HOP !

Explorateur insatiable de rencontres inédites, l’irrésistible Jacques Gamblin revient au bras de Raphaëlle Delaunay, danseuse rayonnante, dans un pas de deux pour le moins inattendu ! Partir à la découverte de l’autre n’est pas une petite aventure… Une tentative d’alliage détonnant et joyeux, par deux êtres dont le charme fou nous emporte.

Dans cet espace blanc, jusqu’ici par elle seule habité, le voici, qui vient de nulle part. Ils sont là, dans ce lieu comme une page vierge, où tout serait à inventer. Et parce que rien ne les oblige, tout peut advenir… À elle, la maîtrise du corps. À lui, le désir d’envol. À eux, le chemin vers l’autre, la relation à tracer, affiner, éprouver aussi. Alors, hop ! Pas le temps de réfléchir ! Bribes de mots, élan du geste. Ce sont les corps qui entrent en dialogue, se challengent, s’emparent ou s’invectivent, s’abandonnent, deviennent couple qui se déploie, se décline, se découvre. Raphaëlle Delaunay et Jacques Gamblin : une parfaite alchimie !

tRéserver
Ouverture
des abonnements
le samedi
27 août à 9h
fermer
VEN.3 | SAM.4 | DIM.5 MARS
À 20H30 | SAUF DIM. À 17H
DURÉE ENV. 1H20
LIEUGRANDE SALLE

TARIF A

?×
Plein tarif Tarif réduit Tarif abonné Tarif abonné réduit Tarif -12 ans
A+ 31 26 26 13 10  €
A 27 22 22 10 8  €
B 24 19 19 10 8  €
C 20 15 15 10 8  €
P&G 10 10 10 10 8  €
TS Tarif spécial
TAS Tarif A Auditorium Seynod
(10 € / 7 € / 7 € / 7 € / 7 €)
TAS Tarif B Auditorium Seynod
(21 € / 14 € / 12 € / 10 € / 7 €)
TU Tarif unique
EL Entrée libre

texte, mise en scène, interprétation Raphaëlle Delaunay, Jacques Gamblin
collaboration artistique Emmanuel Daumas
scénographie et lumières Éric Soyer
son Lucas Lelièvre

 

 

production Productions du dehors
coproduction Communauté de Communes du Mont-Saint-Michel dans le cadre de son programme de résidence, Domaine de Kerguéhennec, Grand Théâtre de Lorient, CentQuatre (Paris), Espace Malraux – Scène nationale de Chambéry, Bonlieu Scène nationale d’Annecy, Le Radiant-Bellevue, La scène nationale de Saint-Quentin-en-Yvelines, Théâtre de Coutances, THEV – Vesoul, Le Carré-les-Colonnes – Saint-Médard en Jalles, Maison de la Culture d’Amiens
Raphaëlle Delaunay et Jacques Gamblin sont en résidence de création au CentQuatre (Paris).
Le spectacle a été accueilli en résidence de création à Cap Caval – Penmarch.

 

 

Depuis une vingtaine d’années Jacques Gamblin s’est imposé dans le paysage du cinéma français. Il a travaillé avec Claude Lelouch, Robert Guédiguian, Jean Becker, Claude Chabrol, Bertrand Tavernier, Philippe Lioret, Rémi Bezançon ou Niels Tavernier dans des films aussi différents que Tout ça pour ça, Pédale douce, Mademoiselle, Les enfants du marais, Laisserpasser (pour lequel il reçoit l’ours d’argent, prix d’interprétation masculine au festival de Berlin en 2002), Holy Lola, Le premier jour du reste de ta vie, Le nom des gens de Michel Leclerc, Le Premier Homme de Gianni Amelio, Hippocrate de Thomas Lilti, De toutes nos forces de Nils Tavernier qu’il retrouve en 2018 pour L’incroyable histoire du Facteur Cheval qu’il incarne magnifiquement. Le 18 mai 2022 sortira On sourit pour la photo de François Uzan tourné en Grèce et Le tigre et le président de Jean-Marc Peyrefitte.
Il met aussi élégance, humour, légèreté, poésie et sa sensibilité à fleur de peau, au service de créations théâtrales : Quincailleries (1991), Le Toucher de la hanche (1997), Entre courir et voler il n’y a qu’un pas papa (2004), textes publiés aux éditions Le Dilettante, Tout est normal mon cœur scintille (2010), Ce que le Djazz fait à ma Djambe, création musicale écrite en complicité avec le compositeur Laurent de Wilde (2011). Jacques Gamblin confirme, spectacle après spectacle, son talent d’auteur, récompensé en juin 2016 par Le Prix Théâtre de la SACD. Je parle à un homme qui ne tient pas en place, fruit de sa correspondance avec le navigateur Thomas Coville fait l’objet d’une publication aux Éditions des Équateurs en 2018 et d’une adaptation théâtrale jouée en France et à l’étranger près de 150 fois.
En 2021, il interprète sous la direction de Laurent Pelly, Harvey de Mary Chase, spectacle qui rencontre un vif succès et encore en tournée en 2022.
Comédien et auteur talentueux et inclassable, il réalise depuis Tout est normal mon cœur scintille des spectacles avec le concours de danseurs : le corps surgit chaque fois que le verbe est à la peine.

