CROWD

Place à la jeunesse et à la fête ! Quinze danseurs mettent leurs pas dans une techno party endiablée, décortiquée par Gisèle Vienne, chorégraphe au sommet de sa reconnaissance dans le milieu de la danse contemporaine. Interprétée à des rythmes très variés, tantôt rapides tantôt très lents, Crowd est une pièce hypnotique d’une liberté totale. Une exploration du rapport au corps, de l’érotisme et de la sexualité au sein d’un groupe social.

Sur un sol de terre jonché de gobelets en plastique écrasés, une fête se poursuit. Les corps vêtus de tee-shirts, sweats, jeans se frôlent, s’enlacent, se repoussent au rythme de la musique techno de Detroit ; les mouvements sont saccadés, décalés ou exécutés au ralenti, tels des fragments d’un montage vidéo. La chorégraphe franco-autrichienne invente, avec son acolyte dramaturge Dennis Cooper, un véritable langage urbain sans mots : celui de la jeunesse et du rapport universel au désir et à la violence. Depuis 1999, Gisèle Vienne, formée à l’art des marionnettes, explore jusqu’au tréfonds les affres humaines. Hallucinatoire, Crowd est d’une intensité à fleur de peau !

ET AUSSI, À NOTER DANS VOTRE AGENDA :

En avant-propos au spectacle Crowd, projection du film Le suspens (2019, 30 min), portrait chorégraphique de Gisèle Vienne, issu de la collection Portraits du CN D.

Projections à 19H les deux soirs des représentations MAR. 24 et MER. 25 MARS dans l’Espace 60 (accès forum Bonlieu), en partenariat avec le CN D Lyon

> entrée libre (dans la limite des places disponibles)

 

tRéserver
SPECTACLE ANNULÉ
fermer
MAR.24 | MER.25 MARS
À 20H30
DURÉE 1H30
LIEUGRANDE SALLE

TARIF A

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 29 24 24 10 8  €
A 26 21 21 10 8  €
B 23 18 18 10 8  €
C 19 14 14 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif Auditorium Seynod
(21 € / 17 € / 10,50 € / 7,50 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

Pour Kerstin

 

conception, chorégraphie et scénographie Gisèle Vienne assistée de Anja Röttgerkamp et Nuria Guiu Sagarra
interprétation Lucas Bassereau, Philip Berlin, Marine Chesnais, Sylvain Decloitre, Sophie Demeyer, Vincent Dupuy, Massimo Fusco, Rehin Hollant, Georges Labbat, Theo Livesey, Katia Petrowick, Linn Ragnarsson, Jonathan Schatz, Henrietta Wallberg et Tyra Wigg
lumière Patrick Riou
dramaturgie Gisèle Vienne et Dennis Cooper
montage et sélection des musiques Peter Rehberg
conception de la diffusion du son Stephen O’Malley
costumes Gisèle Vienne en collaboration avec Camille Queval et les interprètes
ingénieur son Adrien Michel
régie générale Richard Pierre
régie plateau Antoine Hordé
régie lumière Arnaud Lavisse
musique Underground Resistance, KTL, Vapour Space, DJ Rolando, Drexciya, The Martian, Choice, Jeff Mills, Peter Rehberg, Manuel Göttsching, Sun Electric et Global Communication
crédits détaillés de la musique dans l’ordre de diffusion
Underground Resistance The Illuminator (Underground Resistance, 1995)
KTL Lampshade (exclusive, 2017)
Vapour Space Gravitational Arch Of 10 (Plus 8, 1993)
DJ Rolando Vibrations mix (Underground Resistance, 2002)
– Underground Resistance Sweat Electric (Somewhere In Detroit, 1994)
– Underground Resistance Twista (Underground Resistance, 1993)
– Drexciya Wavejumper (Underground Resistance, 1995)
– The Martian The Intruder (Red Planet, 1992)
– Underground Resistance Code Red (Underground Resistance, 1993)
– Underground Resistance Lunar Rhythms (Somewhere In Detroit, 1995)
– Underground Resistance Hi-Tech Funk (Underground Resistance, 1997)
Choice Acid Eiffel (Fragile Records, 1992)
Jeff Mills Phase 4 (Tresor/Axis, 1992)
Peter Rehberg Furgen Matrix/Telegene (exclusive, 2017)
Manuel Göttsching E2-E4 (Inteam, 1984)
Sun Electric Sarotti (R&S Records, 1993)
Global Communication 14 31 (Ob-selon Mi-Nos) (Evolution, 1994)
création 2017

 

 

 

production et diffusion Alma Office : Anne-Lise Gobin, Alix Sarrade, Camille Queval & Andrea Kerr // Administration Etienne Hunsinger & Giovanna Rua
production déléguée DACM
coproduction Nanterre-Amandiers Centre dramatique national, Maillon Théâtre de Strasbourg – Scène européenne, Wiener Festwochen, Manège Scène nationale – Reims, Théâtre national de Bretagne direction Arthur Nauzyciel, Centre dramatique national Orléans/Loiret/Centre, La Filature Scène nationale Mulhouse, BIT Teatergarasjen Bergensoutien CCN2 – Centre chorégraphique national de Grenoble // CND Centre national de la danse
remerciements Louise Bentkowski, Dominique Brun, Patric Chiha, Zac Farley, Uta Gebert, Margret Sara Guðjónsdóttir, Isabelle Piechaczyk, Arco Renz, Jean-Paul Vienne et Dorothéa Vienne-Pollak

 

La Compagnie Gisèle Vienne est conventionnée par le Ministère de la culture – DRAC Grand Est, la Région Grand Est et la Ville de Strasbourg.

