MARRY ME IN BASSIANI

Mariage inopiné et réjouissant entre les danses folkloriques géorgiennes et la techno !  Après To Da Bone, emblème des danses virales utilisant YouTube comme tutoriel et miroir, le jeune collectif (La)Horde, qui vient d’obtenir la direction du Ballet National de Marseille, poursuit son exploration débridée des « danses post-internet » entre fougue et exaltation. Une plongée aussi festive que politique dans les entrailles de la danse de demain !

Il y a peu en Géorgie, les jeunes manifestaient devant le parlement de Tbilissi, sur de la musique techno, utilisant la danse comme contestation pacifique par le corps. La danse qui peut incarner la résistance mais également la propagande politique au service de l’unification nationale. Pour Marry me in Bassiani, le collectif (La)Horde a réuni quinze membres de l’ensemble traditionnel IVERONI du ballet national géorgien et les dopent aux énergies du clubbing en magnifiant la contamination des langages chorégraphiques. Les interprètes exaltés démontrent comment une danse peut garder sa puissance politique et ne pas être seulement décorative.
Une entrée de saison fracassante à ne manquer sous aucun prétexte !

tRéserver
je m'abonne!Tarifs préférentiels,
priorité de réservation
je suis abonnéJe complète mon abonnement ou j'échange mon billet
Je complète mon
abonnement
J'ajoute
ce spectacle
J'échange
mon billet
Cette option n'est
pas disponible
je réserve
sans abonnement
fermer
MER.2 | JEU.3 OCT.
MER. À 20H30 | JEU. À 19H
EN CRÉATION | DURÉE 1H15
LIEUGRANDE SALLE

TARIF B

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 29 24 24 10 8  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif Auditorium Seynod
(21 € / 17 € / 10,50 € / 7,50 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

conception et mise en scène (LA)HORDE – Marine Brutti, Jonathan Debrouwer, Arthur Harel
composition musicale Sentimental Rave
design sonore Jonathan Cesaroni
musique traditionnelle Tamaz Beruashvili, Aluda Janashvili, Davit Qavtaradze (musiciens), Zaza Gochitashvili (régisseur son), Tornike Gabriadze, Ciuri Mchedlidze (chanteu.r.se.s)
mixage musique traditionnelle Bar Zalel et remixé par Zed Barski
scénographie Julien Peissel, assisté de Léa Chardin et Elena Lebrun
construction du décor atelier du Grand théâtre de Loire-Atlantique
conception lumière Patrick Riou et Boris Eisenmann
assistants artistiques Lily Sato et Julien Ticot
styliste costumes Juan Corrales en collaboration avec Y/PROJECT
regard extérieur Jean-Christophe Lanquetin
répétitrice Natia Chikvaidze
régisseurs généraux Guillaume Allory et Sébastien Mathé
régisseur son Jonathan Cesaroni
chargée de production et diffusion Clémence Sormani
assistant de production Léo Viguier
administration Isabelle Chesneau
avec l‘ensemble IVERONI et le maître de ballet Kakhaber Mchedlidze Mari Bakelashvili, Tinatin Chachua, Vaso Chikaberidze, Natia Chikvaidze, Tornike Gabriadze, Giorgi Gasishvili, Tornike Gulvardashvili, Levan Jamagidze, Nika Khurtsidze, Kakhaber Mchedlidze, Neli Mdzevashvili
Anzori Popkhadzew, Tamar Tchumburidze, Natia Totladze, Lali Zatuashvili
en alternance Gaga Bokhua, Khatuna Laperashvili, Giorgi Mikhelidze, Vano Natmeladze, Mariam Tsirdava