Danseuse et chorégraphe, Raphaëlle Delaunay s’est formée à la Royal School of dancing de Londres et à l’École de Danse de l’Opéra de Paris où elle a intégré le corps de Ballet. Elle danse ensuite pour Pina Bausch au Tanztheater Wuppertal. À partir de 2000, elle collabore avec Jiri Kylian au Nederlands Dans Theater, Alain Platel, le collectif Peeping Tom en Belgique et plusieurs autres chorégraphes tels qu’Alain Buffard, Richard Siegal, Boris Charmatz, Bernardo Montet ainsi que des metteurs en scène Pascal Rambert, Fréderic Fisbach, Guillaume Vincent… En 2005, au sein de la compagnie Traces, elle signe Jeux d’intention, première d’une longue série de créations, notamment Soma au Théâtre du Fil de l’eau – Pantin en janvier 2017, Chez Joséphine, une pièce consacrée à la figure de Joséphine Baker, adaptée sous le titre De Marie à Joséphine, danseuses modèles ! dans le cadre de l’exposition Le modèle noir de Géricault à Matisse au Musée d’Orsay puis au Mémorial ACTE à Pointe-à-Pitre en 2019, ou bien encore Chaconne qui fait l’objet d’une commande de film coréalisé avec Jacques Gamblin à l’occasion de l’exposition Michaël Jackson, On the wall au Grand Palais en 2019.
Interprète majeure de la scène contemporaine, elle est également pédagogue et met son expérience précieuse et multiple au service d’institutions prestigieuse tels que le CNDC d’Angers où elle crée pour les étudiants 20 shades en février 2017 ou le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris où elle enseigne la technique classique, ainsi que le répertoire néo-classique et contemporain depuis 2018. En 2022, après plusieurs interventions notamment dans le cadre de CAMPING 21, le Centre National de la Danse (Pantin) lui propose de piloter une expérience inédite intitulée ÉLAN, École de l’égalité des chances.

Distributions Crédits

texte, mise en scène, interprétation Raphaëlle Delaunay, Jacques Gamblin
collaboration artistique Emmanuel Daumas
scénographie et lumières Éric Soyer
son Lucas Lelièvre

 

 

production Productions du dehors
coproduction Communauté de Communes du Mont-Saint-Michel dans le cadre de son programme de résidence, Domaine de Kerguéhennec, Grand Théâtre de Lorient, CentQuatre (Paris), Espace Malraux – Scène nationale de Chambéry, Bonlieu Scène nationale d’Annecy, Le Radiant-Bellevue, La scène nationale de Saint-Quentin-en-Yvelines, Théâtre de Coutances, THEV – Vesoul, Le Carré-les-Colonnes – Saint-Médard en Jalles, Maison de la Culture d’Amiens
Raphaëlle Delaunay et Jacques Gamblin sont en résidence de création au CentQuatre (Paris).
Le spectacle a été accueilli en résidence de création à Cap Caval – Penmarch.

