À HUIS CLOS
SPECTACLE ANNULÉ

SPECTACLE ANNULÉ

 

Pour des raisons indépendantes de notre volonté, nous sommes contraints d’annuler, sans date de report possible, les représentations de À huis-clos à Bonlieu.
Nous en sommes désolés. 

 

Vous pouvez échanger vos billets pour un autre spectacle de la saison ou demander un remboursement.
N’hésitez pas à rapporter vos billets dès à présent.

 

La billetterie du théâtre est ouverte du mardi au samedi de 12h30 à 19h.

 

Merci pour votre compréhension, et au plaisir de vous accueillir prochainement.

 


 

Rappeur mythique, auteur à la plume ciselée, scénariste, poète mais avant tout profondément humaniste, Kery James fait son retour sur les planches de théâtre cinq ans après le succès de sa première pièce À vif. Il fait revivre son personnage fétiche de jeune avocat d’une banlieue parisienne, en le plaçant au cœur d’une France meurtrie par une justice défaillante. Un nouveau combat, une tentative de règlement de comptes féroce, qui tournera au débat endiablé. Un questionnement violent mis en scène avec justesse par Marc Lainé, directeur de la Comédie de Valence. Kery James réveille un théâtre politique, radical, nécessaire !

Après avoir assisté, impuissant, au procès du meurtrier de son frère, policier, le jeune avocat Soulaymann est écœuré par ce qui lui semble une parodie d’instruction. Révolté, n’écoutant que sa douleur, il va jusqu’à s’introduire dans l’appartement du juge qui a innocenté l’assassin. Il s’en fait la promesse, cette fois l’action se déroulera à huis clos ! Une nuit de tous les dangers durant laquelle, malgré tout, le dialogue s’instaure, entre deux visions du monde. Pour ce duo en hypertension, Marc Lainé multiplie les points de vue, convoque la vidéo et les arts de la scène, bâtit une arène implacable. Quel dénouement trouvera la prise d’otage ? Toutes les vies ont-elles le même poids ? Une pièce, un choc pour ébranler nos convictions !

MAR.30 ET MER.31 JAN.
JEU.1ER FÉV.
À 20H30 | SAUF JEU. À 19H
DURÉE 1H30
À PARTIR DE 14 ANS
LIEUGRANDE SALLE

TARIF A

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
TS 36 29 29 25 18  €
A 29 24 24 14 10  €
B 23 18 18 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TAS Tarif L'Auditorium Seynod Téthys
(21 € / 14 € / 12 € / 10 € / 7 €)
TAS Tarif L'Auditorium Seynod Rebelle(s) sans cause
(10 € / 7 € / 7 € / 7 € / 7 €)
TBG Tarif Le Brise Glace
(23 € / 21 € / 19 € / 17 € / 17 €)

mise en scène et scénographie Marc Lainé
avec Kery James et Olivier Werner
dramaturgie Agathe Peyrard
assistant mise en scène Olivier Werner
collaboration artistique Naïlia Chaal
régie générale Thomas Crèvecœur
création lumières Kevin Briard
régie lumières Kevin Briard, Juliette Labbaye et Samuel Kleinmann
création et régie vidéo Baptiste Klein et Yann Philippe
création sonore Clément Rousseaux
costumes Marie-Cécile Viault
remerciements à Fursac

 

 

production Astérios Spectacles / Otto Productions – Nicolas Roux
coproduction Théâtre National de Chaillot, Les Quinconces L’espal Scène Nationale du Mans, Radiant Bellevue à Caluire, La Machinerie à Vénissieux, Maison de la Musique de Nanterre, La Filature Scène Nationale de Mulhouse, Théâtre Jean Vilar de Vitry sur Seine, Théâtre de Dreux, La Comédie de Valence
coréalisation Théâtre du Rond Point Paris

 