 

La compagnie reçoit le soutien régulier de l’Institut Français pour ses tournées à l’étranger.

 

Gisèle Vienne est artiste associée à Nanterre-Amandiers CDN et au Théâtre national de Bretagne, Direction Arthur Nauzyciel.

Née en 1976, Gisèle Vienne est une artiste, chorégraphe et metteure en scène franco-autrichienne. Après des études de philosophie et de musique, elle se forme à l’École supérieure nationale des arts de la marionnette. Elle travaille depuis régulièrement avec, entre autres collaborateurs, l’écrivain Dennis Cooper, les musiciens Peter Rehberg et Stephen O’Malley et l’éclairagiste Patrick Riou. Dix pièces mises en scène par Gisèle Vienne tournent régulièrement en Europe et dans le monde dont I Apologize (2004), Kindertotenlieder (2007), This is how you will disappear (2010), LAST SPRING: A Prequel, installation pour une poupée robotisée (2011), The Ventriloquists Convention (2015) et Crowd (2017). En 2020 elle crée avec Etienne Bideau-Rey une quatrième version de Showroomdummies au Rohm Theater Kyoto, pièce initialement créée en 2001. Depuis 2005, elle expose régulièrement ses photographies et installations. Elle a publié un livre + CD Jerk / Through Their Tears en collaboration avec Dennis Cooper, Peter Rehberg et Jonathan Capdevielle en 2011 et un livre 40 Portraits 2003-2008, en collaboration avec Dennis Cooper et Pierre Dourthe en février 2012. Gisèle Vienne prépare actuellement une mise en scène du texte de Robert Walser l’Etang dont la première aura lieu au TNB à Rennes en novembre 2020.

« La gestuelle utilise, en grande partie, des techniques cinématographiques ou vidéo : ralentis, gros plans, mouvements retouchés, et même repris à l’envers. Mais cette grammaire ordinaire de l’image, devient, en danse, une performance inouïe. Sous les éclairages extraordinairement travaillés de Patrick Riou, qui joue de clairs-obscurs isolant chaque silhouette, à des effets de pénombres floutants, les jeunes danseurs incarnent un personnage par une précision dans l’expression comme dans le geste. Chacun d’entre eux est travaillé, ciselé pourrait-on presque dire, par le sous-texte de Dennis Cooper et les opérations que Gisèle Vienne imprime à la gestuelle. »
Danser canal historique, 12 DEC. 2017

 

« Dans cette nouvelle création, la chorégraphe reconstitue une rave party improvisée où le mouvement des danseurs exposés en pleine lumière laisse bientôt entrevoir une réalité sous-jacente nettement plus complexe dominée par des pulsions mêlant jubilation des corps et sentiment menaçant d’une violence latente. Un spectacle d’une intensité et d’une force plastique éblouissantes. »
Culturebox, Hugues Le Tanneur, 15 DEC. 2017

À voir aussi

Distributions Crédits

Pour Kerstin

 

conception, chorégraphie et scénographie Gisèle Vienne assistée de Anja Röttgerkamp et Nuria Guiu Sagarra
interprétation Lucas Bassereau, Philip Berlin, Marine Chesnais, Sylvain Decloitre, Sophie Demeyer, Vincent Dupuy, Massimo Fusco, Rehin Hollant, Georges Labbat, Theo Livesey, Katia Petrowick, Linn Ragnarsson, Jonathan Schatz, Henrietta Wallberg et Tyra Wigg
lumière Patrick Riou
dramaturgie Gisèle Vienne et Dennis Cooper
montage et sélection des musiques Peter Rehberg
conception de la diffusion du son Stephen O’Malley
costumes Gisèle Vienne en collaboration avec Camille Queval et les interprètes
ingénieur son Adrien Michel
régie générale Richard Pierre
régie plateau Antoine Hordé
régie lumière Arnaud Lavisse
musique Underground Resistance, KTL, Vapour Space, DJ Rolando, Drexciya, The Martian, Choice, Jeff Mills, Peter Rehberg, Manuel Göttsching, Sun Electric et Global Communication
crédits détaillés de la musique dans l’ordre de diffusion
Underground Resistance The Illuminator (Underground Resistance, 1995)
KTL Lampshade (exclusive, 2017)
Vapour Space Gravitational Arch Of 10 (Plus 8, 1993)
DJ Rolando Vibrations mix (Underground Resistance, 2002)
– Underground Resistance Sweat Electric (Somewhere In Detroit, 1994)
– Underground Resistance Twista (Underground Resistance, 1993)
– Drexciya Wavejumper (Underground Resistance, 1995)
– The Martian The Intruder (Red Planet, 1992)
– Underground Resistance Code Red (Underground Resistance, 1993)
– Underground Resistance Lunar Rhythms (Somewhere In Detroit, 1995)
– Underground Resistance Hi-Tech Funk (Underground Resistance, 1997)
Choice Acid Eiffel (Fragile Records, 1992)
Jeff Mills Phase 4 (Tresor/Axis, 1992)
Peter Rehberg Furgen Matrix/Telegene (exclusive, 2017)
Manuel Göttsching E2-E4 (Inteam, 1984)
Sun Electric Sarotti (R&S Records, 1993)
Global Communication 14 31 (Ob-selon Mi-Nos) (Evolution, 1994)
création 2017

