créé et mis en scène plus d’une trentaine de spectacles qui tournent en France et à l’étranger dont : La Locandiera de Carlo Goldoni, Minetti de Thomas Bernhard, Cairn et Le Bousier d’Enzo Cormann, Le Songe d’une nuit d’été de Shakespeare, La Cuisine d’Arnold Wesker, La Femme d’avant, Une nuit arabe et Le Dragon d’or de Roland Schimmelpfennig, Oncle Vania d’Anton Tchekhov, Mort d’un commis voyageur d’Arthur Miller, Chatte sur un toit brûlant de Tennessee Williams, En roue libre de Penelope Skinner, Les affaires sont les affaires d’Octave Mirbeau, Tableau d’une exécution d’Howard Barker, Rabbit Hole de David Lindsay-Abaire et La Place Royale de Corneille. Elle a créé La Vie de Galilée de Bertolt Brecht à la Scala – Paris en septembre 2019. À l’invitation de Lev Dodine, elle a mis en scène Lorenzaccio d’Alfred Musset à Saint-Pétersbourg, avec les acteurs russes de son prestigieux Maly Drama Théâtre. Puis, à l‘invitation du Shanghai Dramatic Art Center, Blackbird de David Harrower, et prépare actuellement Skylight de David Hare, avec les acteurs chinois de la troupe nationale. Depuis le début de sa carrière, Claudia Stavisky s’implique dans la formation d’acteurs. Elle anime régulièrement des ateliers avec les élèves du Conservatoire national de Paris, de l’École nationale supérieure des arts et techniques du Théâtre de Lyon, des comédiens professionnels. Pour Radio France Internationale, elle a réalisé plus de deux cents heures d’émissions culturelles. Sensible aux problématiques de l’insertion professionnelle, entre 1976 et 1983, elle anime plusieurs ateliers d’alphabétisation pour adultes, par le biais de la pratique théâtrale à la prison (Fresnes) et dans des foyers de travailleurs immigrés. Elle a cherché aussi à favoriser l’insertion de jeunes à la marge en les initiant aux métiers du spectacle vivant.
Elle a conduit, aux Célestins et dans des quartiers défavorisés de Lyon, de nombreux ateliers de pratique artistique avec des publics adultes et jeunes. Entre septembre 2014 et février 2017, Claudia Stavisky orchestre un projet de médiation et d’ateliers de pratique artistique avec les habitants de Vaulx-en-Velin, librement inspiré de « La Chose publique » ou l’invention de la politique de Philippe Dujardin. Ce projet a abouti à l’écriture et la création de Senssala, spectacle présenté au Centre Charlie Chaplin de Vaulx-en-Velin et au Théâtre des Célestins.

La presse en parle

« La metteure en scène s’est offert un atout maître : Philippe Torreton, qui trouve là un rôle à sa mesure. C’est peu de dire qu’il est magnifique. Son Galilée est d’une humanité, d’une sobriété et d’une densité propres à décliner toutes les complexités du personnage, dont il ne s’agit pas de faire un héro ni/ou un traître – ce serait trop simple. La Vie de Galilée selon Brecht, Stavisky et Torreton, c’est l’histoire d’un combat mené avec patience, intelligence et obstination par un homme passionné par sa recherche intellectuelle. »
Le Monde, Fabienne Darge

 

« Claudia Stavisky offre une version allégée de La Vie de Galilée, comme simplifiée, qui fait mieux saisir les enjeux politiques, scientifiques, humain du texte aujourd’hui.
Avec un Philippe Torreton en tête de distribution et meneur de bande, qu’on aura rarement vu aussi puissant, profond ; attachant et odieux, admirable et lâche, tout en paradoxes dans la peau du grand astronome, mathématicien et physicien italien. »
Télérama, Fabienne Pascaud

 

« Dans une excellente mise en scène de Claudia Stavisky, une superbe prestation de Philppe Torreton… Leur Galilée est d’une unité exemplaire, fondée sur le principe d’austérité qui donne au spectacle une vérité et une humanité bouleversante.
D’abord, le texte y gagne. L’oreille n’est pas dérangée par la distraction de l’œil !
Le décor, l’architecture, les lumières, les couleurs, les costumes obéissent à une rigueur et une sobriété étroitement adaptées à la pureté de l’écriture de Brecht et au classicisme de la construction de l’œuvre. Même rectitude dans la mise en scène et la direction d’acteurs. La prestation de Philippe Torreton est d’une absolue perfection. Il donne à Galilée une présence, à la fois physique et spirituelle, saisissante. »
Le Figaro Magazine, Philippe Tesson

À voir aussi