CES GENS-LÀ!

Une alliance danse et musique électronique ! Cinq magnifiques danseurs pour une performance physique remarquable, un DJ set en direct… ça va danser ! Métaphore sociale, le dancefloor est aussi l’espace où se rejoue le lien entre l’individu et le corps social.

Plongé dans la pénombre, le plateau est zébré de jeux de lumière stridents qui diffractent les corps dans un continuum quasi hypnotique. Les danseurs, totalement habités, sont immergés dans un état de corps flottant comme s’ils étaient détachés de la réalité. Chacun creuse son sillon, son trait propre, et tous se relient dans le miroir de notre société plurielle. Comme dans la chanson éponyme de Jacques Brel, Hafiz Dhaou et Aïcha M’Barek traitent avant tout de la matière humaine. Ils interrogent ici le rapport, souvent conflictuel, entre trajectoire personnelle et lien à la communauté. La pièce parle de notre époque et de ses tourments, en laissant le spectateur libre de répondre à la question centrale : qui sont au fond « ces gens-là » ?

tRéserver
Ouverture
des abonnements
le samedi
3 octobre à 9h
fermer
SAM.1ER FÉV.
À 20H30
DURÉE 50 MIN
LIEUGRANDE SALLE

TARIF B

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 30 25 25 12 10  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif A Auditorium Seynod
(27 € / 20 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TAS Tarif B Auditorium Seynod
(21 € / 14 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

conception et chorégraphie Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou
interprètes Johanna Mandonnet, Stéphanie Pignon, Grégory Alliot, Fabio Dolce, Phanuel Erdmann
univers sonore Haythem‑Achour, Hafiz Dhaou
performer Haythem Achour – OGRA
lumière Xavier Lazarini
assisté de Jérome Deschamps

production Chatha
coproduction CCN de Franche-Comté à Belfort VIADANSE Théâtre, Mâcon Scène nationale Espace des Arts, Scène nationale Chalon-sur-Saône Le Tarmac, La Scène internationale Francophone Paris, CCN d’Orléans, CCN de Mulhouse – Ballet du Rhin dans le cadre de l’accueil-studio, Pôle sud CDCN Strasbourg accueil – studio délocalisé au Théâtre du Marché aux Grains de Bouxwiller, ADAMI, ONDA, ARCADI

Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou sont artistes associés à l’espace des arts Scène nationale Chalon-sur-Saône, en résidence longue à l’Arsenal cité musicale Metz, en résidence à l’Esplanade du lac à Divonne‑les‑Bains et l’Université Lyon 3.
Chatha est subventionnée par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes‑/ Ministère de la Culture et de la Communication au titre de l’aide aux compagnies chorégraphiques par le conseil régional Auvergne‑Rhône‑Alpes et reçoit le soutien de l’ONDA et de l’Institut français / ville de Lyon pour ses projets à l’étranger.

 

Duo à la scène et à la vie, tunisiens installés en France, Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou se sont rencontrés à Tunis. Là, ils intègrent le SyBel Ballet Théâtre et dansent pour des émissions de télévision. Ils se présentent au Centre national de danse contemporaine (CNDC) d’Angers et y poursuivent leur formation, avant de la perfectionner au sein d’ex.e.r.ce, Centre chorégraphique national de Montpellier. Depuis leur sortie de l’école, ils dansent notamment pour Abou Lagraa, Héla Fattoumi et Éric Lamoureux et créent de nombreuses pièces.
Ils fondent la compagnie Chatha en 2005 à Lyon. Leur travail percutant s’inscrit dans l’intime et le politique. Toujours en lien avec leur pays, ils sont directeurs artistiques des Rencontres chorégraphiques de Carthage en 2011 et en 2012.
Salvador Garcia et son équipe les soutiennent dès leurs débuts. Bonlieu Scène nationale Annecy a coproduit et diffusé une grande partie de leurs créations, soit Khaddem Hazem en 2006, Vu en 2009, Kawa solo à deux en 2009, Kharbga jeu de pouvoir en 2012, Sacré printemps ! en 2015 et enfin Narcose en 2016.
Comme souvent dans leurs pièces, Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou déterrent des émotions enfouies et nous embarquent dans un mouvement lancinant et onduleux, nous sommes souvent surpris par la forme qui émerge, nous touche et nous envoûte.

