SÃO PAULO DANCE COMPANY

En à peine plus de dix ans, le ballet de São Paulo s’est imposé comme la compagnie phare d’Amérique latine. Quatorze danseurs à la technique magistrale, des musiques envoûtantes, des jeux d’ombres et de lumières saisissants, une créativité sans limites pour une proposition exceptionnelle qui enchantera tous les amoureux de la danse !

Après le triomphe de la saison 16/17, le ballet de São Paulo offre une magnifique soirée en trois temps. Agora, la création 2019 de Cassi Abranches, ancienne danseuse de Grupo Corpo, nous emporte par la puissance des percussions afro-brésiliennes associées au rock. Dans Ngali, Jomar Mesquita, génial maestro de la danse de salon aux effluves contemporains, tisse une toile facétieuse autour des jeux de l’amour. Fidèle au langage qui a fait sa réputation, Joëlle Bouvier nous offre avec Odisseia une plongée poétique dans l’univers des migrants, entre espoir et renoncement. Trois pièces fulgurantes qui servent d’écrins à une danse jouissive et passionnée !

tRéserver
Ouverture
des abonnements
le samedi
3 octobre à 9h
fermer
MAR.10 | MER.11 | JEU.12 | VEN.13 DÉC.
À 20H30 | SAUF JEU. À 19H
EN CRÉATION | DURÉE 1H40
1ÈRE PARTIE : AGORA 20 MIN + NGALI 27 MIN • ENTRACTE 20 MIN • 2ÈME PARTIE : ODISSEIA 27 MIN
LIEUGRANDE SALLE

TARIF A+

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 30 25 25 12 10  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif A Auditorium Seynod
(27 € / 20 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TAS Tarif B Auditorium Seynod
(21 € / 14 € / 16 € / 10 € / 7 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

Agora (2019) – 20’– pour 12 danseurs
chorégraphie Cassi Abranches
musique Sebastián Piracés
lumière Gabriel Pederneiras
costumes Janaina de Castro

 

Ngali (2016) – 27′ – pour 12 danseurs
chorégraphie Jomar Mesquita
avec la collaboration de Rodrigo de Castro
musique Por Toda a Minha Vida par Tom Jobim et Vinícius de Moraes (dans le rôle de Cibelle), Melancolia e Uma Canção pra Você (jaqueta Amarela) par Assucena Assucena (jouée par As Bahias e a Cozinha Mineira), Segunda Chance composée et chantée par Johnny Hooker, Volta par Lupicínio Rodrigues (chantée par Adriana Calcanhoto), O Desejo do Desejo do Desejo par Celso Sim et Pepe Mata Machado, Vai Saber par Adriana Calcanhoto dans le rôle de Marisa Monte
lumière Joyce Drummond
costumes Fernanda Yamamoto

 

Odisseia (2018) – 27′ – pour 14 danseurs
chorégraphie Joëlle Bouvier
musique extraits de Bachianas Brasileiras par Heitor Villa Lobos, Bach’s la Passion selon Saint Matthieu, Melodia Sentimental par Villa Lobos (paroles de Dora Vasconcellos) et poem Pátby Vinícius de Moraes
lumière Renaud Lagier
costumes Fábio Namatame
assistants chorégraphie Emilio Urbina, Rafael Pardillo
production Pró-Dança Association
coproduction Chaillot – Théâtre National de la Danse

Créé en janvier 2008 par le Gouvernment de l’État de São Paulo, le São Paulo Dance Company (SPDC) est dirigé par Inês Bogéa.

Créée en janvier 2008 par le gouvernement de l’État de São Paulo, la São Paulo Dance Company (SPDC) est dirigée par Inês Bogéa. Au cours de cette période, la Compagnie a été vue par un public de plus de 695 000 personnes dans différents pays, dans environ 137 villes avec plus de 900 représentations. Le répertoire de la Compagnie est varié, allant du classique au contemporain. Reconnue par la critique spécialisée comme l’une des principales compagnies de danse d’Amérique latine, la Compagnie a produit 68 chorégraphies depuis sa création. La SPDC cherche à établir un lien avec le public par la curiosité et la perception du monde de la danse en mouvement. Les programmes montrent la variété du répertoire du SPDC et la dynamique des danseurs brésiliens. Les danseurs sont polyvalents et capables de passer de la danse classique à la danse contemporaine avec un accent particulier. En seulement 11 ans, la compagnie a reçu plus de vingt prix, comme les Meilleures performances de danse de Folha de São Paulo et Revista Veja, deux des principaux journaux et magazines brésiliens ou encore le prix Gütesiegel 2016/2017 dans la catégorie de la meilleure performance de l’année et de la meilleure compagnie de danse par vote populaire à Gutersloh (Allemagne). Avec la chorégraphie Les Saisons, Édouard Lock a remporté le Grand Prix de la Danse de Montréal, en 2016, pour sa carrière et la création de cette œuvre pour la São Paulo Dance Company.

 

Inês Bogéa est Doctorante en Arts, danseuse, documentariste, écrivain et professeur dans le cours de spécialisation Art et Éducation : Théorie et pratique à l’Université de Sao Paulo (USP). Elle était danseuse de ballet du Grupo Corpo (Belo Horizonte) de 1989 à 2001. Elle a été critique de danse pour le journal Folha de São Paulo de 2001 à 2007. Elle est l’auteure de plusieurs livres pour enfants. Dans le domaine de l’art/éducation, elle a été consultante à l’école de théâtre et de danse Fafi (2003-2004) et consultante dans le programme Fábricas de Cultura de l’État.