Né de parents haïtiens, ayant grandi en Guadeloupe et issu d’une famille en grande difficulté sociale, Kery James, Alix Mathurin de son vrai nom, se distingue très jeune par la qualité de ses textes ciselés et sa sensibilité à fleur de peau. Il est une référence du hip-hop hexagonal. À onze ans, le jeune Kery James se fait remarquer à la MJC d’Orly pour ses talents d’auteur, de danseur et de rappeur. En 1991, paraît l’album Qui sème le vent récolte le tempo, de MC Solaar, comprenant son premier featuring. Un an plus tard, il crée avec ses amis le groupe Ideal J, et fait partie du collectif Mafia K’1 Fry. Figure majeure du rap français depuis près de trente ans, Kery James ne cesse de se renouveler et de surprendre. Son rap teinté d’un engagement ardent contre les inégalités s’inscrit dans une démarche humaniste, guidée par un optimisme pugnace. Multipliant les succès, l’artiste a vendu plus de 700.000 albums ces dernières années, rempli 7 Olympia, 4 Zénith et 2 Bercy/AccorHotels Arena. Première pièce que Kery James a écrit et interprète,  À VIF, quant à elle a réuni près de 100.000 spectateurs au théâtre. Son dernier spectacle exceptionnel consacré à l’ensemble de sa carrière, le Banlieusards show, de la MJC d’Orly à l’AccorHotels Arena le 2 décembre 2019 fut un immense succès, réunissant plus de 12.000 personnes. Le concert est retransmis sur CultureBox et France 2. 2019 fut marquée par le triomphe sur Netflix du premier long-métrage écrit et coréalisé par Kery James : Banlieusards, ayant déjà réuni, au bout de deux semaines de diffusion, 2.634.101 foyers. Kery James sera pour la saison prochaine Auteur Associé du théâtre de Chaillot et de son directeur Rachid Ouramdane. Kery James prépare un nouveau long-métrage et un nouvel album. Il se produira dans le cadre du Mélancolique Tour, un concert acoustique et intimiste à l’occasion duquel il reprend les titres les plus marquants de sa carrière. Dès ses premières esquisses en tant que scénariste, Kery James fut salué par ses pairs. Après avoir été finaliste du Grand Prix Sopadin du Meilleur Scénariste, Kery James fut lauréat à l’unanimité de la prestigieuse Association Beaumarchais (SACD) pour son premier scénario pour le Cinéma, Banlieusards (ex. Ne manque pas ce train). Kery James travaille à présent à l’écriture d’une série, de trois nouveaux projets de longs-métrages, dont Amal et Frances, qui s’inscrivent naturellement dans la continuité de son œuvre et de ses engagements.

 

Né en 1976, Marc Lainé est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. Il travaille d’abord régulièrement en tant que scénographe pour le théâtre et l’opéra pour lesquels il a réalisé plus de soixante-dix scénographies. Depuis 2008, Marc Lainé conçoit ses propres spectacles. Affirmant une écriture résolument « pop » et une démarche transdisciplinaire, il y croise le théâtre, le cinéma, la musique live et les arts plastiques. Il met en scène ses premiers spectacles avec l’auteur britannique Mike Kenny: La Nuit électrique, produit par La Comédie de Valence en Comédie itinérante et nommé aux Molières 2009 (catégorie Meilleur spectacle jeune public), puis Un rêve féroce (CDDB– Théâtre de Lorient, CDN ; Théâtre du Rond-Point, Paris). À partir de 2010, il crée sa propre compagnie, La Boutique Obscure, et écrit désormais ses spectacles. Il présente d’abord un cycle sur les grandes figures de la culture populaire américaine : Norman Bates est-il?, Break Your Leg, Just For One Day ! (La Ménagerie de Verre, Paris ; Théâtre de Chaillot ; CDDB–Théâtre de Lorient, CDN). Les créations suivantes inaugureront des collaborations musicales et scéniques avec Moriarty, pour Memories From The Missing Room (La Ferme du Buisson, Scène nationale de Marne-la-Vallée ; Théâtre de la Bastille, Paris) puis Vanishing Point, les deux voyages de Suzanne W. (CDDB–Théâtre de Lorient, CDN; Théâtre de Chaillot / Prix du syndicat de la critique 2014/2015, catégories Meilleure création d’une pièce en langue française et du Meilleur compositeur de musique de scène), avec Bertrand Belin pour Spleenorama (Théâtre de la Bastille ; CDDB–Théâtre de Lorient, CDN), avec aussi le groupe Valparaiso pour My Whispering Hosts, lecture musicale d’un texte de Roberto Bolaño. Et tâchons d’épuiser la mort dans un baiser, spectacle musical d’après l’opéra inachevé de Debussy, La Chute de la maison Usher (produit par le Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence; La Comédie de Saint-Étienne, CDN) est présenté en 2017 à La Comédie de Valence en Comédie itinérante. La même année, il écrit et met en scène Hunter (Scène nationale 61 ; Théâtre de la Ville, Paris) et le spectacle jeune public La Chambre désaccordée (Scène nationale 61 ; Théâtre de la Ville, Paris) il présente La Fusillade sur une plage d’Allemagne, de Simon Diard (Théâtre Ouvert, Paris ; TNS) et il crée une adaptation de Construire un feu de Jack London pour l’ouverture de saison du Studio-Théâtre de la Comédie-Française avec les comédiens du Français. En janvier 2020, il prend la direction de La Comédie de Valence, Centre dramatique national Drôme Ardèche. En 2021, Marc Lainé crée avec les habitant·e·s de Valence l’O.V.N.I. Sous nos yeux, premier volet d’une trilogie fantastique dont le deuxième est En travers de sa gorge créé en septembre 2022 pour 5 comédiens dont Marie-Sophie Ferdane et Bertrand Belin, artistes de l’Ensemble artistique. En 2021, Marc Lainé crée à huis clos Nosztalgia Express au CDN de Rouen, spectacle en tournée au Théâtre de la Ville, Paris et présenté à Valence en 2022. En septembre 2021, Marc Lainé crée Nos paysages mineurs en Comédie itinérante. En janvier 2024, il créera En finir avec leur histoire dans laquelle on retrouvera Liliane et Paul, les deux personnages de Nos paysages mineurs, seize ans après leur rupture. Les textes de ses spectacles sont publiés chez Actes Sud-Papiers. Marc Lainé enseigne la scénographie dans différentes écoles d’architecture et d’art dramatique et notamment l’ENSATT et l’École de la Comédie de Saint-Étienne.

