HORS-PISTE

Martin Fourcade, homme-légende, annécien d’adoption, n’est finalement jamais vraiment là où on l’attend ! Surprenant, le sportif français le plus titré aux JO a décidé de nous dévoiler les coulisses de sa discipline, le biathlon, mais aussi les méandres d’une vie de champion. Une prise de parole intime, sincère, tissée d’anecdotes et de réflexions. Un pari d’un nouveau genre !

Homme de défis, Martin Fourcade a honoré tous les espoirs que l’on portait sur lui. Aujourd’hui, seul sur scène, c’est lui-même qu’il affronte, avec bonheur. Fourcade, c’est cinq médailles d’or aux JO et deux d’argent, sept globes de cristal, quatre-vingt-trois victoires en coupe du monde. Mais c’est aussi la tension de la concentration, l’endurance poussée à l’extrême, les poumons qui brûlent, le cœur qui tape ! Entre de grands succès ce sont aussi des peines et des chagrins, des doutes assurément. Des premiers pas à la consécration, le chemin est rude. Entre récit intime et confessions, Fourcade se raconte. Oui, un homme face à sa légende, c’est un moment d’une rare intensité !

tRéserver
je m'abonne!Tarifs préférentiels
je suis abonné
Je complète mon
abonnement
J'ajoute
ce spectacle
J'échange
mon billet
Cette option n'est
plus disponible
je réserve
fermer

REPRÉSENTATION SUPPLÉMENTAIRE

Une représentation supplémentaire a été rajoutée
à celles initialement prévues
le JEU.11 JAN. À 19H ET VEN.12 JAN. À 20H30 :

MER.10 JAN. À 20H30

MER.10 | JEU.11 | VEN.12 JAN.
À 20H30 | SAUF JEU. À 19H
DURÉE ENV. 1H
LIEUGRANDE SALLE

TARIF A+

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
TS 36 29 29 25 18  €
A 29 24 24 14 10  €
B 23 18 18 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TAS Tarif L'Auditorium Seynod Téthys
(21 € / 14 € / 12 € / 10 € / 7 €)
TAS Tarif L'Auditorium Seynod Rebelle(s) sans cause
(10 € / 7 € / 7 € / 7 € / 7 €)
TBG Tarif Le Brise Glace
(23 € / 21 € / 19 € / 17 € / 17 €)

texte Martin Fourcade, Sébastien Deurdilly
jeu Martin Fourcade
dramaturgie Parelle Gervasoni
mise en scène Matthieu Cruciani

 

 

production MC2: Maison de la Culture de Grenoble
coproduction (en cours) Comédie de Colmar – Centre dramatique national Grand Est Alsace

