DE CE CÔTÉ

Dieudonné Niangouna est un incroyable auteur, acteur et metteur en scène congolais. Ses personnages parlent une langue de théâtre inventée qui leur permet de s’affranchir du réel pour s’envoler, pour délirer, pour s’enchanter de leurs mots. Une parole comme un fleuve, trop longtemps endigué. Dido, seul dans son bar, y affronte ses fantômes, y débat avec lui-même. Dieudonné Niangouna, seul en scène, nous emporte dans son irrépressible torrent de mots. Un dernier verre, monsieur Dido ?

En ce lieu où le temps se vrille, ce bar acheté à crédit, Dido paie souvent un coup à son double. Histoire de se remémorer son théâtre détruit, son départ forcé, les engagements politiques qui se paient cash, et cher. Une parole d’acteur harcelé par ses personnages qui ne demandent qu’à revivre et par les vieux frères de plateau toujours ancrés dans l’activisme. L’occasion rêvée de remonter le cours de son histoire, d’affronter ses démons, d’enterrer les morts et de pouvoir remonter sur scène avec une vision neuve du théâtre engagé. Une poésie au vitriol dont on revient époustouflé !

tRéserver
Ouverture
des abonnements
le samedi
28 août à 9h
fermer
MER.5 | JEU.6 | VEN.7 JAN.
À 20H30 | SAUF JEU. À 19H
DURÉE 1H
À PARTIR DE 14 ANS
LIEUSALLE DE CRÉATION

TARIF C

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 30 25 25 12 10  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif A Auditorium Seynod
(27 € / 20 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TAS Tarif B Auditorium Seynod
(21 € / 14 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

texte, mise en scène et jeu Dieudonné Niangouna
création lumière et régie générale Laurent Vergnaud
création vidéo Sean Hart

production Compagnie Les Bruits de la Rue
coproduction Théâtre des 13 vents CDN Montpellier

Auteur, metteur en scène, comédien et pédagogue, Dieudonné Niangouna crée la Compagnie Les Bruits de la Rue en 1997 à Brazzaville, sa ville natale. Ses premiers projets trouvent d’abord un écho dans les rues, en dehors des théâtres détruits par la guerre. Ils signent alors ses premières pièces : La Colère d’Afrique, Bye-Bye, Carré blanc qui le fera connaître en France en 2002 au Festival des Francophonies en Limousin à Limoges, Patati Patata et des Tralala, Intérieur-Extérieur, Banc de touche.
Remarqué pour son langage provocant et explosif, Dieudonné Niangouna est invité en 2005 par la Comédie Française pour lire au Vieux Colombier son texte dramatique La mort est venue chercher chaussure.
Il se fait remarquer au Festival d’Avignon en 2007 avec Attitude Clando et en 2009 avec Les Inepties volantes, accueilli à Bonlieu en novembre 2009. Suivent ensuite les créations du Socle des Vertiges, Shéda (créé à la Carrière de Boulbon lors du Festival d’Avignon en 2013), Le Kung Fu, Nkenguégi, Antoine m’a vendu son destin / Sony chez les chiens (accueilli à Bonlieu dans la saison 16/17), Trust / Shakespeare / Alléluia… Son travail rayonne désormais largement en France, mais aussi en Afrique, en Europe et en Amérique du Sud.
En 2018, le Berliner Ensemble l’invite à écrire et monter l’un de ses textes avec la troupe du théâtre. Ce sera Fantôme qui entre ainsi au répertoire de l’institution berlinoise.
Dieudonné Niangouna a été artiste associé à l’édition 2013 du Festival d’Avignon, puis d’octobre 2014 à mars 2017 au Künstlerhaus Mousonturm à Francfort, et en 2019 au Théâtre des Quartiers d’Ivry. Il est actuellement artiste de l’Ensemble Associé au Théâtre des 13 vents CDN Montpellier depuis 2018.
Si Dieudonné Niangouna met en scène la plupart de ses textes, il écrit aussi pour d’autres metteurs en scène ou acteurs : Étienne Minoungou, Frédéric Fisbach…
Ses textes sont publiés aux Éditions Les Solitaires Intempestifs et Carnets-Livres. Sa pièce M’appelle Mohamed Ali reçoit en 2015 le Prix littéraire des apprentis et lycéens en Île-de-France.
Il est aussi le co-fondateur en 2003 du Festival Mantsina-sur-Scène, manifestation pluridisciplinaire du spectacle vivant qui se tient chaque mois de décembre à Brazzaville, infusant la ville de propositions artistiques audacieuses, dans les salles comme dans les rues.

Distributions Crédits

texte, mise en scène et jeu Dieudonné Niangouna
création lumière et régie générale Laurent Vergnaud
création vidéo Sean Hart

production Compagnie Les Bruits de la Rue
coproduction Théâtre des 13 vents CDN Montpellier

Biographie

Auteur, metteur en scène, comédien et pédagogue, Dieudonné Niangouna crée la Compagnie Les Bruits de la Rue en 1997 à Brazzaville, sa ville natale. Ses premiers projets trouvent d’abord un écho dans les rues, en dehors des théâtres détruits par la guerre. Ils signent alors ses premières pièces : La Colère d’Afrique, Bye-Bye, Carré blanc qui le fera connaître en France en 2002 au Festival des Francophonies en Limousin à Limoges, Patati Patata et des Tralala, Intérieur-Extérieur, Banc de touche.
Remarqué pour son langage provocant et explosif, Dieudonné Niangouna est invité en 2005 par la Comédie Française pour lire au Vieux Colombier son texte dramatique La mort est venue chercher chaussure.
Il se fait remarquer au Festival d’Avignon en 2007 avec Attitude Clando et en 2009 avec Les Inepties volantes, accueilli à Bonlieu en novembre 2009. Suivent ensuite les créations du Socle des Vertiges, Shéda (créé à la Carrière de Boulbon lors du Festival d’Avignon en 2013), Le Kung Fu, Nkenguégi, Antoine m’a vendu son destin / Sony chez les chiens (accueilli à Bonlieu dans la saison 16/17), Trust / Shakespeare / Alléluia… Son travail rayonne désormais largement en France, mais aussi en Afrique, en Europe et en Amérique du Sud.
En 2018, le Berliner Ensemble l’invite à écrire et monter l’un de ses textes avec la troupe du théâtre. Ce sera Fantôme qui entre ainsi au répertoire de l’institution berlinoise.
Dieudonné Niangouna a été artiste associé à l’édition 2013 du Festival d’Avignon, puis d’octobre 2014 à mars 2017 au Künstlerhaus Mousonturm à Francfort, et en 2019 au Théâtre des Quartiers d’Ivry. Il est actuellement artiste de l’Ensemble Associé au Théâtre des 13 vents CDN Montpellier depuis 2018.
Si Dieudonné Niangouna met en scène la plupart de ses textes, il écrit aussi pour d’autres metteurs en scène ou acteurs : Étienne Minoungou, Frédéric Fisbach…
Ses textes sont publiés aux Éditions Les Solitaires Intempestifs et Carnets-Livres. Sa pièce M’appelle Mohamed Ali reçoit en 2015 le Prix littéraire des apprentis et lycéens en Île-de-France.
Il est aussi le co-fondateur en 2003 du Festival Mantsina-sur-Scène, manifestation pluridisciplinaire du spectacle vivant qui se tient chaque mois de décembre à Brazzaville, infusant la ville de propositions artistiques audacieuses, dans les salles comme dans les rues.