 

 

 

production et diffusion Alma Office : Anne-Lise Gobin, Alix Sarrade, Camille Queval & Andrea Kerr // Administration Etienne Hunsinger & Giovanna Rua
production déléguée DACM
coproduction Nanterre-Amandiers Centre dramatique national, Maillon Théâtre de Strasbourg – Scène européenne, Wiener Festwochen, Manège Scène nationale – Reims, Théâtre national de Bretagne direction Arthur Nauzyciel, Centre dramatique national Orléans/Loiret/Centre, La Filature Scène nationale Mulhouse, BIT Teatergarasjen Bergensoutien CCN2 – Centre chorégraphique national de Grenoble // CND Centre national de la danse
remerciements Louise Bentkowski, Dominique Brun, Patric Chiha, Zac Farley, Uta Gebert, Margret Sara Guðjónsdóttir, Isabelle Piechaczyk, Arco Renz, Jean-Paul Vienne et Dorothéa Vienne-Pollak

 

La Compagnie Gisèle Vienne est conventionnée par le Ministère de la culture – DRAC Grand Est, la Région Grand Est et la Ville de Strasbourg.

 

La compagnie reçoit le soutien régulier de l’Institut Français pour ses tournées à l’étranger.

 

Gisèle Vienne est artiste associée à Nanterre-Amandiers CDN et au Théâtre national de Bretagne, Direction Arthur Nauzyciel.

Biographie

Née en 1976, Gisèle Vienne est une artiste, chorégraphe et metteure en scène franco-autrichienne. Après des études de philosophie et de musique, elle se forme à l’École supérieure nationale des arts de la marionnette. Elle travaille depuis régulièrement avec, entre autres collaborateurs, l’écrivain Dennis Cooper, les musiciens Peter Rehberg et Stephen O’Malley et l’éclairagiste Patrick Riou. Dix pièces mises en scène par Gisèle Vienne tournent régulièrement en Europe et dans le monde dont I Apologize (2004), Kindertotenlieder (2007), This is how you will disappear (2010), LAST SPRING: A Prequel, installation pour une poupée robotisée (2011), The Ventriloquists Convention (2015) et Crowd (2017). En 2020 elle crée avec Etienne Bideau-Rey une quatrième version de Showroomdummies au Rohm Theater Kyoto, pièce initialement créée en 2001. Depuis 2005, elle expose régulièrement ses photographies et installations. Elle a publié un livre + CD Jerk / Through Their Tears en collaboration avec Dennis Cooper, Peter Rehberg et Jonathan Capdevielle en 2011 et un livre 40 Portraits 2003-2008, en collaboration avec Dennis Cooper et Pierre Dourthe en février 2012. Gisèle Vienne prépare actuellement une mise en scène du texte de Robert Walser l’Etang dont la première aura lieu au TNB à Rennes en novembre 2020.

La presse en parle

« La gestuelle utilise, en grande partie, des techniques cinématographiques ou vidéo : ralentis, gros plans, mouvements retouchés, et même repris à l’envers. Mais cette grammaire ordinaire de l’image, devient, en danse, une performance inouïe. Sous les éclairages extraordinairement travaillés de Patrick Riou, qui joue de clairs-obscurs isolant chaque silhouette, à des effets de pénombres floutants, les jeunes danseurs incarnent un personnage par une précision dans l’expression comme dans le geste. Chacun d’entre eux est travaillé, ciselé pourrait-on presque dire, par le sous-texte de Dennis Cooper et les opérations que Gisèle Vienne imprime à la gestuelle. »
Danser canal historique, 12 DEC. 2017

 

« Dans cette nouvelle création, la chorégraphe reconstitue une rave party improvisée où le mouvement des danseurs exposés en pleine lumière laisse bientôt entrevoir une réalité sous-jacente nettement plus complexe dominée par des pulsions mêlant jubilation des corps et sentiment menaçant d’une violence latente. Un spectacle d’une intensité et d’une force plastique éblouissantes. »
Culturebox, Hugues Le Tanneur, 15 DEC. 2017

À voir aussi