production (LA)HORDE
administration IVERONI Ana Lobzhanidze et Mariam Mchedlidze
coproduction MAC – Maison des Arts de Créteil, Théâtre de la Ville – Paris, les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Maison de la danse de Lyon, TAP – Théâtre Auditorium de Poitiers, Centre chorégraphique national de Nantes, Les Salins – Scène nationale de Martigues, Bonlieu Scène nationale Annecy, Charleroi danse, Teatro Municipal do Porto, Kampnagel Hambourg, la Comédie de Clermont-Ferrand, Fondation BNP-Paribas, Institut français, Fonds Transfabrik– Fonds franco-allemand pour le spectacle vivant.
Ce projet a été nominé pour le Prix FEDORA – VAN CLEEF & ARPELS pour le Ballet 2019. Cofinancé par le programme Europe créative de l’Union européenne
soutien Grand T – Nantes
(LA)HORDE est soutenue par la Fondation BNP-Paribas.
(LA)HORDE est artiste associé à la MAC – Maison des Arts de Créteil.
(LA)HORDE est en résidence à la Gaîté Lyrique.
remerciements Laurent Amiel, Christos Antoniades, Aude Arago, Gaëlle Astier-Perret, Joss Auzende, Mireille Barucco, François Béchaud, Fanny Bertin, Marcel Bisevic, Catherine Blondeau, Gilles Bouckaert, Laure Boyer, Lauren Boyer, Annie Bozzini, Marjorie Carré, Patricia Caule, Dimitri Chamblas, Pierre Clouet, François Corbal, Amelie Deuflhard, Maxime Fleuriot, Barbara Frum, Salvador Garcia, Jean-Jacques Goron, Jean-Marc Grangier,  Tiago Guedes, Patrick Gyger, Dominique Hervieu, Erika Hess, Sabine et Richard Keslassy, Giorgi Kikonishvili, Lena Kollender,  Jérôme Lecardeur, Marie Lechner, Tom Leick-Burns, Héloïse Lesimple, Audrey Margueritat, Gaëlle Massicot Bitty, Ciuri Mchedlidze, José Montalvo, Natacha Nezri, Naja Orashvili, Christine Paly, Tiko Peikrishvili, Leslie Perrin, Christophe Potet, Matthieu Rietzler, Anne Rogeaux, Benoît Rousseau, András Siebold, Chloé Siganos, Céline Signoret, Adèle Teutsch, Claire Verlet, Olivia Vergnon, Marylène Vicari, Laurent Vinauger, Patrick Wetzel… 

(LA)HORDE est un collectif de trois artistes fondé en 2013, réunissant Marine Brutti, Jonathan Debrouwer et Arthur Harel. Ensemble, elle.il.s développent des pièces chorégraphiques, des films, des installations vidéo et des performances, avec toujours comme sujet principal, le corps en mouvement. En septembre 2019, elle.il.s sont devenu.e.s les nouveaux direct.rice.eur.s du Ballet national de Marseille.
«(LA)HORDE collabore avec des communautés d’individus en marge de la culture majoritaire pour un bout de chemin solidaire et artistique : septuagénaires, non- voyants, fumeurs, adolescents … Opposés à toute forme de hiérarchie et d’appropriation culturelle, ils pratiquent l’interrelation et la coopération. Inquiets et prospecteurs, ils sont en alerte. Le corps est au centre de leur création. Ils signent des oeuvres issues de leurs rencontres avec différentes communautés online, afin de définir ce qu’est devenue la danse après l’avènement d’internet, sujet cher à (LA)HORDE, qui a amené les membres du collectif à définir le phénomène sous le terme/concept : des «danses post internet».»
Claire Diez (Spécialiste de la danse, journaliste culturelle au quotidien La Libre Belgique, dramaturge du KunstenFestivaldesArts, travaille aux côtés d’Anne Teresa De Keersmaeker et Zouzou Loyens).

« (La)Horde, collectif à la créativité polymorphe, propose avec Marry Me in Bassiani une performance scénique où s’entremêlent danses traditionnelles et techno contestataire géorgiennes.
Radical et inattendu. »

Les Inrocks, Philippe Noisette,  11 SEPT. 2019

À voir aussi

Distributions Crédits

conception et mise en scène (LA)HORDE – Marine Brutti, Jonathan Debrouwer, Arthur Harel
composition musicale Sentimental Rave
design sonore Jonathan Cesaroni
musique traditionnelle Tamaz Beruashvili, Aluda Janashvili, Davit Qavtaradze (musiciens), Zaza Gochitashvili (régisseur son), Tornike Gabriadze, Ciuri Mchedlidze (chanteu.r.se.s)
mixage musique traditionnelle Bar Zalel et remixé par Zed Barski
scénographie Julien Peissel, assisté de Léa Chardin et Elena Lebrun
construction du décor atelier du Grand théâtre de Loire-Atlantique
conception lumière Patrick Riou et Boris Eisenmann
assistants artistiques Lily Sato et Julien Ticot
styliste costumes Juan Corrales en collaboration avec Y/PROJECT
regard extérieur Jean-Christophe Lanquetin
répétitrice Natia Chikvaidze
régisseurs généraux Guillaume Allory et Sébastien Mathé
régisseur son Jonathan Cesaroni
chargée de production et diffusion Clémence Sormani
assistant de production Léo Viguier
administration Isabelle Chesneau
avec l‘ensemble IVERONI et le maître de ballet Kakhaber Mchedlidze Mari Bakelashvili, Tinatin Chachua, Vaso Chikaberidze, Natia Chikvaidze, Tornike Gabriadze, Giorgi Gasishvili, Tornike Gulvardashvili, Levan Jamagidze, Nika Khurtsidze, Kakhaber Mchedlidze, Neli Mdzevashvili
Anzori Popkhadzew, Tamar Tchumburidze, Natia Totladze, Lali Zatuashvili
en alternance Gaga Bokhua, Khatuna Laperashvili, Giorgi Mikhelidze, Vano Natmeladze, Mariam Tsirdava