Martin Fourcade clôt sur scène une carrière jonchée de succès, aux Jeux Olympiques, aux Championnats du monde et en Coupe du monde. Depuis ses débuts en 2007, il a collectionné tous les succès possibles. Au point de s’imposer comme non seulement le meilleur de son époque, mais aussi l’un des plus grands biathlètes de l’histoire. Une carrière dorée aux Jeux Olympiques, Fourcade a gagné partout. Mais il a surtout gagné là où l’adversité était la plus rude, l’attente la plus grande et la victoire la plus belle : aux Jeux Olympiques. En trois éditions, le Catalan a remporté cinq médailles d’or olympiques (avec deux en argent), faisant de lui l’athlète français le plus médaillé aux Jeux, été et hiver confondus. Aucun Français n’a plus gagné que Fourcade aux Jeux Olympiques. Avec toute la préparation, l’attente et la concurrence que cela engendre, l’exploit est majuscule. D’autant qu’il l’a réalisé à cheval sur Sotchi (2014, deux médailles) et Pyeongchang (2018, trois médailles), Vancouver (2010) ayant servi d’essai (avec tout de même une médaille d’argent). Il est le seul athlète tricolore, avec Jean-Claude Killy, à avoir remporté trois titres lors d’une même édition. S’il n’y avait qu’une année à retenir dans la fastueuse carrière de Martin Fourcade, ce pourrait être 2018. L’année de la retraite de Bjørndalen, Fourcade est entré dans l’histoire. En une seule année, il a cassé les dernières barrières qui lui manquaient avec ce triplé olympique, dont une victoire mémorable d’une spatule face à Simon Schempp lors de la mass start, et un septième gros globe de cristal consécutif. À l’assaut des Norvégiens en Coupe du monde car ce septième sacre de suite en Coupe du monde – une mainmise entamée en 2012 – est venue couronner sa régularité. En 2018, il est devenu le seul à remporter sept gros globes de cristal, un de plus que Bjørndalen et quatre de plus que le troisième, Raphaël Poirée. Au total, en Coupe du monde, Martin Fourcade a donc remporté sept fois le classement général (2012-2018), 26 petits globes de discipline (contre 19 pour Bjørndalen et 6 pour Johannes Bøe par exemple), pour un total de 184 podiums (97 victoires en individuel et relais, 54 deuxièmes places et 33 troisièmes places). Parmi ses 97 victoires en Coupe du monde, c’est sur la poursuite et le sprint qu’il était le meilleur (29 victoires en poursuite, 23 en sprint et 15 en individuel, mass start et relais). 2018, année charnière, cette année-là, il a remporté le relais masculin aux Mondiaux d’Antholz, le dernier qui lui manquait aux Championnats du monde. Habitué à remporter au moins trois victoires en Coupe du monde chaque année depuis 2009, il a récolté « seulement » deux petits bouquets lors de la saison 2018-2019 avant de retrouver ses standards en carrière avec 6 victoires avant d’arrêter sa carrière de sportif.
La carrière de Martin Fourcade en chiffres : 5, Le nombre de titres olympiques de Martin Fourcade, athlète français le plus médaillé de l’histoire des Jeux, été et hiver confondus. 7, Le nombre de gros globes de cristal obtenus par Fourcade, seul recordman devant les 6 de Bjørndalen. Il est évidemment le seul à les avoir remporté consécutivement, entre 2012 et 2018. 97, son nombre total de victoires en Coupe du monde, individuel et relais compris. Fourcade en a remporté 82 en individuel et 15 en relais masculin et mixte. 11, avec 11 succès aux Championnats du monde, Fourcade est détenteur ex-æquo du nombre de victoires en compagnie de Ole Einar Bjørndalen.

 

Né en 1975 à Nancy, Matthieu Cruciani est acteur et metteur en scène, formé à l’École du Théâtre National de Chaillot et à l’École de la Comédie de Saint-Étienne, où il est comédien permanent de 2001 à 2003. Il intègre ensuite l’équipe du Théâtre de Nice de 2004 à 2006. De 2008 à 2010, il est en compagnonnage avec le collectif Les Lucioles, pour lequel il met en scène Plus qu’hier et moins que demain avec Pierre Maillet. En 2010, il est sélectionné pour le festival Premières au Théâtre National de Strasbourg, pour sa mise en scène de Gouttes dans l’océan de Fassbinder. Il fonde la compagnie The Party, avec Émilie Capliez, en 2011. De 2012 à 2018, il est artiste associé à la Comédie de Saint-Étienne. Il met en scène L’Invention de Morel de Bioy Casares en 2008, Faust de Goethe en 2010, Rapport sur moi de Grégoire Bouillier et Non réconciliés de François Bégaudeau en 2012, Moby Dick de Fabrice Melquiot en 2014, Al Atlal d’après Mohamed Darwich en 2015 (Le Caire Beyrouth, Paris, Marseille), Un beau ténébreux de Julien Gracq en 2016. Il participe au festival Théâtre en Mai du CDN de Dijon en 2014 et 2016. Il joue dans les spectacles de Pierre Maillet Benoît Lambert, Marc Lainé, Christian Schiaretti, Jean-François Auguste, Serge Tranvouez, Alfredo Arias. En 2017, il crée Andromaque (Un amour fou), d’après Jean Racine et Jacques Rivette, Au plus fort de l’orage, spectacle lyrique sur l’œuvre vocale d’Igor Stravinsky pour le Festival d’Aix-en-Provence, et Nous autres d’Eugène Zamiatine avec l’école de la Comédie de Saint-Étienne. En septembre et novembre 2017, il crée Vernon Subutex d’après Viginie Despentes, et Nous sommes plus grands que notre temps de François Bégaudeau. Il dirige la Comédie de Colmar – CDN Grand Est Alsace, avec Émilie Capliez, depuis janvier 2019. En janvier 2020, il y crée Piscine(s) de François Bégaudeau et dernièrement La Nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès avec Jean-Christophe Folly.

