BEN & LUC

Sous l’intitulé « bi-portraits », les chorégraphies de Mickaël Phelippeau racontent en mouvement la vie des autres. Les Burkinabés Ben Salaah Cisse et Luc Sanou, composent un duo exprimant avec force leurs parcours d’homme et d’artiste. Ben & Luc offre la vision de deux corps traversés par la complexité d’une relation – fraternelle, complice, ambivalente – et livre un double témoignage intime et émouvant.

Placés sous le signe de l’altérité, les portraits de Mickaël Phelippeau invitent le spectateur à découvrir des destins singuliers. Ben & Luc magnifie les liens entre deux danseurs africains et révèle leur désir commun de confronter tradition et contemporanéité au sein de ce pays des hommes intègres. Engagé et lumineux !

tRéserver
je m'abonne!Tarifs préférentiels,
priorité de réservation
je réserve
sans abonnement
À partir du
mar. 01 déc. dès 12h30
fermer
VEN.22 | SAM.23 JAN.
À 20H30
DURÉE 1H
LIEUPETITE SALLE

TARIF C

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 30 25 25 12 10  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif A Auditorium Seynod
(27 € / 20 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TAS Tarif B Auditorium Seynod
(21 € / 14 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

pièce chorégraphique de Mickaël Phelippeau
avec Ben Salaah Cisse, Luc Sanou
collaboration artistique Claire Haenni
regard dramaturgique Anne Kersting
création lumière Abigail Fowler
régie générale et régie lumières Antoine Crochemore
création son Eric Yvelin
régie son Eric Yvelin ou Laurent Dumoulin
production déléguée bi-p
production, diffusion, administration
Fabrik Cassiopée – Manon Crochemore, Manon Joly et Isabelle Morel
remerciements ACMUR Festival Rendez-vous chez nous – Ouagadougou (BFA), Festival International de Danse de Ouagadougou (BFA), CDC-La Termitière – Ouagadougou (BFA)

 

 

production déléguée
coproduction L’échangeur – CDCN Hauts-de-France (FR), Scène nationale 61 – Alençon (FR), CCN2- Centre chorégraphique national de Grenoble dans le cadre de l’accueil studio 2018 (FR), Centre chorégraphique national de Nantes (FR)
avec le soutien de l’Institut Français et de la Région Hauts-de-France
avec l’aide de l’Institut français de Ouagadougou (BFA)

 

La bi-p est soutenue par la DRAC Centre-Val de Loire – Ministère de Culture, au titre du conventionnement, par la Région Centre-Val de Loire au titre du conventionnement et par l’Institut français pour ses projets à l’étranger

Après une formation en arts plastiques et un parcours d’interprète dans quelques compagnies de danse, Mickaël Phelippeau suit la formation ex.e.r.ce au Centre chorégraphique national de Montpellier.
Il travaille avec de nombreux chorégraphes parmi lesquels Mathilde Monnier, Alain Buffard et Daniel Larrieu. De 2001 à 2008, il travaille avec quatre autres artistes au sein du Clubdes5, collectif de danseurs-interprètes. Mickaël Phelippeau développe ses projets chorégraphiques depuis 1999. En parallèle, il poursuit une démarche à géométrie variable, convoquant différents champs et média et s’inscrivant dans des contextes divers. Depuis 2003, il axe principalement ses recherches autour de la démarche bi-portrait, prétexte à la rencontre. En 2008, il crée la pièce chorégraphique bi-portrait Jean-Yves puis bi-portrait Yves C. qui sont l’occasion de poser la question de l’altérité sous forme de portraits croisés, le premier avec Jean-Yves Robert, curé de Bègles, le second avec Yves Calvez, chorégraphe d’un cercle de danse traditionnelle bretonne. En 2010, il crée Round Round Round (film dans lequel a lieu une fête de village mais sans fête ni village); en 2011 Numéro d’objet (quatuor de femmes interprètes depuis les années 80 pour lesquelles la question de la carrière et de la génération est à présent une donne incontournable) et The Yellow Project; en 2012 Sueños (duo de et avec la chanteuse Elli Medeiros) et Chorus (pièce pour 24 choristes); en 2013 enjoy the silence (duo de et avec l’auteur Célia Houdart); en 2014 Pour Ethan (solo pour l’adolescent Ethan Cabon) et Set-Up (pièce pour 4 danseurs, 4 musiciens et 1 régisseuse lumière); en 2015 Llámame Lola (solo pour l’artiste chorégraphique Lola Rubio) et Avec Anastasia (solo pour l’adolescente Anastasia Moussier); en 2016 Membre fantôme avec le sonneur de cornemuse Erwan Keravec dans le cadre des sujets à vifs du Festival d’Avignon; en 2017, Footballeuses (avec dix femmes pratiquant le football), Mit Daudi (avec Daudi Simba, sur une commande du Theater Freiburg) et Soli (avec le ténor Renaud Mascret); en 2018, Ben & Luc (duo pour deux danseurs burkinabè) et Lou (solo pour la danseuse Lou Cantor). Sa dernière pièce, Juste Heddy a été créée au Merlan, scène nationale de Marseille en mars 2019.
Il mène également des projets parallèles tels que des expositions ou les Portraits Fantômes qui sont l’occasion d’investir trois logements en l’absence de leurs habitant·e·s. Depuis 2010, Mickaël Phelippeau est directeur artistique de la manifestation À DOMICILE à Guissény en Bretagne (prenant la suite du chorégraphe Alain Michard) où il invite des chorégraphes en résidence à travailler avec les habitants de ce village. Il a été artiste associé au Quartz – scène nationale de Brest (2011 – 2014) et au théâtre de Brétigny – scène conventionnée (2012 – 2016), à L’échangeur – CDCN Hauts-de-France (2016 – 2018) ; en résidence au Théâtre Louis Aragon, scène conventionnée danse de Tremblay-en-France dans le cadre de « Territoire(s) de la danse » (2016) ; artiste complice du Merlan – scène nationale de Marseille (2016 – 2019) ; artiste compagnon au CCN de Caen en Normandie (2016 – 2019). Il est actuellement en résidence à l’Espace 1789, scène conventionnée danse de Saint-Ouen, avec le soutien du Département de la Seine-Saint-Denis (2019 – 2020).