 

 

Biographie

Depuis une vingtaine d’années Jacques Gamblin s’est imposé dans le paysage du cinéma français. Il a travaillé avec Claude Lelouch, Robert Guédiguian, Jean Becker, Claude Chabrol, Bertrand Tavernier, Philippe Lioret, Rémi Bezançon ou Niels Tavernier dans des films aussi différents que Tout ça pour ça, Pédale douce, Mademoiselle, Les enfants du marais, Laisserpasser (pour lequel il reçoit l’ours d’argent, prix d’interprétation masculine au festival de Berlin en 2002), Holy Lola, Le premier jour du reste de ta vie, Le nom des gens de Michel Leclerc, Le Premier Homme de Gianni Amelio, Hippocrate de Thomas Lilti, De toutes nos forces de Nils Tavernier qu’il retrouve en 2018 pour L’incroyable histoire du Facteur Cheval qu’il incarne magnifiquement. Le 18 mai 2022 sortira On sourit pour la photo de François Uzan tourné en Grèce et Le tigre et le président de Jean-Marc Peyrefitte.
Il met aussi élégance, humour, légèreté, poésie et sa sensibilité à fleur de peau, au service de créations théâtrales : Quincailleries (1991), Le Toucher de la hanche (1997), Entre courir et voler il n’y a qu’un pas papa (2004), textes publiés aux éditions Le Dilettante, Tout est normal mon cœur scintille (2010), Ce que le Djazz fait à ma Djambe, création musicale écrite en complicité avec le compositeur Laurent de Wilde (2011). Jacques Gamblin confirme, spectacle après spectacle, son talent d’auteur, récompensé en juin 2016 par Le Prix Théâtre de la SACD. Je parle à un homme qui ne tient pas en place, fruit de sa correspondance avec le navigateur Thomas Coville fait l’objet d’une publication aux Éditions des Équateurs en 2018 et d’une adaptation théâtrale jouée en France et à l’étranger près de 150 fois.
En 2021, il interprète sous la direction de Laurent Pelly, Harvey de Mary Chase, spectacle qui rencontre un vif succès et encore en tournée en 2022.
Comédien et auteur talentueux et inclassable, il réalise depuis Tout est normal mon cœur scintille des spectacles avec le concours de danseurs : le corps surgit chaque fois que le verbe est à la peine.

Danseuse et chorégraphe, Raphaëlle Delaunay s’est formée à la Royal School of dancing de Londres et à l’École de Danse de l’Opéra de Paris où elle a intégré le corps de Ballet. Elle danse ensuite pour Pina Bausch au Tanztheater Wuppertal. À partir de 2000, elle collabore avec Jiri Kylian au Nederlands Dans Theater, Alain Platel, le collectif Peeping Tom en Belgique et plusieurs autres chorégraphes tels qu’Alain Buffard, Richard Siegal, Boris Charmatz, Bernardo Montet ainsi que des metteurs en scène Pascal Rambert, Fréderic Fisbach, Guillaume Vincent… En 2005, au sein de la compagnie Traces, elle signe Jeux d’intention, première d’une longue série de créations, notamment Soma au Théâtre du Fil de l’eau – Pantin en janvier 2017, Chez Joséphine, une pièce consacrée à la figure de Joséphine Baker, adaptée sous le titre De Marie à Joséphine, danseuses modèles ! dans le cadre de l’exposition Le modèle noir de Géricault à Matisse au Musée d’Orsay puis au Mémorial ACTE à Pointe-à-Pitre en 2019, ou bien encore Chaconne qui fait l’objet d’une commande de film coréalisé avec Jacques Gamblin à l’occasion de l’exposition Michaël Jackson, On the wall au Grand Palais en 2019.
Interprète majeure de la scène contemporaine, elle est également pédagogue et met son expérience précieuse et multiple au service d’institutions prestigieuse tels que le CNDC d’Angers où elle crée pour les étudiants 20 shades en février 2017 ou le Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris où elle enseigne la technique classique, ainsi que le répertoire néo-classique et contemporain depuis 2018. En 2022, après plusieurs interventions notamment dans le cadre de CAMPING 21, le Centre National de la Danse (Pantin) lui propose de piloter une expérience inédite intitulée ÉLAN, École de l’égalité des chances.