 

Parallèlement à un parcours alliant études théâtrales et pratique du chant lyrique, et après deux années de classe préparatoire littéraire, Parelle Gervasoni est invitée, en 2013, par Franck Krawczyk, compositeur et collaborateur musical de Peter Brook, à clore sa résidence au Théâtre de St-Quentin-en-Yvelines et mettre en espace un chœur de 130 personnes dans Le Choix des chœurs. Depuis 2014, elle est l’assistante à la mise en scène et la dramaturge d’Arnaud Meunier (metteur en scène et directeur de la Comédie de Saint-Étienne) avec lequel elle collabore sur Ali Baba à l’Opéra-Comique (en 2014), Femme non-rééducable de Stefano Massini (en 2015), Chapitres de la chute du même auteur (en 2016), Truckstop de Lot Vekemans (In d’Avignon 2016), Je crois en un seul dieu de Stefano Massi (en 2017), Fore! d’Aleshea Harris (en 2018), J’ai pris mon père sur mes épaules de Fabrice Melquiot (en 2019) et sur Ensemble, lecture mise en voix par Éric Cantona et Rachida Brakni (en 2020). Elle adapte pour le théâtre Candide de Voltaire, spectacle mis en scène par Arnaud Meunier et en tournée de 2020 à 2024. L’Auditorium – Orchestre national de Lyon la sollicite pour la mise en espace de ses présentations de saison, pour ses concerts Winter Wonderland et La Truite (2017-2020). En 2020, elle met en scène Mouvement, spectacle qui réunit le piano de Fanny Azzuro et la danse contemporaine d’Andréa Moufounda et qui est créé au Lille Piano(s) Festival. En 2022, elle devient la collaboratrice artistique de l’auteur et metteur en scène Gabriel F. pour Le Jour-J de Mademoiselle B (création 2023 à la MC2 Grenoble). Parelle Gervasoni monte la compagnie Pistë en Bourgogne-Franche-Comté avec, pour premiers projets : Ici nos yeux sont inutiles de Laura Ruohonen (pièce dont elle signe la mise en scène et la traduction du finnois – création février 2023) et Oublie-moi. (seul en scène qu’elle écrit pour le comédien René Turquois). Elle mène également à l’Espace des arts – Scène nationale de Chalon-sur-Saône un projet de recherche en jeu multilingue, sélectionné par le Ministère de la Culture, avec la metteuse en scène Anne Bérélowitch, en partenariat avec le Conservatoire régional du Grand Chalon.

Distribution Crédits

texte Martin Fourcade, Sébastien Deurdilly
jeu Martin Fourcade
dramaturgie Parelle Gervasoni
mise en scène Matthieu Cruciani

 

 

production MC2: Maison de la Culture de Grenoble
coproduction (en cours) Comédie de Colmar – Centre dramatique national Grand Est Alsace