 

http://bi-portrait.net
http://ddab.org/fr/oeuvres/Phelippeau

« Ben & Luc ajoute un chapitre d’une extrême finesse à la série des bi-portraits créée par Mickaël Phelippeau. »
Le Monde

 

« Portrait intimiste, le duo Ben & Luc n’en est pas moins une ouverture sur la façon dont les artistes Ben Salaah Cisse et Luc Sanou perçoivent, jusqu’en leur corps, les événements contemporains. Notamment au travers des liens entre le Burkina Faso [pays des Hommes intègres, en mouré et dioula] et le « pays des droits de l’Homme » [alias la France]. Une dialectique entre particulier et général qui intéresse le chorégraphe Mickaël Phelippeau, également attaché à la notion de durée. Et plutôt que de composer des peintures d’Histoire, il propose des bi-portraits chorégraphiques où se déploient les histoires vécues. Pour un pièce poétique, sensuelle, avec des corps qui se portent et s’emportent. »
ParisArt

À voir aussi

Distributions Crédits

pièce chorégraphique de Mickaël Phelippeau
avec Ben Salaah Cisse, Luc Sanou
collaboration artistique Claire Haenni
regard dramaturgique Anne Kersting
création lumière Abigail Fowler
régie générale et régie lumières Antoine Crochemore
création son Eric Yvelin
régie son Eric Yvelin ou Laurent Dumoulin
production déléguée bi-p
production, diffusion, administration
Fabrik Cassiopée – Manon Crochemore, Manon Joly et Isabelle Morel
remerciements ACMUR Festival Rendez-vous chez nous – Ouagadougou (BFA), Festival International de Danse de Ouagadougou (BFA), CDC-La Termitière – Ouagadougou (BFA)

 

 

production déléguée
coproduction L’échangeur – CDCN Hauts-de-France (FR), Scène nationale 61 – Alençon (FR), CCN2- Centre chorégraphique national de Grenoble dans le cadre de l’accueil studio 2018 (FR), Centre chorégraphique national de Nantes (FR)
avec le soutien de l’Institut Français et de la Région Hauts-de-France
avec l’aide de l’Institut français de Ouagadougou (BFA)

 

La bi-p est soutenue par la DRAC Centre-Val de Loire – Ministère de Culture, au titre du conventionnement, par la Région Centre-Val de Loire au titre du conventionnement et par l’Institut français pour ses projets à l’étranger