 

Agathe Peyrard se forme en classes préparatoires littéraires et intègre la section Dramaturgie de l’École Normale Supérieure de Lyon en 2014. Elle continue sa formation en pratiquant l’écriture dramatique et scénaristique, notamment à Paris III, auprès de Michel Azama et Koffi Kwahulé. Elle est assistante à la mise en scène auprès de Cyril Teste sur le spectacle White Room, d’Alexandra Badéa, avec la Promotion 27 de la Comédie de Saint- Étienne en 2015 puis sur ADN de Dennis Kelly, avec l’ESAD, au CENTQUATRE, en 2017. Elle participe ensuite au comité de lecture du Théâtre du Rond-Point en tant que collaboratrice littéraire pour l’année 2018. Elle co-écrit et met en scène Foufurieux puis Lear Factor, présenté au Théâtre de la Bastille lors d’un festival dédié à la jeune création. En parallèle, elle dirige des ateliers d’écriture, notamment en milieu carcéral à la prison de Fresnes. Elle signe la dramaturgie et la co-adaptation de spectacles d’Anne Barbot (Le baiser comme une première chute, d’après l’Assommoir, de Zola, TGP, en 2021, puis La Terre, de Zola, 2024). Elle travaille comme dramaturge et collaboratrice à l’adaptation auprès de Guillaume Barbot pour Et si je n’avais jamais rencontré Jacques Higelin, Théâtre de Chelles, Alabama Song, Théâtre de la Tempête et Icare, DSN. Elle signe la dramaturgie et la co-adaptation d’Un conte de Noël, d’après le film d’Arnaud Desplechin, spectacle mis en scène par Julie Deliquet et présenté lors du Festival d’Automne en 2020. En 2022, elle retrouve Julie Deliquet pour Jean-Baptiste, Madeleine, Armande et les autres…, d’après trois pièces de Molière, spectacle présenté à la Comédie Française, et dont elle co-signe l’adaptation et la dramaturgie. Cette même année elle accompagne Fabien Gorgeart à la dramaturgie pour l’adaptation du roman de Delphine de Vigan, Rien ne s’oppose à la nuit, qu’il met en scène au Studio-Théâtre de la Comédie Française puis le retrouve à nouveau pour Les Gratitudes, présenté au Centquatre.