production (LA)HORDE
administration IVERONI Ana Lobzhanidze et Mariam Mchedlidze
coproduction MAC – Maison des Arts de Créteil, Théâtre de la Ville – Paris, les Théâtres de la Ville de Luxembourg, Maison de la danse de Lyon, TAP – Théâtre Auditorium de Poitiers, Centre chorégraphique national de Nantes, Les Salins – Scène nationale de Martigues, Bonlieu Scène nationale Annecy, Charleroi danse, Teatro Municipal do Porto, Kampnagel Hambourg, la Comédie de Clermont-Ferrand, Fondation BNP-Paribas, Institut français, Fonds Transfabrik– Fonds franco-allemand pour le spectacle vivant.
Ce projet a été nominé pour le Prix FEDORA – VAN CLEEF & ARPELS pour le Ballet 2019. Cofinancé par le programme Europe créative de l’Union européenne
soutien Grand T – Nantes
(LA)HORDE est soutenue par la Fondation BNP-Paribas.
(LA)HORDE est artiste associé à la MAC – Maison des Arts de Créteil.
(LA)HORDE est en résidence à la Gaîté Lyrique.
remerciements Laurent Amiel, Christos Antoniades, Aude Arago, Gaëlle Astier-Perret, Joss Auzende, Mireille Barucco, François Béchaud, Fanny Bertin, Marcel Bisevic, Catherine Blondeau, Gilles Bouckaert, Laure Boyer, Lauren Boyer, Annie Bozzini, Marjorie Carré, Patricia Caule, Dimitri Chamblas, Pierre Clouet, François Corbal, Amelie Deuflhard, Maxime Fleuriot, Barbara Frum, Salvador Garcia, Jean-Jacques Goron, Jean-Marc Grangier,  Tiago Guedes, Patrick Gyger, Dominique Hervieu, Erika Hess, Sabine et Richard Keslassy, Giorgi Kikonishvili, Lena Kollender,  Jérôme Lecardeur, Marie Lechner, Tom Leick-Burns, Héloïse Lesimple, Audrey Margueritat, Gaëlle Massicot Bitty, Ciuri Mchedlidze, José Montalvo, Natacha Nezri, Naja Orashvili, Christine Paly, Tiko Peikrishvili, Leslie Perrin, Christophe Potet, Matthieu Rietzler, Anne Rogeaux, Benoît Rousseau, András Siebold, Chloé Siganos, Céline Signoret, Adèle Teutsch, Claire Verlet, Olivia Vergnon, Marylène Vicari, Laurent Vinauger, Patrick Wetzel… 

Biographie

(LA)HORDE est un collectif de trois artistes fondé en 2013, réunissant Marine Brutti, Jonathan Debrouwer et Arthur Harel. Ensemble, elle.il.s développent des pièces chorégraphiques, des films, des installations vidéo et des performances, avec toujours comme sujet principal, le corps en mouvement. En septembre 2019, elle.il.s sont devenu.e.s les nouveaux direct.rice.eur.s du Ballet national de Marseille.
«(LA)HORDE collabore avec des communautés d’individus en marge de la culture majoritaire pour un bout de chemin solidaire et artistique : septuagénaires, non- voyants, fumeurs, adolescents … Opposés à toute forme de hiérarchie et d’appropriation culturelle, ils pratiquent l’interrelation et la coopération. Inquiets et prospecteurs, ils sont en alerte. Le corps est au centre de leur création. Ils signent des oeuvres issues de leurs rencontres avec différentes communautés online, afin de définir ce qu’est devenue la danse après l’avènement d’internet, sujet cher à (LA)HORDE, qui a amené les membres du collectif à définir le phénomène sous le terme/concept : des «danses post internet».»
Claire Diez (Spécialiste de la danse, journaliste culturelle au quotidien La Libre Belgique, dramaturge du KunstenFestivaldesArts, travaille aux côtés d’Anne Teresa De Keersmaeker et Zouzou Loyens).

La presse en parle

« (La)Horde, collectif à la créativité polymorphe, propose avec Marry Me in Bassiani une performance scénique où s’entremêlent danses traditionnelles et techno contestataire géorgiennes.
Radical et inattendu. »

Les Inrocks, Philippe Noisette,  11 SEPT. 2019

À voir aussi