Biographie

Martin Fourcade clôt sur scène une carrière jonchée de succès, aux Jeux Olympiques, aux Championnats du monde et en Coupe du monde. Depuis ses débuts en 2007, il a collectionné tous les succès possibles. Au point de s’imposer comme non seulement le meilleur de son époque, mais aussi l’un des plus grands biathlètes de l’histoire. Une carrière dorée aux Jeux Olympiques, Fourcade a gagné partout. Mais il a surtout gagné là où l’adversité était la plus rude, l’attente la plus grande et la victoire la plus belle : aux Jeux Olympiques. En trois éditions, le Catalan a remporté cinq médailles d’or olympiques (avec deux en argent), faisant de lui l’athlète français le plus médaillé aux Jeux, été et hiver confondus. Aucun Français n’a plus gagné que Fourcade aux Jeux Olympiques. Avec toute la préparation, l’attente et la concurrence que cela engendre, l’exploit est majuscule. D’autant qu’il l’a réalisé à cheval sur Sotchi (2014, deux médailles) et Pyeongchang (2018, trois médailles), Vancouver (2010) ayant servi d’essai (avec tout de même une médaille d’argent). Il est le seul athlète tricolore, avec Jean-Claude Killy, à avoir remporté trois titres lors d’une même édition. S’il n’y avait qu’une année à retenir dans la fastueuse carrière de Martin Fourcade, ce pourrait être 2018. L’année de la retraite de Bjørndalen, Fourcade est entré dans l’histoire. En une seule année, il a cassé les dernières barrières qui lui manquaient avec ce triplé olympique, dont une victoire mémorable d’une spatule face à Simon Schempp lors de la mass start, et un septième gros globe de cristal consécutif. À l’assaut des Norvégiens en Coupe du monde car ce septième sacre de suite en Coupe du monde – une mainmise entamée en 2012 – est venue couronner sa régularité. En 2018, il est devenu le seul à remporter sept gros globes de cristal, un de plus que Bjørndalen et quatre de plus que le troisième, Raphaël Poirée. Au total, en Coupe du monde, Martin Fourcade a donc remporté sept fois le classement général (2012-2018), 26 petits globes de discipline (contre 19 pour Bjørndalen et 6 pour Johannes Bøe par exemple), pour un total de 184 podiums (97 victoires en individuel et relais, 54 deuxièmes places et 33 troisièmes places). Parmi ses 97 victoires en Coupe du monde, c’est sur la poursuite et le sprint qu’il était le meilleur (29 victoires en poursuite, 23 en sprint et 15 en individuel, mass start et relais). 2018, année charnière, cette année-là, il a remporté le relais masculin aux Mondiaux d’Antholz, le dernier qui lui manquait aux Championnats du monde. Habitué à remporter au moins trois victoires en Coupe du monde chaque année depuis 2009, il a récolté « seulement » deux petits bouquets lors de la saison 2018-2019 avant de retrouver ses standards en carrière avec 6 victoires avant d’arrêter sa carrière de sportif.
La carrière de Martin Fourcade en chiffres : 5, Le nombre de titres olympiques de Martin Fourcade, athlète français le plus médaillé de l’histoire des Jeux, été et hiver confondus. 7, Le nombre de gros globes de cristal obtenus par Fourcade, seul recordman devant les 6 de Bjørndalen. Il est évidemment le seul à les avoir remporté consécutivement, entre 2012 et 2018. 97, son nombre total de victoires en Coupe du monde, individuel et relais compris. Fourcade en a remporté 82 en individuel et 15 en relais masculin et mixte. 11, avec 11 succès aux Championnats du monde, Fourcade est détenteur ex-æquo du nombre de victoires en compagnie de Ole Einar Bjørndalen.

 