 

Olivier Werner est acteur et metteur en scène. Il vit entre la France et la Suisse. Il a suivi sa formation d’acteur et de metteur en scène à l’ENSATT, à l’école du TNS et à l’Institut Nomade de la Mise en scène. Il a également été reçu au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique (CNSAD). Comme acteur, il a notamment travaillé sous la direction de Elsa Granat, Daniel Janneteau, Christophe Rauck, Marc Lainé, Christophe Perton, Yann-Joel Colin, Richard Brunel, Yves Beaunesnes, Lluis Pasqual, Jorge Lavelli, Adel Hakim, Anne-Laure Liégeois, Christian Rist, Jean-Marie Villégier, Urszula Mikos, René Loyon, Simon Eine, Marc Zammit, Claudia Morin, Mali Van Valenberg, Guillaume Clayssen, Gérard Vernay… Il a mis en scène plusieurs spectacles : Pelléas et Mélisande (Maurice Maeterlinck), Les Revenants (Henrik Ibsen), Les perses (Eschyle), Les hommes dégringolés (Christophe Huysman, création collective), Béatrice et Bénedict (opéra – concert d’Hector Berlioz), Rien d’humain (Marie N’diaye), Mon conte Kabyle (Marie Lounici), Occupe-toi du bébé (Dennis Kelly), After the end (de Dennis Kelly), La pensée (Leonid Andreïev), Le vieux juif blonde (Amanda Sthers), Show room Nouveau drame (Suzanne Joubert), Semelle au vent (de Mali Van valenberg), Versant Rupal (de Mali Van Valenberg). Il conçoit aujourd’hui les scénographies de ses spectacles, et parfois ceux de la compagnie Jusqu’à m’y fondre, implantée en Valais. Au cours de son parcours, il a dirigé plusieurs stages de formation d’acteurs pour des CDN (Reims, Angers, Valence), pour des écoles de théâtre (HETSR de Lausanne, Conservatoire de Montpellier), également pour un public scolaire et universitaire (Lorient, Valence), pour un centre de réinsertion (Bondy) et pour des centres pénitentiaires (Fleury-Mérogis, Valence). Il joue actuellement dans Des châteaux qui brûlent de Arno Bertina dans une mise en scène de Anne-Laure Liégeois (Théâtre de la Tempête). Son dernier spectacle, Versant Rupal sera repris la saison prochaine dans quatre théâtres de Suisse Romande.

« Kery James est magistral, Jérôme Kircher, imbattable dans la gestion de l’évolution de son personnage qui confesse son appartenance à un système rouillé. […] La salle est unanime : applaudir la prise de parole et les « bravo » ne sont que le fin mot de la fin pour résumer ce moment plein de force. »
Baz’art, Jade Sauvanet, 24 NOV.23

 

« Un réquisitoire politique sans appel contre les bavures policières et notre semblant de démocratie, selon l’auteur, dont la joute oratoire est mis en scène très élégamment et avec caméras par Marc Lainé. »
artistikrezo.com, Hélène Kuttner, 19 NOV.023

 

« Poétique autant que politique, cette nouvelle pièce de Kery James donne de nouveau à voir “ deux France ” qui s’affrontent. »
La Terrasse, Anaïs Heluin, 28 SEPT.23

 

« Les mécanismes sourds des violences policières et des rapports de domination sociale se traduisent dans une langue brute et poétique que le duo soudé, formé avec Jerôme Kircher, porte haut. »
La Terrasse, Louise Chevillard, 4 OCT.23

 

« Kery James est magistral, Jérôme Kircher, imbattable dans la gestion de l’évolution de son personnage qui, malgré lui, confesse quelques évidences. Le public lui n’attend qu’une chose : applaudir la prise de parole, ce qu’il s’empresse de faire à tout rompre une fois le dernier mot, vaillant, prononcé. »
La Terrasse, Louise Chevillard, 26 OCT.23

Distribution Crédits

mise en scène et scénographie Marc Lainé
avec Kery James et Olivier Werner
dramaturgie Agathe Peyrard
assistant mise en scène Olivier Werner
collaboration artistique Naïlia Chaal
régie générale Thomas Crèvecœur
création lumières Kevin Briard
régie lumières Kevin Briard, Juliette Labbaye et Samuel Kleinmann
création et régie vidéo Baptiste Klein et Yann Philippe
création sonore Clément Rousseaux
costumes Marie-Cécile Viault
remerciements à Fursac

 

 

production Astérios Spectacles / Otto Productions – Nicolas Roux
coproduction Théâtre National de Chaillot, Les Quinconces L’espal Scène Nationale du Mans, Radiant Bellevue à Caluire, La Machinerie à Vénissieux, Maison de la Musique de Nanterre, La Filature Scène Nationale de Mulhouse, Théâtre Jean Vilar de Vitry sur Seine, Théâtre de Dreux, La Comédie de Valence
coréalisation Théâtre du Rond Point Paris

