LE CORPS DES SONGES

Chanteur, danseur, compositeur, Nosfell invite à un voyage très personnel en Klokochazia, un pays imaginaire qu’il a construit pour déjouer les pièges de son histoire d’enfance. Le Corps des songes est une fantaisie lyrique en trois actes, pour un seul interprète, un orchestre invisible et plusieurs voix. Une ode sensible et onirique à la résilience.

Enfant, son père lui a transmis sept mots d’un langage inventé dont il a fait sept psaumes comme autant de forces pour créer un territoire sur lequel il déambule et qu’il a tatoué sur son corps. Sous les regards exigeants du chorégraphe François Chaignaud et de la danseuse Clémence Galliard, avec la collaboration de Dominique A, Xavier Machault et Donia Berriri, Nosfell incarne la fantasmagorie et le folklore de ce paysage. Avec une poésie infinie, il métamorphose son conte cruel en diamant brut !

JEU.8 | VEN.9 AVR.
JEU. À 19H | VEN. À 20H30
DURÉE 1H10
LIEUPETITE SALLE

TARIF B

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 30 25 25 12 10  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif A Auditorium Seynod
(27 € / 20 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TAS Tarif B Auditorium Seynod
(21 € / 14 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

conception, écriture, performance Nosfell
musique composée et orchestrée par Nosfell et Frédéric Gastard
paroles de Nuit des forêts par Dominique A
paroles de Du côté des forêts par Xavier Machault
écriture et composition d’Ici, le sable Donia Berriri
conception et réalisation scénographie Nadia Lauro
création son Nicolas Delbart et Lucas Thiéfaine
création lumière Yannick Fouassier
conception costumes Éric Martin
réalisation costumes Marion Egner
dramaturgie Tünde Deak
regard extérieur, assistante Clémence Galliard, Anne Lenglet
regard chorégraphique François Chaignaud
développement (typo)graphique Jérémy Barrault
régie générale, plateau et lumière Chloé Bouju
régie son Maxime Drouot
administration, production Bureau Les Indépendances – Blandine Drouin, Colin Pitrat

 

 

production Les Indépendances
avec la Fondation d’entreprise Hermès dans le cadre de son programme New Settings
coproduction MA scène nationale – Pays de Montbéliard, L’échangeur – CDCN Hauts-de-France, Centre Chorégraphique National de Rennes et de Bretagne – Collectif FAIR-E
avec le soutien de la DRAC Ile-de-France et de la Région Île-de-France
résidences Théâtre de Vanves, MA scène nationale – Pays de Montbéliard, Le CENTQUATRE – Paris, L’échangeur – CDCN Hauts-de-France

Au début des années 2000, Nosfell, autodidacte, chanteur, compositeur, multiinstrumentiste, apprend son métier sur le
terrain, en se confrontant à tous les lieux (bars, clubs, rues) et les publics qui vont avec. Peu à peu, il raffine un équilibre unique entre travail vocal et un accompagnement instrumental sophistiqués, tout en développant un univers littéraire très personnel. Après un long séjour au Japon, au cours duquel il écume les petits clubs de Tokyô et Kyôto où il rencontre des musiciens comme Nasuno Mitsuru et Katan Hiviya, il accumule les récompenses et critiques dithyrambiques. Les musiques populaires sont la base de sa culture. Ses humeurs musicales se colorent selon un imaginaire très personnel. Pour cet ancien étudiant en langues orientales, rien de plus évident que de jouer avec les mots, les sons et leurs sens Son univers onirique et baroque, souvenir revisité et méticuleusement travaillé d’histoires racontées par son père, est servi par un registre vocal d’une grande souplesse et amplitude. Surfant entre des aigus suaves et des graves très sombres, sans jamais perdre la qualité intime de son chant, Nosfell module les nuances en se jouant des stéréotypes et des clichés masculins-féminins. Son engagement physique, sa façon d’incarner la musique, le poussent naturellement à collaborer avec des danseurs et chorégraphes.
Par Rosita Boisseau

À voir aussi

Distributions Crédits

conception, écriture, performance Nosfell
musique composée et orchestrée par Nosfell et Frédéric Gastard
paroles de Nuit des forêts par Dominique A
paroles de Du côté des forêts par Xavier Machault
écriture et composition d’Ici, le sable Donia Berriri
conception et réalisation scénographie Nadia Lauro
création son Nicolas Delbart et Lucas Thiéfaine
création lumière Yannick Fouassier
conception costumes Éric Martin
réalisation costumes Marion Egner
dramaturgie Tünde Deak
regard extérieur, assistante Clémence Galliard, Anne Lenglet
regard chorégraphique François Chaignaud
développement (typo)graphique Jérémy Barrault
régie générale, plateau et lumière Chloé Bouju
régie son Maxime Drouot
administration, production Bureau Les Indépendances – Blandine Drouin, Colin Pitrat

 

 

production Les Indépendances
avec la Fondation d’entreprise Hermès dans le cadre de son programme New Settings
coproduction MA scène nationale – Pays de Montbéliard, L’échangeur – CDCN Hauts-de-France, Centre Chorégraphique National de Rennes et de Bretagne – Collectif FAIR-E
avec le soutien de la DRAC Ile-de-France et de la Région Île-de-France
résidences Théâtre de Vanves, MA scène nationale – Pays de Montbéliard, Le CENTQUATRE – Paris, L’échangeur – CDCN Hauts-de-France

Biographie

Au début des années 2000, Nosfell, autodidacte, chanteur, compositeur, multiinstrumentiste, apprend son métier sur le
terrain, en se confrontant à tous les lieux (bars, clubs, rues) et les publics qui vont avec. Peu à peu, il raffine un équilibre unique entre travail vocal et un accompagnement instrumental sophistiqués, tout en développant un univers littéraire très personnel. Après un long séjour au Japon, au cours duquel il écume les petits clubs de Tokyô et Kyôto où il rencontre des musiciens comme Nasuno Mitsuru et Katan Hiviya, il accumule les récompenses et critiques dithyrambiques. Les musiques populaires sont la base de sa culture. Ses humeurs musicales se colorent selon un imaginaire très personnel. Pour cet ancien étudiant en langues orientales, rien de plus évident que de jouer avec les mots, les sons et leurs sens Son univers onirique et baroque, souvenir revisité et méticuleusement travaillé d’histoires racontées par son père, est servi par un registre vocal d’une grande souplesse et amplitude. Surfant entre des aigus suaves et des graves très sombres, sans jamais perdre la qualité intime de son chant, Nosfell module les nuances en se jouant des stéréotypes et des clichés masculins-féminins. Son engagement physique, sa façon d’incarner la musique, le poussent naturellement à collaborer avec des danseurs et chorégraphes.
Par Rosita Boisseau

À voir aussi