SECONDE NATURE

Le compositeur et musicien Samuel Sighicelli aime à embarquer le spectateur en captant d’abord son écoute puis en élargissant celle-ci à l’image mentale et à la sensation.

Dans Seconde Nature, il déploie un dispositif d’écoute avec casque individuel sans fil permettant une restitution sonore extrêmement précise, au relief accentué, et invente un véritable jeu pour l’oreille, à la croisée du réel et du virtuel !
Se forme alors une communauté « sous casque » reliée par des ondes sonores, de la musique live et des voix préenregistrées. Sorte de pièce radiophonique pour deux comédiens et trois musiciens, Seconde Nature est une délicieuse aventure pour les oreilles… un voyage en intimité !

En partenariat avec le Conservatoire à Rayonnement Régional d’Annecy et des Pays de Savoie, dans le cadre du festival Sons d’’Automne

made in Annecy

ATTENTION : CHANGEMENT D’HORAIRE

TOUS LES JOURS DE 18H30 À 19H30

MER.25 | JEU.26 | VEN.27 NOV.
ATTENTION : CHANGEMENT D'HORAIRE
TOUS LES JOURS DE 18H30 À 19H30
DURÉE 1H
LIEUSALLE DE CRÉATION

TARIF B

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 30 25 25 12 10  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif A Auditorium Seynod
(27 € / 20 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TAS Tarif B Auditorium Seynod
(21 € / 14 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

conception, composition, mise en scène Samuel Sighicelli
texte Pierre Kuentz
musiciens Ensemble Sound Initiative : Louise Leverd, Szymon Kaca, Winnie Huang
comédiens Pauline Huruguen, Charly Marty
informatique musicale et son Nicolas Déflache
audio-naturaliste Boris Jollivet
assistante dramaturgie Lisa Pairault
avec 6 comédiens (en studio) en cours de distribution
régie générale Benjamin Duprat
administration de production Vénus Castro

production déléguée Sphota, coopérative d’invention musicale
coproduction Bonlieu scène nationale Annecy, La Muse en Circuit
avec le soutien de la Fondation Beaumarchais (SACD), du fonds SCAN, de la Sacem et du Ministère de la Culture

Samuel Sighicelli a étudié le piano, la composition, l’électroacoustique, l’acoustique, ainsi que l’improvisation. En 1998, il obtient les Premier Prix du Conservatoire National Supérieur de Paris en Composition (instrumentale et électronique) et en Improvisation Générative. Il a été pensionnaire à la Villa Médicis en 2003-2004. Son travail est principalement axé autour de la notion de mise en écoute, s’appuyant généralement sur le continuum sonore parole-son-musique propre au cinéma, en le traitant à la fois comme support dramatique et comme phénomène musical.
Ses œuvres musicales, allant du soliste au grand orchestre, ont été jouées et/ou commandées par des structures comme l’Ina GRM – Groupe de Recherches Musicales, Radio France, les ensembles Court-circuit, l’Itinéraire, Ictus, 2e2m, le Ministère de la Culture, le Quatuor Arditti, le Collegium Novum Zürich, les Percussions de Strasbourg, l’IRCAM, l’Orchestre National de Montpellier, l’Orchestre Philharmonique de Radio-France…
En 2000, il fonde Sphota, avec Benjamin de la Fuente, collectif avec lequel il montera sept spectacles pluridisciplinaires qui sillonneront l’Europe (festival Musica, Tage fur neue musik, Traiettorie, Agora, Berliner Festspiel, San Sebastian, Roma Europa…). En 2004, il co-fonde également le groupe de rock expérimental Caravaggio avec lequel il se produit régulièrement en France et à l’étranger (Pori Jazz Festival, Moers, Berlin, Jeunesse à Vienne, Graz, Rome, Jazz à la Villette, Centre Pompidou à Paris, etc) et avec lequel il a enregistré 4 disques.
Son activité s’articule autour de trois axes : la composition instrumentale et électronique, le travail de groupe (Caravaggio), et la réalisation de projets scéniques ou immersifs (L’île solaire, Marée noire, The Need For Cosmos, Chant d’hiver, Spirale, Critical Phase) qu’il considère comme un prolongement naturel de son travail de compositeur. Dans ces projets il élargit son rôle de compositeur à la mise en scène, aux arts sonores, à la dramaturgie. Il développe également un rapport privilégié à l’image, souvent présente dans ses projets scéniques, sous différentes formes : cinéma, dispositifs scénographiques pour projections vidéo, image traitée en direct…
Régulièrement, il met son travail musical au service de projets d’autres artistes, notamment au théâtre (avec Valérie Dréville par exemple pour Délire à deux de Ionesco) ou au cinéma (notamment pour la bande originale du film L’amour est un crime parfait des frères Larrieu, avec le groupe Caravaggio).
De 2012 à 2015, il est compositeur en résidence au Théâtre de la Renaissance à Oullins et de 2017 à 2020 à l’Espace Malraux – scène nationale de Chambéry et de la Savoie – et à Bonlieu Scène nationale Annecy soutenue par le dispositif DGCA/SACEM. De 2015 à 2019, il est compositeur associé aux Conservatoires à Rayonnement Régional d’Annecy et de Chambéry.