 

Biographie

Né de parents haïtiens, ayant grandi en Guadeloupe et issu d’une famille en grande difficulté sociale, Kery James, Alix Mathurin de son vrai nom, se distingue très jeune par la qualité de ses textes ciselés et sa sensibilité à fleur de peau. Il est une référence du hip-hop hexagonal. À onze ans, le jeune Kery James se fait remarquer à la MJC d’Orly pour ses talents d’auteur, de danseur et de rappeur. En 1991, paraît l’album Qui sème le vent récolte le tempo, de MC Solaar, comprenant son premier featuring. Un an plus tard, il crée avec ses amis le groupe Ideal J, et fait partie du collectif Mafia K’1 Fry. Figure majeure du rap français depuis près de trente ans, Kery James ne cesse de se renouveler et de surprendre. Son rap teinté d’un engagement ardent contre les inégalités s’inscrit dans une démarche humaniste, guidée par un optimisme pugnace. Multipliant les succès, l’artiste a vendu plus de 700.000 albums ces dernières années, rempli 7 Olympia, 4 Zénith et 2 Bercy/AccorHotels Arena. Première pièce que Kery James a écrit et interprète,  À VIF, quant à elle a réuni près de 100.000 spectateurs au théâtre. Son dernier spectacle exceptionnel consacré à l’ensemble de sa carrière, le Banlieusards show, de la MJC d’Orly à l’AccorHotels Arena le 2 décembre 2019 fut un immense succès, réunissant plus de 12.000 personnes. Le concert est retransmis sur CultureBox et France 2. 2019 fut marquée par le triomphe sur Netflix du premier long-métrage écrit et coréalisé par Kery James : Banlieusards, ayant déjà réuni, au bout de deux semaines de diffusion, 2.634.101 foyers. Kery James sera pour la saison prochaine Auteur Associé du théâtre de Chaillot et de son directeur Rachid Ouramdane. Kery James prépare un nouveau long-métrage et un nouvel album. Il se produira dans le cadre du Mélancolique Tour, un concert acoustique et intimiste à l’occasion duquel il reprend les titres les plus marquants de sa carrière. Dès ses premières esquisses en tant que scénariste, Kery James fut salué par ses pairs. Après avoir été finaliste du Grand Prix Sopadin du Meilleur Scénariste, Kery James fut lauréat à l’unanimité de la prestigieuse Association Beaumarchais (SACD) pour son premier scénario pour le Cinéma, Banlieusards (ex. Ne manque pas ce train). Kery James travaille à présent à l’écriture d’une série, de trois nouveaux projets de longs-métrages, dont Amal et Frances, qui s’inscrivent naturellement dans la continuité de son œuvre et de ses engagements.

 