Né en 1975 à Nancy, Matthieu Cruciani est acteur et metteur en scène, formé à l’École du Théâtre National de Chaillot et à l’École de la Comédie de Saint-Étienne, où il est comédien permanent de 2001 à 2003. Il intègre ensuite l’équipe du Théâtre de Nice de 2004 à 2006. De 2008 à 2010, il est en compagnonnage avec le collectif Les Lucioles, pour lequel il met en scène Plus qu’hier et moins que demain avec Pierre Maillet. En 2010, il est sélectionné pour le festival Premières au Théâtre National de Strasbourg, pour sa mise en scène de Gouttes dans l’océan de Fassbinder. Il fonde la compagnie The Party, avec Émilie Capliez, en 2011. De 2012 à 2018, il est artiste associé à la Comédie de Saint-Étienne. Il met en scène L’Invention de Morel de Bioy Casares en 2008, Faust de Goethe en 2010, Rapport sur moi de Grégoire Bouillier et Non réconciliés de François Bégaudeau en 2012, Moby Dick de Fabrice Melquiot en 2014, Al Atlal d’après Mohamed Darwich en 2015 (Le Caire Beyrouth, Paris, Marseille), Un beau ténébreux de Julien Gracq en 2016. Il participe au festival Théâtre en Mai du CDN de Dijon en 2014 et 2016. Il joue dans les spectacles de Pierre Maillet Benoît Lambert, Marc Lainé, Christian Schiaretti, Jean-François Auguste, Serge Tranvouez, Alfredo Arias. En 2017, il crée Andromaque (Un amour fou), d’après Jean Racine et Jacques Rivette, Au plus fort de l’orage, spectacle lyrique sur l’œuvre vocale d’Igor Stravinsky pour le Festival d’Aix-en-Provence, et Nous autres d’Eugène Zamiatine avec l’école de la Comédie de Saint-Étienne. En septembre et novembre 2017, il crée Vernon Subutex d’après Viginie Despentes, et Nous sommes plus grands que notre temps de François Bégaudeau. Il dirige la Comédie de Colmar – CDN Grand Est Alsace, avec Émilie Capliez, depuis janvier 2019. En janvier 2020, il y crée Piscine(s) de François Bégaudeau et dernièrement La Nuit juste avant les forêts de Bernard-Marie Koltès avec Jean-Christophe Folly.

 

Parallèlement à un parcours alliant études théâtrales et pratique du chant lyrique, et après deux années de classe préparatoire littéraire, Parelle Gervasoni est invitée, en 2013, par Franck Krawczyk, compositeur et collaborateur musical de Peter Brook, à clore sa résidence au Théâtre de St-Quentin-en-Yvelines et mettre en espace un chœur de 130 personnes dans Le Choix des chœurs. Depuis 2014, elle est l’assistante à la mise en scène et la dramaturge d’Arnaud Meunier (metteur en scène et directeur de la Comédie de Saint-Étienne) avec lequel elle collabore sur Ali Baba à l’Opéra-Comique (en 2014), Femme non-rééducable de Stefano Massini (en 2015), Chapitres de la chute du même auteur (en 2016), Truckstop de Lot Vekemans (In d’Avignon 2016), Je crois en un seul dieu de Stefano Massi (en 2017), Fore! d’Aleshea Harris (en 2018), J’ai pris mon père sur mes épaules de Fabrice Melquiot (en 2019) et sur Ensemble, lecture mise en voix par Éric Cantona et Rachida Brakni (en 2020). Elle adapte pour le théâtre Candide de Voltaire, spectacle mis en scène par Arnaud Meunier et en tournée de 2020 à 2024. L’Auditorium – Orchestre national de Lyon la sollicite pour la mise en espace de ses présentations de saison, pour ses concerts Winter Wonderland et La Truite (2017-2020). En 2020, elle met en scène Mouvement, spectacle qui réunit le piano de Fanny Azzuro et la danse contemporaine d’Andréa Moufounda et qui est créé au Lille Piano(s) Festival. En 2022, elle devient la collaboratrice artistique de l’auteur et metteur en scène Gabriel F. pour Le Jour-J de Mademoiselle B (création 2023 à la MC2 Grenoble). Parelle Gervasoni monte la compagnie Pistë en Bourgogne-Franche-Comté avec, pour premiers projets : Ici nos yeux sont inutiles de Laura Ruohonen (pièce dont elle signe la mise en scène et la traduction du finnois – création février 2023) et Oublie-moi. (seul en scène qu’elle écrit pour le comédien René Turquois). Elle mène également à l’Espace des arts – Scène nationale de Chalon-sur-Saône un projet de recherche en jeu multilingue, sélectionné par le Ministère de la Culture, avec la metteuse en scène Anne Bérélowitch, en partenariat avec le Conservatoire régional du Grand Chalon.