Biographie

Après une formation en arts plastiques et un parcours d’interprète dans quelques compagnies de danse, Mickaël Phelippeau suit la formation ex.e.r.ce au Centre chorégraphique national de Montpellier.
Il travaille avec de nombreux chorégraphes parmi lesquels Mathilde Monnier, Alain Buffard et Daniel Larrieu. De 2001 à 2008, il travaille avec quatre autres artistes au sein du Clubdes5, collectif de danseurs-interprètes. Mickaël Phelippeau développe ses projets chorégraphiques depuis 1999. En parallèle, il poursuit une démarche à géométrie variable, convoquant différents champs et média et s’inscrivant dans des contextes divers. Depuis 2003, il axe principalement ses recherches autour de la démarche bi-portrait, prétexte à la rencontre. En 2008, il crée la pièce chorégraphique bi-portrait Jean-Yves puis bi-portrait Yves C. qui sont l’occasion de poser la question de l’altérité sous forme de portraits croisés, le premier avec Jean-Yves Robert, curé de Bègles, le second avec Yves Calvez, chorégraphe d’un cercle de danse traditionnelle bretonne. En 2010, il crée Round Round Round (film dans lequel a lieu une fête de village mais sans fête ni village); en 2011 Numéro d’objet (quatuor de femmes interprètes depuis les années 80 pour lesquelles la question de la carrière et de la génération est à présent une donne incontournable) et The Yellow Project; en 2012 Sueños (duo de et avec la chanteuse Elli Medeiros) et Chorus (pièce pour 24 choristes); en 2013 enjoy the silence (duo de et avec l’auteur Célia Houdart); en 2014 Pour Ethan (solo pour l’adolescent Ethan Cabon) et Set-Up (pièce pour 4 danseurs, 4 musiciens et 1 régisseuse lumière); en 2015 Llámame Lola (solo pour l’artiste chorégraphique Lola Rubio) et Avec Anastasia (solo pour l’adolescente Anastasia Moussier); en 2016 Membre fantôme avec le sonneur de cornemuse Erwan Keravec dans le cadre des sujets à vifs du Festival d’Avignon; en 2017, Footballeuses (avec dix femmes pratiquant le football), Mit Daudi (avec Daudi Simba, sur une commande du Theater Freiburg) et Soli (avec le ténor Renaud Mascret); en 2018, Ben & Luc (duo pour deux danseurs burkinabè) et Lou (solo pour la danseuse Lou Cantor). Sa dernière pièce, Juste Heddy a été créée au Merlan, scène nationale de Marseille en mars 2019.
Il mène également des projets parallèles tels que des expositions ou les Portraits Fantômes qui sont l’occasion d’investir trois logements en l’absence de leurs habitant·e·s. Depuis 2010, Mickaël Phelippeau est directeur artistique de la manifestation À DOMICILE à Guissény en Bretagne (prenant la suite du chorégraphe Alain Michard) où il invite des chorégraphes en résidence à travailler avec les habitants de ce village. Il a été artiste associé au Quartz – scène nationale de Brest (2011 – 2014) et au théâtre de Brétigny – scène conventionnée (2012 – 2016), à L’échangeur – CDCN Hauts-de-France (2016 – 2018) ; en résidence au Théâtre Louis Aragon, scène conventionnée danse de Tremblay-en-France dans le cadre de « Territoire(s) de la danse » (2016) ; artiste complice du Merlan – scène nationale de Marseille (2016 – 2019) ; artiste compagnon au CCN de Caen en Normandie (2016 – 2019). Il est actuellement en résidence à l’Espace 1789, scène conventionnée danse de Saint-Ouen, avec le soutien du Département de la Seine-Saint-Denis (2019 – 2020).

 

http://bi-portrait.net
http://ddab.org/fr/oeuvres/Phelippeau

La presse en parle

« Ben & Luc ajoute un chapitre d’une extrême finesse à la série des bi-portraits créée par Mickaël Phelippeau. »
Le Monde

 

« Portrait intimiste, le duo Ben & Luc n’en est pas moins une ouverture sur la façon dont les artistes Ben Salaah Cisse et Luc Sanou perçoivent, jusqu’en leur corps, les événements contemporains. Notamment au travers des liens entre le Burkina Faso [pays des Hommes intègres, en mouré et dioula] et le « pays des droits de l’Homme » [alias la France]. Une dialectique entre particulier et général qui intéresse le chorégraphe Mickaël Phelippeau, également attaché à la notion de durée. Et plutôt que de composer des peintures d’Histoire, il propose des bi-portraits chorégraphiques où se déploient les histoires vécues. Pour un pièce poétique, sensuelle, avec des corps qui se portent et s’emportent. »
ParisArt

À voir aussi