Né en 1976, Marc Lainé est diplômé de l’École Nationale Supérieure des Arts Décoratifs. Il travaille d’abord régulièrement en tant que scénographe pour le théâtre et l’opéra pour lesquels il a réalisé plus de soixante-dix scénographies. Depuis 2008, Marc Lainé conçoit ses propres spectacles. Affirmant une écriture résolument « pop » et une démarche transdisciplinaire, il y croise le théâtre, le cinéma, la musique live et les arts plastiques. Il met en scène ses premiers spectacles avec l’auteur britannique Mike Kenny: La Nuit électrique, produit par La Comédie de Valence en Comédie itinérante et nommé aux Molières 2009 (catégorie Meilleur spectacle jeune public), puis Un rêve féroce (CDDB– Théâtre de Lorient, CDN ; Théâtre du Rond-Point, Paris). À partir de 2010, il crée sa propre compagnie, La Boutique Obscure, et écrit désormais ses spectacles. Il présente d’abord un cycle sur les grandes figures de la culture populaire américaine : Norman Bates est-il?, Break Your Leg, Just For One Day ! (La Ménagerie de Verre, Paris ; Théâtre de Chaillot ; CDDB–Théâtre de Lorient, CDN). Les créations suivantes inaugureront des collaborations musicales et scéniques avec Moriarty, pour Memories From The Missing Room (La Ferme du Buisson, Scène nationale de Marne-la-Vallée ; Théâtre de la Bastille, Paris) puis Vanishing Point, les deux voyages de Suzanne W. (CDDB–Théâtre de Lorient, CDN; Théâtre de Chaillot / Prix du syndicat de la critique 2014/2015, catégories Meilleure création d’une pièce en langue française et du Meilleur compositeur de musique de scène), avec Bertrand Belin pour Spleenorama (Théâtre de la Bastille ; CDDB–Théâtre de Lorient, CDN), avec aussi le groupe Valparaiso pour My Whispering Hosts, lecture musicale d’un texte de Roberto Bolaño. Et tâchons d’épuiser la mort dans un baiser, spectacle musical d’après l’opéra inachevé de Debussy, La Chute de la maison Usher (produit par le Festival international d’art lyrique d’Aix-en-Provence; La Comédie de Saint-Étienne, CDN) est présenté en 2017 à La Comédie de Valence en Comédie itinérante. La même année, il écrit et met en scène Hunter (Scène nationale 61 ; Théâtre de la Ville, Paris) et le spectacle jeune public La Chambre désaccordée (Scène nationale 61 ; Théâtre de la Ville, Paris) il présente La Fusillade sur une plage d’Allemagne, de Simon Diard (Théâtre Ouvert, Paris ; TNS) et il crée une adaptation de Construire un feu de Jack London pour l’ouverture de saison du Studio-Théâtre de la Comédie-Française avec les comédiens du Français. En janvier 2020, il prend la direction de La Comédie de Valence, Centre dramatique national Drôme Ardèche. En 2021, Marc Lainé crée avec les habitant·e·s de Valence l’O.V.N.I. Sous nos yeux, premier volet d’une trilogie fantastique dont le deuxième est En travers de sa gorge créé en septembre 2022 pour 5 comédiens dont Marie-Sophie Ferdane et Bertrand Belin, artistes de l’Ensemble artistique. En 2021, Marc Lainé crée à huis clos Nosztalgia Express au CDN de Rouen, spectacle en tournée au Théâtre de la Ville, Paris et présenté à Valence en 2022. En septembre 2021, Marc Lainé crée Nos paysages mineurs en Comédie itinérante. En janvier 2024, il créera En finir avec leur histoire dans laquelle on retrouvera Liliane et Paul, les deux personnages de Nos paysages mineurs, seize ans après leur rupture. Les textes de ses spectacles sont publiés chez Actes Sud-Papiers. Marc Lainé enseigne la scénographie dans différentes écoles d’architecture et d’art dramatique et notamment l’ENSATT et l’École de la Comédie de Saint-Étienne.

 

Agathe Peyrard se forme en classes préparatoires littéraires et intègre la section Dramaturgie de l’École Normale Supérieure de Lyon en 2014. Elle continue sa formation en pratiquant l’écriture dramatique et scénaristique, notamment à Paris III, auprès de Michel Azama et Koffi Kwahulé. Elle est assistante à la mise en scène auprès de Cyril Teste sur le spectacle White Room, d’Alexandra Badéa, avec la Promotion 27 de la Comédie de Saint- Étienne en 2015 puis sur ADN de Dennis Kelly, avec l’ESAD, au CENTQUATRE, en 2017. Elle participe ensuite au comité de lecture du Théâtre du Rond-Point en tant que collaboratrice littéraire pour l’année 2018. Elle co-écrit et met en scène Foufurieux puis Lear Factor, présenté au Théâtre de la Bastille lors d’un festival dédié à la jeune création. En parallèle, elle dirige des ateliers d’écriture, notamment en milieu carcéral à la prison de Fresnes. Elle signe la dramaturgie et la co-adaptation de spectacles d’Anne Barbot (Le baiser comme une première chute, d’après l’Assommoir, de Zola, TGP, en 2021, puis La Terre, de Zola, 2024). Elle travaille comme dramaturge et collaboratrice à l’adaptation auprès de Guillaume Barbot pour Et si je n’avais jamais rencontré Jacques Higelin, Théâtre de Chelles, Alabama Song, Théâtre de la Tempête et Icare, DSN. Elle signe la dramaturgie et la co-adaptation d’Un conte de Noël, d’après le film d’Arnaud Desplechin, spectacle mis en scène par Julie Deliquet et présenté lors du Festival d’Automne en 2020. En 2022, elle retrouve Julie Deliquet pour Jean-Baptiste, Madeleine, Armande et les autres…, d’après trois pièces de Molière, spectacle présenté à la Comédie Française, et dont elle co-signe l’adaptation et la dramaturgie. Cette même année elle accompagne Fabien Gorgeart à la dramaturgie pour l’adaptation du roman de Delphine de Vigan, Rien ne s’oppose à la nuit, qu’il met en scène au Studio-Théâtre de la Comédie Française puis le retrouve à nouveau pour Les Gratitudes, présenté au Centquatre.