À voir aussi

Distributions Crédits

conception, composition, mise en scène Samuel Sighicelli
texte Pierre Kuentz
musiciens Ensemble Sound Initiative : Louise Leverd, Szymon Kaca, Winnie Huang
comédiens Pauline Huruguen, Charly Marty
informatique musicale et son Nicolas Déflache
audio-naturaliste Boris Jollivet
assistante dramaturgie Lisa Pairault
avec 6 comédiens (en studio) en cours de distribution
régie générale Benjamin Duprat
administration de production Vénus Castro

production déléguée Sphota, coopérative d’invention musicale
coproduction Bonlieu scène nationale Annecy, La Muse en Circuit
avec le soutien de la Fondation Beaumarchais (SACD), du fonds SCAN, de la Sacem et du Ministère de la Culture

Biographie

Samuel Sighicelli a étudié le piano, la composition, l’électroacoustique, l’acoustique, ainsi que l’improvisation. En 1998, il obtient les Premier Prix du Conservatoire National Supérieur de Paris en Composition (instrumentale et électronique) et en Improvisation Générative. Il a été pensionnaire à la Villa Médicis en 2003-2004. Son travail est principalement axé autour de la notion de mise en écoute, s’appuyant généralement sur le continuum sonore parole-son-musique propre au cinéma, en le traitant à la fois comme support dramatique et comme phénomène musical.
Ses œuvres musicales, allant du soliste au grand orchestre, ont été jouées et/ou commandées par des structures comme l’Ina GRM – Groupe de Recherches Musicales, Radio France, les ensembles Court-circuit, l’Itinéraire, Ictus, 2e2m, le Ministère de la Culture, le Quatuor Arditti, le Collegium Novum Zürich, les Percussions de Strasbourg, l’IRCAM, l’Orchestre National de Montpellier, l’Orchestre Philharmonique de Radio-France…
En 2000, il fonde Sphota, avec Benjamin de la Fuente, collectif avec lequel il montera sept spectacles pluridisciplinaires qui sillonneront l’Europe (festival Musica, Tage fur neue musik, Traiettorie, Agora, Berliner Festspiel, San Sebastian, Roma Europa…). En 2004, il co-fonde également le groupe de rock expérimental Caravaggio avec lequel il se produit régulièrement en France et à l’étranger (Pori Jazz Festival, Moers, Berlin, Jeunesse à Vienne, Graz, Rome, Jazz à la Villette, Centre Pompidou à Paris, etc) et avec lequel il a enregistré 4 disques.
Son activité s’articule autour de trois axes : la composition instrumentale et électronique, le travail de groupe (Caravaggio), et la réalisation de projets scéniques ou immersifs (L’île solaire, Marée noire, The Need For Cosmos, Chant d’hiver, Spirale, Critical Phase) qu’il considère comme un prolongement naturel de son travail de compositeur. Dans ces projets il élargit son rôle de compositeur à la mise en scène, aux arts sonores, à la dramaturgie. Il développe également un rapport privilégié à l’image, souvent présente dans ses projets scéniques, sous différentes formes : cinéma, dispositifs scénographiques pour projections vidéo, image traitée en direct…
Régulièrement, il met son travail musical au service de projets d’autres artistes, notamment au théâtre (avec Valérie Dréville par exemple pour Délire à deux de Ionesco) ou au cinéma (notamment pour la bande originale du film L’amour est un crime parfait des frères Larrieu, avec le groupe Caravaggio).
De 2012 à 2015, il est compositeur en résidence au Théâtre de la Renaissance à Oullins et de 2017 à 2020 à l’Espace Malraux – scène nationale de Chambéry et de la Savoie – et à Bonlieu Scène nationale Annecy soutenue par le dispositif DGCA/SACEM. De 2015 à 2019, il est compositeur associé aux Conservatoires à Rayonnement Régional d’Annecy et de Chambéry.

À voir aussi