 

« La SPCD est la meilleure compagnie de danse du Brésil ; son répertoire éclectique, son activité avec différents chorégraphes et la richesse de son travail éducatif en font un leader parmi ses pairs. »
Dancing Times, Mario Galizzi

 

« La SPCD est l’une des compagnies les plus solides du Brésil parce qu’elle offre au public des œuvres classiques et contemporaines, ainsi qu’un vaste champ pour les chorégraphes et danseurs de styles et de genres différents. »
Dancing Times, Ivan Grandi

 

« La SPCD a acquis sa technique sans faille grâce à une formation classique, ainsi qu’à une performance d’une grande sensibilité qui se prête parfaitement aux présentations de chorégraphes tels que l’Allemand Marco Goecke et son sensible Peekaboo pour huit danseurs, ou Uwe Scholz qui, avec la musique de Rachmaninov, s’inspire de la peinture de Kandinsky pour une œuvre de belle élégance picturale. »
Madame Figaro, 2018

À voir aussi

Distributions Crédits

Agora (2019) – 20’– pour 12 danseurs
chorégraphie Cassi Abranches
musique Sebastián Piracés
lumière Gabriel Pederneiras
costumes Janaina de Castro

 

Ngali (2016) – 27′ – pour 12 danseurs
chorégraphie Jomar Mesquita
avec la collaboration de Rodrigo de Castro
musique Por Toda a Minha Vida par Tom Jobim et Vinícius de Moraes (dans le rôle de Cibelle), Melancolia e Uma Canção pra Você (jaqueta Amarela) par Assucena Assucena (jouée par As Bahias e a Cozinha Mineira), Segunda Chance composée et chantée par Johnny Hooker, Volta par Lupicínio Rodrigues (chantée par Adriana Calcanhoto), O Desejo do Desejo do Desejo par Celso Sim et Pepe Mata Machado, Vai Saber par Adriana Calcanhoto dans le rôle de Marisa Monte
lumière Joyce Drummond
costumes Fernanda Yamamoto

 

Odisseia (2018) – 27′ – pour 14 danseurs
chorégraphie Joëlle Bouvier
musique extraits de Bachianas Brasileiras par Heitor Villa Lobos, Bach’s la Passion selon Saint Matthieu, Melodia Sentimental par Villa Lobos (paroles de Dora Vasconcellos) et poem Pátby Vinícius de Moraes
lumière Renaud Lagier
costumes Fábio Namatame
assistants chorégraphie Emilio Urbina, Rafael Pardillo
production Pró-Dança Association
coproduction Chaillot – Théâtre National de la Danse

Créé en janvier 2008 par le Gouvernment de l’État de São Paulo, le São Paulo Dance Company (SPDC) est dirigé par Inês Bogéa.

Biographie

Créée en janvier 2008 par le gouvernement de l’État de São Paulo, la São Paulo Dance Company (SPDC) est dirigée par Inês Bogéa. Au cours de cette période, la Compagnie a été vue par un public de plus de 695 000 personnes dans différents pays, dans environ 137 villes avec plus de 900 représentations. Le répertoire de la Compagnie est varié, allant du classique au contemporain. Reconnue par la critique spécialisée comme l’une des principales compagnies de danse d’Amérique latine, la Compagnie a produit 68 chorégraphies depuis sa création. La SPDC cherche à établir un lien avec le public par la curiosité et la perception du monde de la danse en mouvement. Les programmes montrent la variété du répertoire du SPDC et la dynamique des danseurs brésiliens. Les danseurs sont polyvalents et capables de passer de la danse classique à la danse contemporaine avec un accent particulier. En seulement 11 ans, la compagnie a reçu plus de vingt prix, comme les Meilleures performances de danse de Folha de São Paulo et Revista Veja, deux des principaux journaux et magazines brésiliens ou encore le prix Gütesiegel 2016/2017 dans la catégorie de la meilleure performance de l’année et de la meilleure compagnie de danse par vote populaire à Gutersloh (Allemagne). Avec la chorégraphie Les Saisons, Édouard Lock a remporté le Grand Prix de la Danse de Montréal, en 2016, pour sa carrière et la création de cette œuvre pour la São Paulo Dance Company.

 

Inês Bogéa est Doctorante en Arts, danseuse, documentariste, écrivain et professeur dans le cours de spécialisation Art et Éducation : Théorie et pratique à l’Université de Sao Paulo (USP). Elle était danseuse de ballet du Grupo Corpo (Belo Horizonte) de 1989 à 2001. Elle a été critique de danse pour le journal Folha de São Paulo de 2001 à 2007. Elle est l’auteure de plusieurs livres pour enfants. Dans le domaine de l’art/éducation, elle a été consultante à l’école de théâtre et de danse Fafi (2003-2004) et consultante dans le programme Fábricas de Cultura de l’État.

 

La presse en parle

« La SPCD est la meilleure compagnie de danse du Brésil ; son répertoire éclectique, son activité avec différents chorégraphes et la richesse de son travail éducatif en font un leader parmi ses pairs. »
Dancing Times, Mario Galizzi

 

« La SPCD est l’une des compagnies les plus solides du Brésil parce qu’elle offre au public des œuvres classiques et contemporaines, ainsi qu’un vaste champ pour les chorégraphes et danseurs de styles et de genres différents. »
Dancing Times, Ivan Grandi

 

« La SPCD a acquis sa technique sans faille grâce à une formation classique, ainsi qu’à une performance d’une grande sensibilité qui se prête parfaitement aux présentations de chorégraphes tels que l’Allemand Marco Goecke et son sensible Peekaboo pour huit danseurs, ou Uwe Scholz qui, avec la musique de Rachmaninov, s’inspire de la peinture de Kandinsky pour une œuvre de belle élégance picturale. »
Madame Figaro, 2018

À voir aussi