 

Olivier Werner est acteur et metteur en scène. Il vit entre la France et la Suisse. Il a suivi sa formation d’acteur et de metteur en scène à l’ENSATT, à l’école du TNS et à l’Institut Nomade de la Mise en scène. Il a également été reçu au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique (CNSAD). Comme acteur, il a notamment travaillé sous la direction de Elsa Granat, Daniel Janneteau, Christophe Rauck, Marc Lainé, Christophe Perton, Yann-Joel Colin, Richard Brunel, Yves Beaunesnes, Lluis Pasqual, Jorge Lavelli, Adel Hakim, Anne-Laure Liégeois, Christian Rist, Jean-Marie Villégier, Urszula Mikos, René Loyon, Simon Eine, Marc Zammit, Claudia Morin, Mali Van Valenberg, Guillaume Clayssen, Gérard Vernay… Il a mis en scène plusieurs spectacles : Pelléas et Mélisande (Maurice Maeterlinck), Les Revenants (Henrik Ibsen), Les perses (Eschyle), Les hommes dégringolés (Christophe Huysman, création collective), Béatrice et Bénedict (opéra – concert d’Hector Berlioz), Rien d’humain (Marie N’diaye), Mon conte Kabyle (Marie Lounici), Occupe-toi du bébé (Dennis Kelly), After the end (de Dennis Kelly), La pensée (Leonid Andreïev), Le vieux juif blonde (Amanda Sthers), Show room Nouveau drame (Suzanne Joubert), Semelle au vent (de Mali Van valenberg), Versant Rupal (de Mali Van Valenberg). Il conçoit aujourd’hui les scénographies de ses spectacles, et parfois ceux de la compagnie Jusqu’à m’y fondre, implantée en Valais. Au cours de son parcours, il a dirigé plusieurs stages de formation d’acteurs pour des CDN (Reims, Angers, Valence), pour des écoles de théâtre (HETSR de Lausanne, Conservatoire de Montpellier), également pour un public scolaire et universitaire (Lorient, Valence), pour un centre de réinsertion (Bondy) et pour des centres pénitentiaires (Fleury-Mérogis, Valence). Il joue actuellement dans Des châteaux qui brûlent de Arno Bertina dans une mise en scène de Anne-Laure Liégeois (Théâtre de la Tempête). Son dernier spectacle, Versant Rupal sera repris la saison prochaine dans quatre théâtres de Suisse Romande.

La presse en parle

« Kery James est magistral, Jérôme Kircher, imbattable dans la gestion de l’évolution de son personnage qui confesse son appartenance à un système rouillé. […] La salle est unanime : applaudir la prise de parole et les « bravo » ne sont que le fin mot de la fin pour résumer ce moment plein de force. »
Baz’art, Jade Sauvanet, 24 NOV.23

 

« Un réquisitoire politique sans appel contre les bavures policières et notre semblant de démocratie, selon l’auteur, dont la joute oratoire est mis en scène très élégamment et avec caméras par Marc Lainé. »
artistikrezo.com, Hélène Kuttner, 19 NOV.023

 

« Poétique autant que politique, cette nouvelle pièce de Kery James donne de nouveau à voir “ deux France ” qui s’affrontent. »
La Terrasse, Anaïs Heluin, 28 SEPT.23

 

« Les mécanismes sourds des violences policières et des rapports de domination sociale se traduisent dans une langue brute et poétique que le duo soudé, formé avec Jerôme Kircher, porte haut. »
La Terrasse, Louise Chevillard, 4 OCT.23

 

« Kery James est magistral, Jérôme Kircher, imbattable dans la gestion de l’évolution de son personnage qui, malgré lui, confesse quelques évidences. Le public lui n’attend qu’une chose : applaudir la prise de parole, ce qu’il s’empresse de faire à tout rompre une fois le dernier mot, vaillant, prononcé. »
La Terrasse, Louise Chevillard, 26 OCT.23