« Abstraction explicite, charge nerveuse, sens du groupe ramassé dans un élan sauvage, le geste d’Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou exacerbe la vitalité de l’humain et son courage. »
Telerama, Rosita Boisseau, 31 JANV. 2019

 

« La pièce d’Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou nous invite à sauver nos corps et nos âmes en faisant la fête ensemble, pour dépasser les humiliations et les drames que les uns infligent aux autres. »
Danser Canal Historique, Thomas Hahn, 21 NOV 2018

À voir aussi

Distributions Crédits

conception et chorégraphie Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou
interprètes Johanna Mandonnet, Stéphanie Pignon, Grégory Alliot, Fabio Dolce, Phanuel Erdmann
univers sonore Haythem‑Achour, Hafiz Dhaou
performer Haythem Achour – OGRA
lumière Xavier Lazarini
assisté de Jérome Deschamps

production Chatha
coproduction CCN de Franche-Comté à Belfort VIADANSE Théâtre, Mâcon Scène nationale Espace des Arts, Scène nationale Chalon-sur-Saône Le Tarmac, La Scène internationale Francophone Paris, CCN d’Orléans, CCN de Mulhouse – Ballet du Rhin dans le cadre de l’accueil-studio, Pôle sud CDCN Strasbourg accueil – studio délocalisé au Théâtre du Marché aux Grains de Bouxwiller, ADAMI, ONDA, ARCADI

Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou sont artistes associés à l’espace des arts Scène nationale Chalon-sur-Saône, en résidence longue à l’Arsenal cité musicale Metz, en résidence à l’Esplanade du lac à Divonne‑les‑Bains et l’Université Lyon 3.
Chatha est subventionnée par la DRAC Auvergne-Rhône-Alpes‑/ Ministère de la Culture et de la Communication au titre de l’aide aux compagnies chorégraphiques par le conseil régional Auvergne‑Rhône‑Alpes et reçoit le soutien de l’ONDA et de l’Institut français / ville de Lyon pour ses projets à l’étranger.

 

Biographie

Duo à la scène et à la vie, tunisiens installés en France, Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou se sont rencontrés à Tunis. Là, ils intègrent le SyBel Ballet Théâtre et dansent pour des émissions de télévision. Ils se présentent au Centre national de danse contemporaine (CNDC) d’Angers et y poursuivent leur formation, avant de la perfectionner au sein d’ex.e.r.ce, Centre chorégraphique national de Montpellier. Depuis leur sortie de l’école, ils dansent notamment pour Abou Lagraa, Héla Fattoumi et Éric Lamoureux et créent de nombreuses pièces.
Ils fondent la compagnie Chatha en 2005 à Lyon. Leur travail percutant s’inscrit dans l’intime et le politique. Toujours en lien avec leur pays, ils sont directeurs artistiques des Rencontres chorégraphiques de Carthage en 2011 et en 2012.
Salvador Garcia et son équipe les soutiennent dès leurs débuts. Bonlieu Scène nationale Annecy a coproduit et diffusé une grande partie de leurs créations, soit Khaddem Hazem en 2006, Vu en 2009, Kawa solo à deux en 2009, Kharbga jeu de pouvoir en 2012, Sacré printemps ! en 2015 et enfin Narcose en 2016.
Comme souvent dans leurs pièces, Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou déterrent des émotions enfouies et nous embarquent dans un mouvement lancinant et onduleux, nous sommes souvent surpris par la forme qui émerge, nous touche et nous envoûte.

La presse en parle

« Abstraction explicite, charge nerveuse, sens du groupe ramassé dans un élan sauvage, le geste d’Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou exacerbe la vitalité de l’humain et son courage. »
Telerama, Rosita Boisseau, 31 JANV. 2019

 

« La pièce d’Aïcha M’Barek et Hafiz Dhaou nous invite à sauver nos corps et nos âmes en faisant la fête ensemble, pour dépasser les humiliations et les drames que les uns infligent aux autres. »
Danser Canal Historique, Thomas Hahn, 21 NOV 2018

À voir aussi